« Au feu les pompiers, v’la la maison « Greta-Sego » qui brûle!

Un malheur n’arrive jamais seul. Si le dernier remaniement a enlevé à notre affectation notre chère Sibeth, le nouveau, heureusement, a évité le retour de la « fofolle » du « Poitou-Chabichou », qui, depuis samedi, a bien mérité un nouveau surnom « Greta-Ségo ». Aurait-t-elle désormais la double nationalité franco-suédoise ? Et il va en falloir des lances à eau pour que nos valeureux pompiers parviennent à circonscrire l’incendie. L’ancienne ambassadrice des banquises polaires était chaude comme les braises avec l’incendie de la cathédrale de Nantes. Comme à ses plus beaux jours pour donner des leçons au monde entier. Et au passage au nouveau « Malraux » du gouvernement, Roselyne Bachelot, la « diva de Valois » accourue à la hâte, ce qui est bien normal, au chevet de l’édifice religieux en compagnie du Premier ministre, Jean Castex.

Un peu plus vite qu’une ancienne ministre de l’Environnement, en la personne de Dominique Voynet, qui, il y a une quinzaine d’années, avait attendu la fumée des cierges avant de se rendre sur une catastrophe liée à une marée noire en Bretagne. Ce n’était pourtant plus le temps des diligences et il n’y avait pas davantage, me semble-t-il, de grève des avions, des trains et des chauffeurs de bus…Macron, qui n’existaient pas encore! La grosse boulette de l’actuelle directrice de l’Agence régionale de la santé (ARS), exilée à Mayotte peu avant le confinement de mars, avait fait grand bruit à l’époque.

Avec « Ségo », tout est bon dans le tweet. Et c’est jamais du lard, mais plutôt vachard. Elle tire souvent vite que son ombre. La preuve une nouvelle fois, quelques minutes seulement après…l’envol de Roselyne par la voie des airs (en l’occurrence pas ceux de l’opéra chers à l’ancienne ministre de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy). Direction la Loire-Atlantique. « Pour Nantes, il y a le TGV et l’empreinte carbone et le port du masque obligatoire dans les transports »? balance-t-elle, les mots vengeurs, une photo à l’appui montrant la locataire du ministère de la rue de Valois, sans son masque mais avec ses dossiers, dans un avion (le vrai ?) la transportant jusqu’au lieu du sinistre. Heureusement encore qu’elle ne tenait pas un petit verre de muscadet à la main pour se donner du courage! Pitoyable et petit.

Est-t-elle bien en situation celle qui dans le droit chemin (?) du Cirque (une rue bien connue de son ancien président de compagnon) qu’elle nous a refait quelques heures avant l’annonce du remaniement de l’équipe gouvernementale où une nouvelle fois…le TGV lui est passé sous le nez. Et là, il ne s’agissait pas d’un modeste scooter même présidentiel. Ce qui peut expliquer son nouveau courroux et son aigreur de plus en plus insupportable. Un coup je te vois mon bon « adjudant-président » (un de Funès gendarme en jupon mais beaucoup moins drôle) un coup je ne te vois plus et je balance tout mon fiel. A propos d’empreinte carbone, faut-il se souvenir qu’elle n’en a effectivement pas beaucoup dépensé pour ses nombreux déplacements sur les banquises. Peut-être un peu plus en revanche, dans la gestion de sa petite personne royale.

Pour en revenir à l’incendie de la cathédrale, heureusement maitrisé et moindre au niveau des dégâts provoqués que celui de Notre-Dame-de-Paris, on peut tout de même s’interroger sur la fragilité subite (depuis plusieurs années) de ce magnifique patrimoine, et de tant d’autres églises, qui hélas échappent à la main de Dieu, mais parfois pas à celle d’imprudents involontaires, ou d’autres plus volontaires qui massacrent par leurs gestes voulus des édifices religieux, témoignages chrétiens vieux d’une dizaine de siècles pour les plus anciens et ayant échappé à de multiples guerres et révolutions. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il faille donner…foi aux délires entrevus déjà dans les réseaux sociaux. Il faut savoir raison garder. Et surtout se garder de tour complotisme affligeant.

Je l’aime décidément bien cette comptine enfantine certes un peu revue et corrigée « Au feu les pompiers, y a la maison « Greta-Ségo » qui brûle ». C’est promis, pour ses prochains déplacements, Roselyne rebaptisée Matelot réempruntera de vieilles gabarres surtout sur la Loire…et plus loin dans le sud-ouest, » La rivière Espérance » (titre d’un vieux feuilleton avec l’ancien « cultissime » Thierry la fronde, l’acteur Jean-Claude Drouot. « Il était un petit navire, qui n’avait jamais, jamais navigué…ohé, matelot, ohé matelot… » Ségo » n’est pas prête elle de surnager sur les flots de la bêtise!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :