Agnès Buzyn a choisi la voie de la désertion honteuse!

Anne Hidalgo en avait rêvé! Le Coronavirus l’a fait en vidant les rues de la capitale (ou presque) de voitures.

Il est une autre parisienne, qui cet après-midi, fait le buzz, dans le quotidien « Le Monde », sa rivale pour le fauteuil de maire de l’hôtel de ville. Agnès Buzyn fait acte d’un coupable et lâche comportement. Et d’une si grande humilité en rapportant avoir été la première à comprendre ce qui se passait fin décembre en Chine. Quelle visionnaire exceptionnelle l’ancien ministre de la Santé et des Solidarités, qui pourtant jusqu’à mi février était toujours ministre. C’est aujourd’hui très facile de se la jouer chevalier blanc et de pointer du doigt la responsabilité de l’exécutif, mettant dans le même sac président de la République et Premier ministre, les autorités sanitaires dont le directeur général de Santé dont elle était la ministre de tutelle jusqu’à son départ pour l’aventure municipale. Tous auraient refusé de l’écouter. Quel courage d’accuser aujourd’hui, premier jour du confinement très symbolique, tous ceux dont elle tressait encore il y a peu les lauriers. Au moins jusqu’à dimanche dernier. Elle parle d’une élection mascarade! Elle y a pourtant participé sans piper mot. Une déclaration de guerre toute aussi honteuse. L’aurait-t-elle « ouvert » de façon aussi odieuse si les électeurs parisiens lui avaient davantage porter du crédit dans les urnes ? Poser la question, c’est y répondre…

Son amertume et sa légitime déception devant son score ne justifient aucunement sa sortie médiatique. Qui ne souvient pas de ses larmes et de l’honneur qui lui était fait en défendant l’étendard de la Macronie dans la capitale…alors qu’elle savait-la première-dans le monde ce qui nous guettait quelques semaines plus tard. C’était hier ou presque.

Nous nous sommes trompés sur la vraie nature de cette dame qui aujourd’hui ose le pire en jouant une Zola en jupon avec son « J’accuse ». Sera-t-elle en capacité en juin prochain de défendre les couleurs du parti du Président, qui certes, l’a envoyé au casse-pipe électoral à Paris, mais tout de même! Un nouveau cadeau royal pour Anne Hidalgo qui n’en avait vraiment pas besoin. Vous n’êtes d’ores et déjà plus en situation de poursuivre votre premier combat électoral déjà très mal engagé. Quelle crédibilité aurez-vous au mois de juin ? Déjà bien entamée, elle est aujourd’hui totalement sujette à caution. Vous saviez la première, à vous lire, mais vous n’avez rien dit ! Et lorsqu’on n’est plus au pouvoir, c’est toujours tellement facile de l’ouvrir et de faire porter le chapeau aux autres.

Madame, votre duplicité et irresponsabilité politique (déjà perçue) et même personnelle: celle de cracher sur vos anciens amis, ne méritent qu’un jugement sévère. Qu’auriez-vous fait à la place de votre successeur, Olivier Véran, qui, depuis le début de la crise, ne démérite absolument pas. Bien au contraire. La jalousie, peut-être, ne justifie pas pour autant que vous fassiez cette triste sortie qui ne vous honore pas.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :