Municipales: pages télés, marchandages ratés et le « Ché », havrais d’un jour!

Direction le sud dans un premier temps et une autre arène politique: celle d’Arles, qui voit un grand nom de la télé, le père des « Racines et des ailes » et ancien président du service public France-Télés, Patrick de Carolis, affronter pour la première fois le suffrage universel. Même s’il n’a encore gagné, le candidat classé divers droite, en tête du premier tour, a tout de même de réelles chances de l’emporter face à l’équipe sortante et vieillissante communiste en place depuis un long bail! Ses détracteurs et adversaires se sont aussi fait un malin plaisir de rappeler ses déboires dans une affaire très médiatique liée à l’affaire Bygmalion où il a été condamné pour favoritisme. D’où les surnoms peu flatteurs dont il a été affublé: « Patrick de Casserolis » et Patrick de Balkanys ». Les gens sont vraiment méchants. L’ancien homme de télé a d’ores et déjà annoncé en cas de victoire que son premier engagement, dès la première séance du conseil municipal, serait l’installation des caméras de vidéoprotection. Quoi de plus naturel pour lui que de privilégier les caméras! On ne se refait pas.

Il n’est certes pas candidat, mais c’est un acteur parmi les importants de l’espace médiatique dans le domaine de la politique. Jean-Jacques Bourdin, s’il n’a pas encore commenté-« la France veut savoir »- son éviction de la matinale de RMC-BFM, dont il est un pilier depuis vingt ans, doit toutefois l’avoir mauvaise. Il devrait, à l’âge de 70 ans, être remplacé par la génération montante, sa consoeur et suppléante, Appoline de Malherbe. Ce n’est décidément pas sa saison après un retrait de permis de conduire pour un excès de grande vitesse sur une autoroute du sud de la France où il se rendait au chevet de sa maman, se retrouve aussi en situation de retrait de sa matinale. Ce qui ne veut pas dire qu’il pourra faire une grasse matinée bien méritée puisqu’il conduira toujours son interview de 8h30!

A Marseille, après le règne de Jean-Claude Gaudin, qui lui va bien prendre sa retraite définitivement, la droite pourrait bien perdre la mairie, dans ce peu goûteux aïoli provençal et électoral.

Les « poulets » picorent depuis quelques jours dans un possible trafic de procurations commis par deux têtes de liste d’arrondissements de la cheftaine, Martine Vassal, la candidate républicaine et toujours présidente de la métropole marseillaise et du conseil départemental des Bouches-du-Rhône mais en sérieuse difficulté! Bonne mère, priez pour elle…dans ce pastis qui ne dit rien de bon.

Au pays des cigognes, dans la capitale alsacienne, Strasbourg, ce n’est pas triste non plus, où le « bourre-pif » est bien présent lui aussi avec au final, après un vrai pastis à la sauce riesling, le jeu d’échecs des alliances s’est poursuivi jusqu’au terme des mariage possibles. Il ne fallait pas louper la dernière minute du dépôt des listes. Après une vraie partie de poker menteur dans les dernières heures, un ancien dirigeant socialiste devenu macroniste a fait ami-ami et copiner avec ceux qu’ils combattait et détestait hier et plus précisément le candidat républicain, rallié à sa cause pour empêcher les écolos de prendre cette grande ville. Les marchandages pour les postes futurs s’étant mal passés entre les deux candidates verte (en tête au premier tour) et rose (l’ancienne maire et ministre Catherine Trautmann) le pari de la gagne reste jouable pour la liste « macron-républicaine ». Une situation que l’on retrouve dans un grand nombre de métropoles, les principales étant Bordeaux et Toulouse. Alors qu’à Lille, Martine Aubry, mordillée aux chevilles par le candidat vert, qui, pour la première fois ne fait pas cause commune avec la dame des 35 heures, pourrait mordre la poussière. Un « enfer du nord » pavé de mauvaises intentions ?

Et je gardais, bien sûr, le meilleur pour la fin, avec la venue du plus illustre des Marseillais, non il se s’agit pas d’un joueur de l’OM, mais bien du parachuté, depuis trois ans, du suprême « Ché » de la France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, attendu ce matin comme le messie en renfort du député communiste, Jean-Paul Lecoq, dans un autre port, celui du Havre. Où il a notamment fait son marché dans le quartier de Bléville, qui, sans être de Provence, mérite le déplacement. Dommage que la « République proclamée » n’ait pas croisé pas le Premier ministre dans sa ville. Peut-être aurait-il été aussi aimable que lorsqu’il rencontra par hasard le chef de l’Etat sur la Canebière. Grande gueule, peut-être mais pas en toute circonstance! Il faut reconnaître que le leader insoumis n’a pas choisi, en dehors des élections, comme cible principale le Premier ministre. Son « chouchou » étant bien sûr « Emmanuel I er Macron »

D’amabilité il en fut néanmoins question avec l’hôte du député communiste, un peu relayé au second plan, au troisième plan, les caméras et les micros n’ayant d’yeux et d’oreilles que pour le « Ché », très courtois avec les…militants d’Edouard Phillippe. Des scènes cocasses qui n’ont pas dû plaire à « Péponne ». Les « Philippistes » étaient venus en nombre pour montrer toute leur « puissance de feu ». En l’occurrence bon enfant avec leurs « concurrents ». De bonne humeur, la « Merluche » signa même deux documents électoraux du Premier ministre. C’est dire. Nous y reviendrons demain.

PS:Toujours le Havre avec son premier « apéritif-shopping » lancé à l’initiative de la Ville et de la Chambre de commerce et d’industrie. Une opération destinée à donner un coup de pouce aux commerçants et notamment les cafés et restaurants avec une animation de 18 h à 21 h. Les terrasses étaient bien pleines pour cette première réussie et devant se dérouler chaque jeudi pendant tout l’été. L’occasion était trop belle pour les colistiers d’Edouard Philippe et les militants de se retrouver en nombre et pour la première fois vraiment (en dehors des marchés) autour des halles centrales. La semaine prochaine, un autre quartier devrait être arpenté par toutes ces « grappes » militantes. Soucieuses bien sûr de respecter les gestes barrière liés à cette période de déconfinement.

Un dernier conseil: dépêchez-vous d acheter des paquets de riz « Uncle Ben » dont le packaging va être revu et corrigé pour cause de racisme. Les actuels vont bientôt devenir « collectors ». Quel monde merveilleux… La « connerie » ne risque pas d’être constipée!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :