Un maire de l’Eure très pressé pour des blouses, une histoire de gilets pare-balles au Havre et un violent partage de couette!

L’actualité est sombre. Mais cela n’empêche pas qu’elle prête de temps à autre à sourire.

La preuve avec la mésaventure survenue au maire socialiste de Val de Reuil, réélu dans un fauteuil XXL en mars dernier. Mais surtout peut-être plus connu pour sa fonction de secrétaire général du groupe LVMH. Une petite entreprise artisanale et familiale…de plusieurs centaines de milliers de salariés à travers le monde. C’est dire l’importance de la fonction!

Toujours est-il que notre automobiliste pressé s’est fait pincer sur une autoroute aux portes de Paris, pour un excès de vitesse à 152 km/h au lieu des 70 autorisés pour cause de travaux! Il n’a évidemment pas apprécié que ce scoop sorte, cela ne s’invente pas, dans l’hebdo de sa région élective, la Dépêche (salutations à mes anciens confrères et consoeurs).

Le plus intéressant réside dans la défense de l’accusé. C’est en effet pour valider en extrême urgence une commande (finalement ratée pour cause de retard) pour la Chine de 100.000 blouses à destination des hôpitaux publics de Paris, que le maire-dirigeant, également ancien secrétaire de la Fédération PS de l’Eure, a appuyé fort sur le champignon pour rejoindre la capitale! « Sur une seule portion d’environ cent mètres », s’est-il justifié. C’est pas de « pot » d’échappement. Raté!

C’est justement dans ce laps de temps très court qu’il s’est fait rattrapé par la patrouille. Un sacré coup de malchance. Une centaine de mètres à cette vitesse, c’est vraiment très court.

On est peiné d’apprendre que le numéro deux ou trois du groupe Louis-Vuitton soit le seul habilité à donner le feu vert pour des commandes! Aussi urgentes et importantes, soient-t-elles. C’est vraiment la crise dans le monde du luxe où il manque très sûrement de personnel pour assurer de telles misions.

Ce n’est pas pour le dédouaner, mais MAJ (son surnom en Normandie) devrait tout de même bénéficier des circonstances largement atténuantes. Ne roulait-il pas en effet dans une Volvo, une marque suédoise dont le pays n’est pas concerné par le…confinement. On revanche pour la vitesse ? On souhaiterait être rassuré: il n’est tout même pas obligé d’effectuer toutes les livraisons ? Livreur, peut-être, mais plus chauffeur pour un certain temps pour cause de suspension de son permis.

Au Havre, où plus exactement en périphérie où l’ancienne prison du quartier Danton, a pris ses quartiers en pleine campagne, il y déjà quelques années, le directeur-adjoint de la maison d’arrêt, a prétendu que le « gilet pare-balles, était semble-t-il suffisant contre le virus ». L’argument avancé pour rassurer ses personnels qui venaient de transférer 350 détenus! A défaut de masques, le ministère de la Santé devrait sans tarder réquisitionner des vieux gilets. Ils peuvent peut-être encore servir.

Une petite dernière pour la route avec ce fait divers livré ce matin par le site InfoNormandie, avec un violent partage de couette entre deux jeunes d’une trentaine d’années qui se sont querellés car ils ne supportaient plus de partager leur couvre-lit. D’où ces violences conjugales réciproques et une nuit d’hôtel, sans couette, à l’hôtel de police le plus proche de leur domicile. Elle n’est pas facile la promiscuité dans les couples en ce temps de confinement. On espère néanmoins très rapidement une réconciliation sur l’oreiller. Alors, vous imaginez avec des enfants!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :