Municipales: A « l’Abordage », et « sabre au clair » à Evreux et le temps des adieux au Havre!

Des salles guerrières! C’est assez amusant de constater que deux des principales listes en compétition à Evreux on choisi des sites marqués du…sceau de termes pas forcément toujours chevaleresques. Encore que ! On en veut pour preuve ce soir la tenue d’un meeting organisé à l’initiative des Marcheurs macronistes qui donnent rendez-vous à leurs supporters, salle de l’Abordage, un ex-haut-lieu du rock local, sur le pré du Bel-Ebat. Un nom beaucoup plus câlin même si, en en ce temps de Coronavirus, il est bon ton de ne pas se faire trop de bisous et tendre la main à son voisin ou voisine. Une campagne électorale sans bisous, imaginez la scène, surtout si ce mauvais scénario se poursuit dans le temps. Mais que fait donc la police de Castasner pour arrêter ce massacre anti-rapprochement.

L’équipe du maire sortant, Guy Lefrand, qui vient de dévoiler sa liste sans surprise de dernière minute, a elle choisi le cadre du Manège de Tilly (site d’une ancienne garnison) , rue du…7 e chasseur, pour plumer la « volaille » d’opposition avec un choix symbolique au niveau du calendrier. Cela se passera, enfin si la population locale n’est pas confinée, un vendredi 13, avant-veille du 1 er tour.

La team Veyri n’a pas encore dévoilé, à ma connaissance, le site choisi, pour sa « grand messe » laïque! Le jeune candidat tête de liste, ancien proche collaborateur de Michel Champredon, toujours conseiller régional, a rendu publique l’identité de ses futurs colistiers. Là encore sans grande surprise avec un fort accent de « champrodonite » assez aigü puisqu’une quinzaine d’anciens de la « maison » ont rejoint les rangs de cette équipe de gauche à l’exception des Insoumis. Parmi eux des « vieux » grognards de la gauche ébroïcienne, toujours fidèles au poste. « Le changement, ce n’est pas vraiment maintenant » pour contredire un slogan resté célèbre avec François Hollande. Celui qui est considéré un peu comme le « beau gosse » de l’élection d’Evreux, sourira-t-il toujours au soir du 15 mars prochain et au-delà, le dimanche 22 ?

Le sourire n’était évidemment pas le même lors de la dernière réunion du conseil municipal du Havre, lundi soir, où nombre d’élus de la majorité et de l’opposition ont vécu leur dernière séance. Avec plus ou moins d’émotion. On retiendra l’occasion accordée à l’une des piliers de l’assemblée, Valérie Egloff, qui, après quatre mandats successifs commencés en 1995 avec le retour de la droite et la prise de l’hôtel de ville par Antoine Rufenacht, a tourné les pages d’une belle aventure à l’issue d’une dernière mandature qu’elle qualifia de « plus chaloupée ». Un terme marin approprié dans la cité maritime.

Avant de rendre un hommage appuyé à son ancien mentor en politique, le prédécesseur d’Edouard Philippe, dont l’implication dans cette campagne est des plus modestes. Le livre d’histoire se referme progressivement même si « la statue du commandeur » reste dans bien des cœurs de l’électorat de droite havrais.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :