« J’assume » écrire ton nom: liberté de voter!

Ordre de mobilisation générale. A usage strictement électoral. « Gouverner, c’est choisir » avait pu dire en son temps Pierre Mendès-France, ancien président du Conseil sous la IV e République. L’un des glorieux prédécesseurs de l’actuel Premier ministre. Qui aujourd’hui, mais nul n’en doutait ou presque, a fait le choix à la fois de la cohérence et du courage politique en dévoilant sa décision finale. Celle de la date du 28 juin pour le scrutin du seul second tour. En répétant à quatre reprises dans son propos qu’il assumait cette option qui, de toute façon, ne pouvait pas être consensuelle souvent pour des raisons sanitaires (recevables) mais hélas fortement colorées de basse politique politicienne.

Je ne donnerai aujourd’hui qu’un motif certes subjectif! Comment aurait-t-on pu justifier un nouveau report plus lointain alors que la France se situe en zone de déconfinement avancé (mais loin d’être total) alors que la France du 25 mars était déjà privée depuis minuit de ses lieux de convivialité et s’apprêtait à vivre une période de deux mois de confinement. On confine, on vote, on déconfine, on ne vote pas? Ca vaut ce que ça vaut, peut-être, mais j’assume aussi. A mon tout petit niveau de « commentateur » modeste de l’actualité politique. Et je suis heureux que la démocratie prenne le dessus, même s’il ne faut pas se voiler la face: ce scrutin ne sera pas facile à vivre. Mais tellement nécessaire! Même avec un masque sur le visage. Et alors, vous parlez d’un lourd sacrifice! Ce n’est quand même pas la première fois que les électeurs déçus du premier tour et orphelins de leur candidat préféré, se…pinceront éventuellement le nez pour voter ou pas pour les deux ou les trois équipes finalistes restant en piste pour le second. Et dire qu’un journaliste, lors du point de presse du Premier ministre, a osé poser cette question de première importance et ô combien pertinente. « N’aurait-il pas été plus judicieux de voter le 21 juin, car le 28 certains électeurs potentiels seront en vacances ». Trop drôle. Le même jour que la fête de la musique, même réduite ? Ca aurait été encore une belle « première ». Au pire, à quoi servent aussi pour les plus craintifs (ce qui est respectable) les procurations qui d’ailleurs pourraient être autorisées en plus grand nombre (jusqu’à deux ou trois par électeur, peut-être) ?

Cela n’empêchera pas certains futurs battus de déposer des recours administratifs contre les maires sortants réélus et ayant disposé de moyens supplémentaires que leurs challengers pour des distributions de masques à leurs administrés.

Je préfère rester sur le dernier visage souriant du locataire de Matignon, titillé et c’est de bonne guerre sur ses intentions havraises. Ce n’est évidemment pas celui qui aspire à retourner sur ses terres maritimes, mais bien le Premier ministre, qui s’adressait à ses compatriotes et non pas à ses futurs administrés. Pas encore. Le moment n’est pas venu! On s’est contenté et c’est déjà beaucoup d’un discours courageux avec une belle anaphore à la sauce philippiste « J’assume ». Un exercice de style qui n’avait tout de même pas trop mal réussi électoralement à un ancien chef de l’Etat pendant sa dernière semaine de campagne décisive en 2012…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :