« Déconfinez-moi, pas trop vite »: douche froide et lavage à grandes eaux, shampoing compris!

« Déconfinez-moi, pas trop vite, pas trop vite » pour pasticher, crime de lèse-majesté, une chanson de Juliette Gréco! Que d’eau, que d’eau avec au menu de grands lavages à grandes eaux précisément, shampoing compris. Et même une douche froide pour ceux qui confondaient guide de bonnes pratiques pour le déconfinement modéré et un retour à la normalité. Comme celle d’avant. Heureusement encore que nos chers coiffeurs et coiffeuses vont rouvrir leur salon. En priorité, j’espère, pour accueillir nombre de nos politiciens qui mériteraient bien un bon shampoing. Pour laver leur tête, certes bien faite, personne n’en doute, mais tellement tournée vers une seule cible: le cœur central de l’exécutif. Ca aurait été surprenant que le discours (principalement axé sur la santé) de politique virale du Premier ministre devant les députés, ne recueille pas plus l’assentiment d’un français sur deux. Un score surtout plombé par la méfiance essentiellement liée à la rentrée scolaire mal perçue par les deux tiers de l’opinion. Il faut reconnaitre que nombre d’élus de gauche comme de droite et les syndicats enseignants et fédérations de parents d’élèves (la PEEP, marquée à droite, à un degré moindre que sa concurrente très politisée de la FCPE) font tout pour décourager les parents!

Comment aurait-il pu en être autrement alors que nos éditorialistes politiques ne cessent, à quelques exceptions près, depuis…l’affaire Benalla, de se surpasser dans la critique et souvent l’outrance. Il faut dire que le gouvernement, très souvent, prête à recevoir bien des baffes! Des claques symboliques que l’on peut d’une façon générale offrir à quantité d’opposants politiciens, qui une fois encore, se sont déchainés dans la démesure dirigée. Les mêmes que d’habitude. On ne pourra pas leur reprocher leur constance à géométrie non variable.

Il est d’ailleurs intéressant de constater que les critiques sont essentiellement venues de ces « petits chefs » et non pas des « grands maires » et responsables de « gouvernements » départements et régionaux, pourtant peu soupçonnables d’être complaisants avec le pouvoir macroniste et « philippiste », plutôt bienveillants dans l’ensemble à l’égard des mesures annoncées par Edouard Philippe.

On passera sur la prophétie et la certitude d’une seconde sérieuse vague de coronavirus du professeur de médecine et de…tango, Jean-Luc Mélenchon. Ce qui nous donne finalement de sérieux espoirs car ses précédentes annonces sur le déferlement de millions de « travailleurs et travailleuses » dans les rues n’ont pas été suivies! Loin s’en faut.

Qui y-a-t-il encore en commun entre la présidente de la Région Ile de France, Valérie Pécresse et son collègue du Grand Est, Jean Rottner, urgentiste de profession, raisonnables dans leurs réflexions et l’insupportable et caricatural Monsieur Ciotti, qui très courageusement avait finalement renoncé à briguer la mairie de Nice, sûr d’une « sévère branlée » face à Christian Estrosi. On peut se demander pourquoi il n’a pas encore rejoint ses « amis » Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan et consorts.

C’est tellement plus confortable de jouer les commentateurs pleins de certitudes notamment scientifiques et médicales et les habitués des cafés du commerce, qui dans l’attente de leur réouverture, fonctionnent toujours à plein dans le petit microcosme surtout parisien. Et finalement le plus drôle (enfin façon de parler) c’est que le Premier ministre ait surtout parlé de santé d’abord plutôt que d’économie dans son propos, même s’il a employé le terme fort et hélas juste, d’écroulement. Ce qui lui a été reproché par les mêmes, qui, il y encore quelques jours encore, ne voyaient que par la sauvegarde prioritaire de la population. Il parle prudence et santé, alors il a tout faux. Il aurait dû ne parler que de la sauvegarde économique! Et on lui serait tombé dessus à bras pas forcément raccourcis

En attendant à partir de jeudi soir, la France jacobine et centralisée va vivre à l’heure de la départementalisation avec une liberté très surveillée pour les habitants habitant dans le « rouge ». Et « vert » pour les plus heureux. Quelle revanche pour nos départements voués aux gémonies et appelés à disparaitre politiquement il y a une décennie! La départementalisation de la sortie de confinement n’est pas une mauvaise idée…pour les populations de l’ouest du pays qui a priori devraient être favorisées. Encore que l’épée de Damoclès, brandie non sans raison par Edouard Philippe, reste toujours au dessus de nos têtes, lavées bien sûr! On a plutôt intérêt à toujours se frotter les mains Non pas pour crier victoire mais bien croire à des jours meilleurs en respectant à la lettre les gestes barrières. Et que l’ennemi, à combattre prioritairement, n’est pas le gouvernement mais bien le virus! Un combat certainement perdu lui d’avance dans ce climat délétère où la désunion nationale a toujours de beaux jours devant elle! Le coronavirus, c’est bien sûr la faute à Macron! On est même à se demander si ce n’est pas cet affreux « dictateur » qui nous l’a importé de Chine ? Tout est possible dans ce monde de fous!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :