Bon affinage: il y a vraiment de quoi en faire un sacré fromage!

Le général de Gaulle avait bien raison dans une citation restée célèbre de dire que la France avec ses…365 fromages était ingouvernable. Elle va encore l’être davantage avec l’opération grand déconfinement. J’ai donc décidé à travers un parcours initiatique (comme pour les vins il y a quelques jours) de donner des bons et des mauvais points pour chacune de nos régions fromagères. Avec des critères absolus ne supportant aucune contestation.

Je commence donc par les mauvais élèves qui ne sont pas prêts de reprendre les cours et le chemin de l’école: les fromages d’Alsace, de Lorraine, des Hauts de France et de Bourgogne-Franche-Comté, les régions les plus touchées par le virus. J’y ajouterai même le broccio de la partie sudiste de la Corse. Sans oublier les différents Brie de Meaux et Melun de la grande couronne parisienne et au comble de la poisse, l’Epoisses bourguignonne et le chaource de l’Aube.

Le bonnet d’âne revient en toute logique au…Munster de nos amis alsaciens. Le premier touché du côté de Colmar et de Mulhouse. Et tout ça par la faute d’une congrégation d’évangélistes. Pas très catholiques ces gens-là et les vendanges risquent sérieusement d’être tardives. Ce sont eux qui ont refilé le mistigri en premier lieu à leurs voisins de la Franche-Comté.

Les Francs-Comtois peuvent bien museler sur leur territoire le roi lion de Belfort avec un méga masque. C’est hélas trop tard car le temps est Comté. Comtoise ou pas. Les aiguilles ont défailli de tourner dans le bon sens. Et tout autant, un peu plus au sud dans les montagnes savoyardes. A cause d’un « cluster » (qui n’a pas la tête de moine) comme ils disent, dû à quelques monos perdus aux Contamines-Montjoie. Cela ne s’invente pas. Monjoie, ça dépend pour qui ? Ah elles sont jolies les colonies de vacances. L’ami Pierrot, il va falloir que tu revoies ta chanson.

Ca va pas être la joie pour les producteurs d’Abondance (il faut le dire vite au niveau des affaires) de Beaufort qui ne va précisément pas très fort, et autre tome II de Savoie. Un vrai vacherin ce virus…Et la raclette et la fondue savoyarde, vous y pensez ? Le gouvernement a t-il songé à indemniser tous les amateurs de ces plats régionaux ? Certes, il ne peut pas penser à tout. Personnellement je m’en fous car j’ai une nette préférence pour la fondue bourguignonne.

En revanche le ciel est…bleu en Auvergne. Un vrai paradis sur terre. Et des puys de bonheur Sancy et Mary, assurés pour ses fromages dont le Cantal qui porte bien le nom d’un département qui est le seul avec celui de la Lozère à ne déplorer le moindre mort. Par Saint-Nectaire, c’est sûr que les compatriotes de Giscard ont trouvé un médicament autrement plus efficace que le « pastis » marseillais. Qui fait tourner la tête de nos plus grands chercheurs. Qui pour certains d’entre eux ne doivent pas considérer qu’il s’agit d’un assez bon fromage financier.

Sa…nofi! Je vous demande de vous arrêter. Version colérique d’un autre Edouard « first minister »: Balladur. Un nom qui sonne bon le fromage. Et ce d’autant plus qu’il avait ses habitudes naguère à Chamonix et qu’il présida un temps la Compagnie du Mont-Blanc. Un sacré bon morceau de fromage que ce poste parmi les plus gouleyants de la République pour un homme politique malheureux qui a toujours conservé dans la gorge la pomme de son ami de trente ans, Jacques Chirac. Avez-vous en mémoire le surnom de l’ancien Premier ministre de la seconde cohabitation: « Ballamou ». Tout nous rappelle au final les pâtes molles ou dures.

Et que dire de nos verts pâturages normands et du produit laitier de nos belles vaches plutôt épargnées par cette pourriture, le covid 19, qui n’a rien de noble comme on dit dans le milieu vigneron dans le Sauterne et d’autres régions. Normal car dit fromage… divin plutôt blanc, contrairement aux idées reçues.

Le rouge, parlons-en avec le maroilles cher à Dany Boon et ses compatriotes du « Chnord ». Plus dégoulinant que jamais. Avec la crise. Ca roque…fort aussi dans l’Aveyron et dans le chabichou du Poitou défendu autrefois par « Ségo ». Que l’on n’a trop entendue depuis le confinement. Et ça c’est très inquiétant! Se serait-t-elle enfuie vers ses anciennes terres glaciales où à ma connaissance les vaches ne paissent pas. Et pourtant en terme de « peau de vache » elle n’est pas… »manchote »!

Ossau Iraty, les amis…

PS: Natif de Pont-l’Evêque, mais peu amateur de fromages, je n’imaginais vraiment pas produire un jour une telle chronique malodorante en version appellation pas toujours contrôlée! Bon appétit et surtout affinage quand même.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :