Municipales: on se calme… quand la dynamite peut se transformer en pétard mouillé!

Une dynamique…en forme de dynamite, mais attention toutefois au final au pétard mouillé! Son allant est indéniable et sa « remontada » tout autant (dix points en deux mois). Les dernières enquêtes d’opinions la placent en pole position, l’une avec deux points d’avance sur Anne Hidalgo et l’autre une égalité parfaite. Reste néanmoins que la maire sortante, dans les sondages, fait du surplace inquiétant. Bien qu’attendu en raison de son impopularité. Elle s’éloigne considérablement de son propre score de 2014 et encore plus de celui de Bertrand Delanoë. Elle n’en reste pas moins favorite pour le second car Rachida Dati ne dispose pas à ce jour de réserves potentielles pour l’emporter le 22 mars surtout avec le système électoral parisien par arrondissement. Et l’on voit mal la Républicaine, droite dans ses bottines, faire amie-amie avec l’ancienne ministre de la Santé et des Solidarités. Force néanmoins est de reconnaître que la dynamique est plutôt du côté de la clivante ancienne Garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, qui, tout aussi sûrement, viendra lui donner un coup de main dans sa campagne ces jours prochains pendant que son ex-« collaborateur » François Fillon passera probablement un sale quart d’heure au tribunal.

N’oublions pas, toutefois, que son ancienne petite camarade de gouvernement, NKM, 36 % au premier tour en 2014, avait néanmoins perdu! Quel probable gâchis à grande échelle: celui de la droite et du centre d’offrir sur un plateau la victoire à Notre d(r)ame de Paris. Un plateau de vélo, bien sûr pour la fada de la petite reine de Paris!

La seule certitude à ce jour résulte dans le fait que les cartes pour ces municipales parisiennes sont totalement rebattues et les « carottes » pas forcément cuites pour Agnès Buzyn. On se gausse déjà sur son gain d’un petit point à 17 % par rapport à Benjamin Griveaux. Faut-il préciser que ces deux sondages ont été effectués quelques heures seulement après sa déclaration de candidature. Le thé n’avait pas vraiment encore été infusé! Surtout que le score du mathématicien, Cédric Villani, connaissait lui une courbe à la baisse inquiétante entre 7 et 10 %. Sous la barre probable des 10 % (nous ne cessons de la répéter depuis deux mois) point de fusion de liste. Et c’est la retraite assurée avec une expression que l’on n’utilisera pas en raison du contexte politique avec ces attaques en dessous de la ceinture!

On se calme aussi avec la nouvelle bourde du patron de Beauvau. Le gaffeur en chef Castaner a une fois encore prouvé qu’il n’était pas à la hauteur d’un homme d’Etat. Un ministre de l’Intérieur ne devrait pas dire ça. Une véritable cour de récréation avec aussi le rôle surjoué par son ancien camarade du Parti socialiste, Olivier Faure, le transparent premier secrétaire du PS qui, en victime outragée, en a fait des « caisses ». Bonjour la résonance. Pour une fois qu’il fait le buzz! Cette dérive est consternante…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :