La très courte échelle de…Jacob pour un éperonnage du Titanic par le radeau de la Méduse et le zodiac de Marine!

Toujours impressionnant dans la mesure le président des Républicains, Christian Jacob. Où comment faire de l’opposition pour faire vraiment de l’opposition et se payer la tête du Premier ministre, Edouard Philippe, qui, selon ses propos parus dans les colonnes du Figaro « ferait mieux de s’occuper de Matignon que de sa campagne au Havre ». Sympa pour les militants et élus républicains de la cité maritime! Et d’en rajouter une couche « on a vraiment besoin de remettre un pilote dans l’avion » sans oublier au passage de citer une référence plus maritime: « vous n’imaginez tout de même pas, dans l’éventualité d’un remaniement, que des Républicains vont monter sur le Titanic ». Je ne parierai pas, Monsieur Jacob!

Aurait-il déjà oublié le naufrage pas très loin à l’horizon, de son candidat aux Européennes, François-Xavier Bellamy, qui ressemblait peut-être à un » radeau de la Méduse » version années Macron! Aurait-il aussi rayé de sa mémoire le fait que la mairie du Havre est toujours détenue au moins, jusqu’à début juillet, par un maire républicain, Jean-Baptiste Gastinnes et que l’union…et pas seulement avec quelques renforts venus de la gauche, s’est faite autour du trio attelé Philippe-Le Bodo-Gastinnes, dans l’ordre d’arrivée sur la liste des partants sur l’hippodrome électoral. Un petit clin d’œil au passage à un ami ébroïcien féru de courses hippiques.

En attendant « Doudou » fait aujourd’hui campagne à la une de « Paris-Match » en tenue décontractée de week-end havrais dans les rues piétonnes de sa ville. Une belle illustration résumant à elle seule la « cool attitude » havraise de celui qui aspire à reprendre les commandes du navire-un jour viendra- et non pas du « Titanic ». Loin s’en faut. Avec une autre musique dans les oreilles « Je marche seul » de Jean-Jacques Goldman. Mais l’homme devenu d’Etat n’est plus vraiment un inconnu (le titre du magazine), et marche pas mal accompagné au niveau national si l’on en juge ses sondages qu’aimerait bien avoir…Christian Jacob. Et puis ce n’est pas si mal d’être un inconnu devenu célèbre comme celui de l’Arc de Triomphe.

De triomphe, il n’en est pas encore question pour le député communiste et pour ses supporters. Sous les galets la plage pour les partisans de Jean-Paul Lecoq, le député finaliste le 28 juin avec Edouard Philippe. Plusieurs de ses camarades députés et sénateurs sont passés par la plage, non pas pour y jouer aux boules, lors de leur tournée havraise hier. Avec au passage pour les frères de la lutte finale, le régional de l’étape, Sébastien Jumel, député PCF et ancien maire de Dieppe et l’insoumis autonomiste, François Ruffin, l’occasion de s’offrir une petite pause et pose bien méritées et de se rafraîchir en suçant de la glace. Qui, a priori, sur l’image relayée par les réseaux sociaux,, n’était pas aux fruits bien rouges et encore moins couleur pistache, devant un van, avec aussi, au menu, des barbes à papa. Ils n’ont pas osé pour autant se lécher les babines à la santé du barbu le plus célèbre du Havre. Ils ont dû néanmoins beaucoup y penser à leur barbu tant aimé. Ah la barbe, doit aussi se dire en ne rasant plus le matin, l’ancien maire d’Evreux et ancien ministre et président de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel, Jean-Louis Debré, qui est apparu pour la première fois…barbu à la télé ce matin, pour commenter entre autres, l’hommage très particulier rendu par Marine Le Pen à l’Ile de Sein, en Bretagne. Ce nouveau look ne doit pas être considéré pour autant comme un soutien politique à… Edouard Philippe et Laurent Wauquier! Entre autres…

De Dijon à la l’Ile de Sein, la cheftaine du Rassemblement national a surtout fait de la récupération cette semaine. Une sacrée brocanteuse de la politique (pardon aux professionnels de ce secteur!). Où comment faire le buzz en rejoignant en zodiac la mer d’Iroise, pour devancer l’Appel…du général de Gaulle. Pour échapper en vain à une possible vindicte populaire qui même la veille l’attendait néanmoins pour ce coup politique pathétique et indigne. Deux petites heures au grand large de Brest pour un échouage total et pour finir, le pire, sa gerbe piétinée par des opposants. Ce qui n’est pas plus respectable. Et dire que la vraie marine, celle nationale, n’a même pas daigné, escorter la nouvelle « Jeanne de France », et pas davantage les bateaux verts et orange de la Société nationale de secours en mer. Tout fout vraiment le camp dans cette chronique iodée avec au menu le Titanic, le radeau de la Meduse et le canot pneumatique. Sans oublier les galets havrais!

Et surtout en cette journée anniversaire un hommage appuyé aux quatre compagnons de la Libération, derniers rescapés d’une page glorieuse de notre histoire.

C’est fou aussi, après quelques années de relative confidentialité, que cette date du 18 juin est revenue en ces temps troublés, très, très mode, même pour les plus virulents détracteurs du « dernier des géants ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :