Concertos pathétiques pour mégalos…un jet d’éponge à la rouennaise et un saupoudrage havrais pas encore fixé!

Peuchère! Il a chopé le virus…de la politique. Vite une bonne dose de chloroquine. N’étant pas vétérinaire, je ne peux hélas soigner cette belle espèce animale, cette nouvelle coqueluche de l’espace médiatique. On n’en finit plus de cette « Raoultmania » ou « Raoultphobie » lancée pas vraiment à corps défendant par ces « gonfleurs d’hélices » rouillées jusqu’à l’os. Du grand pathétique, hélas limite sectaire. Les « raoultiens » ne riment-ils pas, un peu avec, des Raëliens de sinistre mémoire. Mais là il avait eu des morts et pas de rire!

Lui président, célèbre anaphore hollandaise légèrement revue, le bon professeur Didier qui pense que le peuple le soutient formera un gouvernement d’union nationale avec tous ces rebelles qui l’ont, tel un Dieu vivant, vénéré où le vénèrent encore, Douste-Blazy, Christian Estrosi, Renaud Muselier (la revanche des sudistes, il ne manque plus que le futur retraité Gaudin et Bernard Tapie), le philosophe Michel Onfray (son futur Premier Sinistre!) sans oublier sa fidèle inconditionnelle qui n’a pas porté chance à François Fillon, la député marseillaise Valérie Boyer. Atteinte d’une rechute de sa covid-19 (?) on ne l’entend plus depuis un mois. Sans oublier ma « Ségo » adorée, qui curieusement et très courageusement a effacé ses tweets de soutien à son idole! Une affection passagère souhaitons-le. L’ancienne meilleure vendeuse du chabichou poitevin, se rapprocherait-t-elle du pouvoir en place ? Tout est possible avec la fille cachée de feu le président Edgard Faure, qui s’y connaissait en girouettes!

Un autre grand malade médiatique a fait aussi son apparition ces tout derniers jours. Par la grâce du chef de l’Etat qui l’avait pris au téléphone. Vous imaginez le général de Gaulle… »L’élégant » Jean-Marie Bigard, invité régulier des « Grosses têtes » ne passe plus les portes. Il se dit éventuellement « intéressé » par la présidentielle de 2022. « J’ai reçu le soutien, de plus de 7 millions de mes compatriotes ». Certes, mais il ne s’agissait que d’une vidéo virale traitant le président et son gouvernement de guignols (ça déplace des supporters) et d’un appel à la réouverture des bars et restaurants. Ce bouffon vulgaire et pathétique, supporter des Gilets jaunes, dit représenter le peuple. Quel peuple ? A quand le slogan « Je suis Bigard » ? Ca sera sans moi. Comme pour le professeur Raoult (d’un tout autre niveau, tout de même) crédité de 45 % d’opinions positives, on n’attend plus que le prochain sondage pour le « sauveur du peuple ».

Faut-il rappeler que le même Bigard, à ne pas confondre avec feu le général Bigeard (à la limite extrême plus drôle) enrôlé par le très populiste roi des forains, Marcel Campion, avait tout de même obtenu…0,5 % dans son arrondissement aux municipales à Paris le 15 mars dernier. N’est pas Coluche qui veut. Les gros mots dans la bouche de Coluche n’ont pas la même saveur!

Revenons à la vraie politique un peu plus sérieuse: les municipales du 28 juin avec le claquement de porte de l’entrepreneur rouennais, Jean-Louis Louvel, tête de liste de « Rouen autrement » fort de son score médiocre de 17 % au premier tour. Celui qui est encore propriétaire du quotidien « Paris-Normandie et du club de rugby local, lâche les siens pendant la mi-temps. Courage fuyons. Pas rancunier, il invite, grand seigneur, ses colistiers à prendre langue avec ses deux dissidents qui lui auront bien savonné la planche, Jean-François Bures et Marine Caron, dont l’alliance même avec des anciens de liste Louvel, ne suffira pas à battre le duo de gauche, Mayer-Rossignol-Bérégovoy. Du rose et du vert comme avant. Deux des anciens colistiers de la Marine rouennaise font déjà faux bond en annonçant leur intention de voter à gauche.

Dans l’autre métropole normande, le Havre, le rouge et le vert avec une grosse couche d’Insoumis ne se sont pas encore mélangés. Une question d’heures peut-être. On retiendra que pour avoir d’éventuels strapontins aux cinémas encore fermés de la politique, les « Verts » n’ont pas eu trop d’état d’âme pour négocier avec le député communiste et abandonner sur le bord de la route leur ancien leader, Alexis Deck, « blacklisté » par une partie des colistiers de Jean-Paul Lecoq! Pas très glorieux, tout ça! Et une grande première, tout aussi sûrement, mais qui au final, favoriserait plutôt les intérêts d’Edouard Philippe. Les additions potentielles d’un premier tour ne sont pas toujours respectées à l’arrivée. J’ai connu ce phénomène notamment à Evreux en 2001, année où la fusion de raison n’avait pas permis à Rolland Plaisance, maire communiste avec une toute autre aura, depuis 25 ans de la ville chef-lieu de l’Eure, de sauver son fauteuil. Il y a des sacrifiés de la sélection finale qui n’aiment pas trop ce genre de tambouille avec une partie de leurs électeurs…C’est souvent indigeste et encore plus s’il ne s’agit que d’un saupoudrage de circonstance!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :