La fièvre jaune reprend…toute honte infecte et bue!

De Nantes, non pas à Montaigu, mais bien Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Grenoble, Saint-Nazaire, la digue de la bêtise humaine (et non pas celle d’une chanson paillarde bien connue), n’est pas prête hélas! de céder. La preuve samedi avec des tentatives de pseudos Gilets jaunes de reprendre le dessus du pavé, mais pas vraiment celui du panier. Ils n’ont pas honte tous ces révolutionnaires en peau de lapin et chagrin, habillés de leurs chasubles de couleur jonquille pour tenter, dans un certain nombre de leurs anciens bastions, de semer le trouble et la désolation.

Des manifestations pour quoi faire et surtout en un tel moment où la France va essayer de se remettre au boulot? Alors que les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours interdits. Et que les commençants ont déjà assez « morflé » depuis plus de deux ans. Une économie suffisamment massacrée par le (légitime) confinement consécutif à la propagation du virus. Et ils remettent le couvert sans qu’ils soient invités à la table des convives pour s’affronter avec les forces de l’ordre qui seraient probablement plus utiles ailleurs, plutôt que de courir avec ces centaines d’imbéciles, au final verbalisés pour une grande majorité d’entre eux. On ne les plaindra pas. Bien au contraire. Les bien-pensants vont encore tirer à boulets rouges sur les violences policières éventuelles et crier à la dictature du pouvoir.

Dans la ville rose, Toulouse, les commerçants ont vu rouge et se sont mobilisés pour répondre à un slogan  » On ne veut plus de casseurs en ville ». « Nous ne sommes pas des méchants capitalistes qui roulent en jaguar, le cigare aux lèvres. Nous souhaitons seulement travailler après ces deux années de galère » a plaidé l’un de leur porte-parole.

Le maire républicain macro-compatible de la cinquième ville de France, Jean-Luc Doumenc, loin encore d’être réélu, se trouvait bien en première ligne de front pour les soutenir dans leur ras-le-bol! Un affrontement sans violence heureusement, les commerçants, opérant par petits paquets de moins de dix personnes, se sont retrouvés face à des provocateurs en force numérique inférieure.

Même tentative de retour sur scène à Montpellier sur la célèbre place de la Comédie, la bien nommée même avec de piètres acteurs, au nombre tout de même de 350 intermittents d’un spectacle de rue que l’on pensait à tort éloigné. Et qu’ajouter de plus au slogan à la richesse extrême de ces manifestants à Grenoble, autre place forte de la contestation jaune: « c’est la seconde vague qui se prépare dans notre ville et elle sera encore plus forte que la première ». Une brillante référence à la Covid-19! Nous ignorions jusqu’alors que la cité des portes alpines, la seule grande ville pour le moment gérée par un maire « vert », était bordée par la mer! Le réchauffement climatique a pris les devants. A moins bien sûr qu’il s’agissait de débordements fougueux de l’Isère dans la capitale de la pratique du vélo…En tout cas des « clusters » de « peste jaune » subsistent encore dans certaines de nos métropoles régionales.

Certes beaucoup moins inquiétants encore que les réapparitions de foyers épidémiques ici et là. C’est bien la preuve que ce maudit virus voyage toujours et que bon nombre de nos concitoyens n’ont toujours rien compris. Avec un exemple frappant dans un secteur géographique parmi les premiers touchés avec le Grand Est: la ville de Compiègne, où l’inhumation d’un jeune de 25 ans, décédé des suites d’un arrêt cardiaque, a été suivie par près de six cents personnes, vendredi. Même si l’on peut comprendre bien sûr le chagrin de tous ses proches, étais-ce bien raisonnable et acceptable?

PS: Pitié pour les vrais travailleurs contraints de ramasser avec les risques encourus une quantité impressionnante de masques et autres gants usagés et jetés à terre d’une façon scandaleuse dans les rues et sur les parkings des centres commerciaux. Les fautifs mériteraient une amende bien salée et de manier le balai en peine d’intérêt général! La décence ne les étouffe pas.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :