Du cousu main et machine dans ce grand cafouillage de la « masqua…rade »!

Ordre. Contre-ordre. Et désordre. Telles sont les grandes mamelles de la communication gouvernementale et scientifique depuis deux mois! Sans parler de la désinformation médiatique en chef d’orchestre de cette grande désolation. Finalement on l’a notre tournoi de Roland-Garros dans les tribunes. Où les balles fusent d’un camp à l’autre. Jeu, set et pas match pour un torticolis assuré.

On croit comprendre que l’opération « Overlord » du déconfinement opéré à partir du 11 mai prochain se fera sur une base nationale et non pas régionale mais…avec des spécificités locales (légitimes) et que l’école rouvrira sur la base elle d’un volontariat des parents. Et des enseignants ? En quelque sorte un en un même-temps présidentiel. Il ne serait pas également inopportun que les ministres soient invités à la…fermer leur bouche avec un méga-masque, une bonne fois pour toutes d’ici aux décisions finales qui d’un jour à l’autre peuvent encore changer.. Je vote pour un déconfinement très lointain pour certaines de nos élites politiques. A babord comme à tribord.

La sortie de crise s’annonce en effet des plus délicates avec cette phase de déconfinement impossible à réaliser sans faire des mécontents. Une…vraie prise de tests avec, au menu, polémiques répétées au tour du traçage, du dépistage et des masques et gels hydroalcooliques.

A propos de menu vraiment aussi indigeste: celui de l’addition salée pour tout un pan de notre économie liée au tourisme et à la réouverture des bars, brasseries, restaurants et hôtels. On en saura peut-être un peu plus à l’issue de la rencontre entre le chef de l’Etat et les organisations syndicales.

Une chose est sûre: s’il est une profession qui a bien la carotte et la banane (mangez des légumes et des fruits) c’est bien celle du buraliste, qui dès la fin du mois, devrait avoir la possibilité de vendre des masques lavables et en tissu, essentiellement « made in France ». Le tout est de savoir s’ils seront « sponsorisés » par les manufacturiers américains, privés de belles images. Déjà que certains se sont précipités sur les bienfaits éventuels de la nicotine. A quand un slogan sur les paquets « fumer sauve des vies ». Il n’est pas encore prévu que nos amis buralistes vendent des brins de muguet le 1 er mai comme les grandes surfaces qui elles vont pouvoir rajouter une nouvelle corde à leur arc commercial. Ils ne vendent pas encore des pierres tombales et des automobiles… Mais ça pourrait venir! Les vrais fleuristes, vont eux s’assoir sur les ventes de leurs clochettes. Peut-être auront-ils le loisir de vendre du trèfle porte-bonheur à la fête des mères. On marche vraiment sur la tête dans cette grande cacophonie ambiante.

Pour en revenir aux soucis des restaurateurs, on ne peut que reprendre à notre compte le propos du…Duc de Normandie, Hervé Morin, « qu’y a-t-il de commun entre un bar-restaurant de son village natal d’Epaignes, dans l’Eure et une brasserie parisienne faisant plusieurs milliers de couverts ? Une vraie quadrature du cercle! Reste que la différenciation professionnelle entre les gros et les petits est quasiment impossible.

Et attendant chapeau aux maires et présidents de Régions, celle de Normandie n’étant pas en reste avec des villes comme Louviers, Evreux, le Havre (qui doit distribuer prochainement 280.000 masques à sa population) qui ont mouillé leur chemise. Et même leur blouse comme celui de l’édile ébroïcien (médecin urgentiste de profession) et de son adversaire socialiste qui lui aussi a effectué une plus modeste distribution mais réelle, pour faire confectionner ou acheter des masques pour les livrer gratuitement à leurs concitoyens. Une démarche de solidarité à laquelle il faut associer nombre d’entrepreneurs et de petites mains bénévoles. Une façon de remettre au gout du jour un équipement devenu un peu obsolète depuis des décennies: la machine à coudre. La grande vedette du confinement. Vive la machine à coudre et ses canettes de fils. Il ne fait pas de doute qu’elle sera décorée à la…Libération, cette machine que l’on doit à un artisan stéphanois, Barthélémy Thimonnier (la marque existe toujours), qui, en 1830, déposa un premier brevet d’une mécanique à coudre alors construite en bois!

PS: On n’est jamais déçu avec la communication présidentielle de Donald Trump. Mais là il a vraiment fait fort en invitant ses compatriotes à éventuellement s’injecter une dose de désinfectant style eau de Javel ou faire des U.V pour vaincre en cinq minutes le covid 19! Stupéfiant. Il n’est pas prêt de recevoir le Nobel de médecine.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :