"Que serais-je sans toi ma France": pays de héros, de…zéros et d' escrocs pas toujours ordinaires!

Un dimanche après-midi confiné devant « La grande vadrouille » et une émission consacrée à l’un des deux chanteurs (avec le grand Jacques Brel) faisant partie de mon Panthéon personnel (toute politique mise à par). Rien de bien original je le concède bien volontiers. Mais il y a franchement pire à subir. C’est quand même « beau la vie » avec le moustachu cœur fidèle ardéchois d’Entraigues. Qui rime presque aussi avec le mot entraide. Un beau mot qui en complète un autre, celui de héros, pas toujours ordinaires. Comme cet urgentiste retraité de Compiègne qui, au prix de sa vie, a payé son intervention en renfort à l’hôpital de Compiègne dans l’Oise, l’un des clusters du début de l’épidémie.

Des héros plus modestes, on ne les compte plus non plus dans toutes ces villes et villages de « Ma France » l’une des plus belles « ballades » de Jean Ferrat. Avec tous ces maires, petits et grands, qui sans compter leur temps et dévotion, aident au quotidien leurs populations. Il en est même qui médecins urgentistes de profession enfilent leurs blouses pour venir en aide à leurs administrés et les autres pour assurer des gardes. Un petit clin d’œil au passage en direction de la ville chef-lieu de l’Eure, Evreux et de son premier magistrat qui a aussi rouvert un gymnase pour accueillir des sans domicile fixe. Une attention à l’image de toutes celles qui sur le territoire se sont multipliées pour la bonne cause ces derniers jours.

Mais pour tous ces héros, toutes professions confondues, combien de zéros, d’escrocs aux petits pieds, des champions de l’arnaque qui profitent du temps présent pour abuser tant de personnes crédules. »Tourneboulées » par les événements. Attention aussi aux virus de la toile!

Il n’y a pas besoin d’aller très loin. La meilleure preuve au Havre, certes à une toute petite échelle, dans le quartier de Sanvic, un commerçant plein de…vice, a affiché (j’ose espérer que c’est fini) et surtout vendu des attestations dérogatoires pour les sorties à 1 euro la pièce. Du commerce scandaleux et inacceptable! Qui mériterait bien une fermeture administrative.

Cet après-midi, toujours un petit tour de France après la Bourgogne et les Hospices de Beaune avec d’autres héros-fictifs ceux là, mais tellement irrésistibles, direction le sud et la garrigue provençale. Le chant des cigales avec un trio formé par le papet Yves Montand, Daniel Auteuil et Gérard Depardieu dans Jean de Florette. Avec aussi la sublime Emmanuelle Béart dans un de ses meilleurs rôles. Autrement plus glamour que celui qu’elle joua, il y a déjà si longtemps, en drôle de paroissienne dans l’église Saint-Bernard, à Paris, évacuée alors par les policiers non pas de Castaner mais de Jean-Louis Debré. Un temps qui paraît un siècle où le ministre de l’Intérieur de l’époque pouvait boire une bonne Corona, la bière préférée de son président chéri, Jacques Chirac.

Confinement, confinement, vous avez dit confinement ? Il suffit de lire ou de relire le Journal d’Anne Franck, enfermée dans son placard pendant 26 mois pendant la Seconde guerre mondiale avec des conditions de « confort » à des années lumières de celles d’aujourd’hui. N’est-il pas bon parfois de relativiser nos grands malheurs ?

En attendant, vous aurez peut-être remarqué que l’on ne parle plus des élections municipales. Le 1 er tour, c’était pourtant presque hier, le 15 mars. Mais ça paraît déjà si lointain. Une véritable éternité. Cela n’empêche pas au Havre, comme ailleurs, les militants de communier ensemble tous les jours à travers un réseau d’amis « d’EP mars 2020 », et pas seulement qu’à l’heure de la fête des voisins de 20 heures, de plus en plus sonore. J’ai sorti hier la grosse artillerie! On ne va pas tout de même se laisser impressionner par les performances des quartiers voisins. Une saine émulation ou concurrence. Et surtout plus amusante que celle qui semble se profiler pour un sujet autrement plus sérieux, le médicament miracle, et cette « gueguerre » larvée entre praticiens parisiens et marseillais. Ce n’est parce qu’on ne peut plus parler sport que les 60 millions de sélectionneurs en puissance pour désigner la meilleure équipe de France de football possible se transforment en 60 millions de médecins, parmi lesquels des docteurs « Mabuse » en puissance. Et je ne parle pas là du professeur barde de Marseille.

Tant pis si ce n’est pas politiquement correct: je ne résiste pas à reprendre l’une des blagues du net, très prolixe en la matière. « Alerte au Coronavirus. Contrôle d’alcoolémie entre la cave et la salle à manger. Soyez prudents ». où encore cette petite dernière pour la route: « tout le monde ne peut pas sortir son clébard. Moi j’ai une tortue et il m’a fallu sept heures pour lui faire descendre les escaliers ». Bonne journée. Et surtout bon courage à ceux qui doivent aérer leur tortue préférée. Evidemment ça irait plus vite avec un lièvre, pas facile néanmoins à domestiquer. Mais il vaut mieux être prudent si l’on se fie à la célèbre fable de la Fontaine!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :