Bas les masques: une ancienne ministre réhabilitée! Messieurs les bourreaux, un peu de patience…

Elle doit boire du petite lait l’ancienne ministre de la Santé et pharmacienne de profession, Roselyne Bachelot. Moquée, accusée de tous les maux pour avoir dépensé plus de 90 millions d’euros en vaccins inutilisés contre une grippe venue aussi d’Asie, il y a une dizaine d’années. La politique devenue chroniqueuse télé est d’une certaine façon, à l’insu de son plein gré, réhabilitée, après toutes ces années! Les mêmes qui lui avaient reproché ce principe de précaution, sont depuis quelques jours, les premiers à « gueuler comme des putois » sur les absences de stocks d’équipements de protection. Et bien sûr à tout mettre sur le dos (déjà très large) d’Emmanuel Macron, « l’assassin » tout trouvé! Quelle honte, alors que les gouvernements de droite comme de gauche qui se sont succédé depuis une dizaine d’années ou plus précisément les technocrates des différents ministères avaient joué les avares en supprimant les fonds pour la fabrication des masques. Un coût ne dépassant pas à l’époque la douzaine de millions d’euros. Aujourd’hui une goutte d’eau. Alors que depuis une dizaine de jours, on n’a qu’une mot à la bouche: l’incurie de l’Etat pour livrer tous les équipements nécessaires. Encore faut-il un certain temps, comme le disait il y a longtemps Fernand Raynaud dans l’un de ses célèbres sketches, pour le refroidissement du fût du canon (une autre guerre) pour que nos usines se recyclent et fabriquent ces centaines de millions de masques nécessaires. En priorité pour nos combattants des premières lignes (professions médicales, policiers, pompiers, employés des postes, caissières dans les supermarchés…)

Toujours les mêmes supporters des gouvernements précédents qui n’avaient pas jugé opportun de financer les stocks. C’est aujourd’hui facile de brailler comme des malades et sauvages et de réclamer les têtes des actuels gouvernants. Qui font globalement ce qu’ils peuvent avec les moyens existants pour lutter contre un mal inédit. Même si bien sûr tout n’est pas parfait. Loin s’en faut. Mais quel courage ont tout ces aboyeurs donneurs de leçons ? Que feraient-ils s’ils s’étaient retrouvés confrontés à cette même épidémie ? La critique est facile mais l’art difficile! Une catastrophe sanitaire planétaire inégalée depuis un siècle. Les donneurs de leçons, il y en a vraiment marre. Faisons preuve de patience et attendons quelques semaines afin de connaître cet épilogue sur la gestion satisfaisante ou mauvaise d’une crise sans précédent dans l’ère moderne et de juger les potentiels coupables ou complices. Messieurs les bourreaux, sachez que la peine de mort est abolie depuis 1981!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :