Municipales: le grand fiasco des…Paris perdus et un torticolis plutôt à droite!

Le gain des trois villes du fameux PLM (Paris-Lyon-Marseille) semblait il y a encore un an dans les cordes du parti du président. Il ne semble plus aujourd’hui qu’un fiasco annoncé. Principalement à Paris et Lyon où LaREM a déjà tout perdu. Ou presque. C’est vraiment le Grand Guignol (comme GG le lyonnais) dans la cité entre Rhône et Saône, au pays des marionnettes, où l’accord entre Gnafron Colomb et Laurent Wauquiez soulève les plus grandes résistances dans une ville pourtant fière de son passé historique avec de grands résistants pendant la Seconde guerre mondiale! Autre temps, autres mœurs qui aujourd’hui aboutit à un vrai désastre tant chez les marcheurs complétement déboussolés et des Républicains qui le sont tout autant. Les défections et désertions se multiplient à grande vitesse au pays de la bonne bouffe. Mais là, la cuisine est vraiment indigeste et le vin sent le bouchon. Le maire sortant et tout puissant et l’ancien président de la Métropole, risque de prendre un sacré bouillon. Quelle cruelle fin de carrière politique pour le primat des gaules qui va…les plier sur une défaite cuisante et susciter une vive colère chez les électeurs et électrices lyonnais et de la métropole en très bonne passe de passer aux mains des « verts » qui n’en demandaient pas tant. Un véritable fiasco qui s’ajoute à la comédie capitale et parisienne. Du très mauvais théâtre. Il faudra très probablement attendre le 3 e tour pour connaître l’identité de la maire avec tous ces embrouillaminis politiciens. Le plus symbolique d’entre eux étant le ralliement de la maire du V e arrondissement, Florence Berthout, qui, pour tenter de conserver sa mairie, a quitté courageusement Agnès Buzyn pour Rachida Dati! Qui vient de lancer une application (miracle ?) pour susciter des rencontres à usage unique. Un club de rencontres politiques en mode informatique! Sans oublier l’illustre mathématicien, Cédric Villani, le seul de sa liste parisienne à pouvoir se maintenir dans son arrondissement et qui comptera finalement ses voix au second tour. Ses futurs électeurs ne connaissent toujours pas à ce jour sa position à géométrie variable pour le 3 e tour décisif. On peut raisonnablement imaginer toutefois que son torticolis penchera à gauche.

Reste le pastis marseilais où la le centre et la droite risquent de tout perdre au détriment de la gauche socialo-insoumise teintée de rouge et de verdure. Claque, claque et reclaque surtout que les alliances de circonstance mais raisonnables entre les maires sortants de Bordeaux et Toulouse et leurs partenaires marcheurs du second tour les sauveront peut-être du pire. Le torticolis est plutôt à droite comme d’autres viles. Et si le meilleur pour le Président venait de la seule ville du Havre, où le Premier ministre est en ballotage favorable, mais pas encarté à LaREM, contrairement à ses ministres, Sébastien Lecornu, Gérald Darmanin et Bruno Le maire, même si ce dernier n’était pas candidat municipale.

Pour preuve aussi la lune de miel entre le peuple français et son…Premier ministre, Edouard Philippe, plébiscité aujourd’hui à 64 % pour qu’il reste à Matignon! Qui aurait pu imaginer une telle cote d’amour il y a trois mois ? Il est plus que probable que cette enquête d’opinion réalisée auprès de la population havraise donnerait un autre résultat avec un plébiscite cette fois en faveur d’un départ de Matignon et un retour le plus proche possible dans la cité de la Porte Océane, au pays des « tripes au gout salé » et si chère au « Doudou » havrais. L’ancien maire du Havre et qui aspire à le redevenir, après un nouvel intérim assuré par Jean-Baptiste Gastinnes, probablement mais pas…forcément, compte lui avec un certain réconfort, les demandes de soutien d’un grand nombre de maires ou de candidats à travers l’hexagone. Quelle évolution ! C’est bien aussi le signe que la grande roue tourne, portée par un vent très porteur! Avec pour projets quelques déplacements, entre autres Brest, Bordeaux chez son ancien mentor, Alain Juppé, dont le successeur est en grand danger pour une ville qui n’a connu depuis la Libération que deux grands maires et quelques intérimaires! Sans oublier toutefois un troisième port, son port d’attache, le Havre, après une petite halte parisienne, hier, en soutien à l’énarque Gaspard Gantzer (issu de la même promotion que Emmanuel Macron) l’ancien communiquant de François Hollande, resté fidèle lui à Agnès Buzyn. Et dont la particularité est celle d’avoir été l’élève d’Edouard Philippe, en classe de droit!

Maintenant droit devant pour l’actuel locataire de Matignon qui n’a pas précisément…droit à l’erreur pour regagner sa ville de cœur.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :