On refait le match…vive la campagne à découvert!

Deux noms pour un oui. Ils vont peser lourd le duc de Normandie, Hervé Morin et l’ancien Premier ministre, Edouard Philippe dans le choix définitif du futur siège de HAROPA et de sa présidence d’ici à la fin de l’année. Les deux hommes forts normands devraient être au coude à coude et sans masque pour bien vendre le port du Havre, plutôt que ceux de Paris ou Rouen, les deux autres prétendants, dont les villes éloignées des entrées maritimes, sont gérées on le sait par des maires socialistes. Le président de la Région Normandie n’a pas caché que sa préférence allait plutôt pour une ville maritime et pas seulement portuaire située dans les terres! Histoire de…refaire le match entre nos deux métropoles de Seine-Maritime. Il semblerait depuis quelques années que le Havre connaisse un vent très porteur. Merci qui ? Un singulier qui peut aussi se conjuguer au pluriel!

Le nouveau premier magistrat rouennais socialiste, Nicolas Mayer-Rossignol, quant à lui, n’a pas fait beaucoup preuve d’élégance et… d’ouverture d’esprit politique en fermant à double tour la porte à son opposition pour intégrer l’équipe dirigeante de sa métropole. Contrairement à son collègue de la Porte océane qui lui a offert trois vice-présidences aux maires socialistes et communistes de Montivilliers, Gonfreville-l’Orcher et Harfleur. Ce qui est normal et bienvenu sur le littoral compte tenu de l’importance de ces trois localités, a été rejeté brutalement et sans autre forme de procès sur les bords de Seine…Où les remous ont déjà aussi gagné avec la « branlée » subie une nouvelle fois par la droite et le centre. Qui depuis plus d’un quart de siècle, une éternité, n’ont toujours pas trouvé la perle rare pour succéder à Jean Lecanuet. Le parachutage d’une forte personnalité, ça se prépare dès maintenant! La seule solution pour parvenir enfin à exister électoralement car il est clair que les seconds couteaux, qui se sont présentés au fil des ans, ne feront jamais le poids face au dernier bébé « Fabius » N.M.R.

Désolés, les Havrais n’ont pas l’intention de lâcher et prêter leur maire, E.P, au firmament dans les sondages, pour l’envoyer « guerroyer » dans cette mare aux palmipèdes ou dans la marmite du « canard sans tête à la rouennaise ». Faut-il souhaiter que la représentation rouennaise sera un peu plus gourmande et croquante pour les électeurs de droite et du centre aux élections cantonales et régionales de l’an prochain. Une bonne occasion de faire émerger de futurs gagnants et pas d’éternels loosers!

En attendant le pitoyable résultat du mois de juin a déjà fait une première victime en la personne de la sénatrice sortante, Catherine Morin-Dessailly, qui aurait bien voulu conduire la liste au détriment de la havraise Agnès Canayer. L’élue centriste s’est néanmoins sagement rangée du côté du pragmatisme en acceptant la troisième place qui, en principe, devrait lui assurer une réélection sans trop de difficulté en bordure des Jardins du Luxembourg, à la Haute Assemblée.

Les jeux au casino royal des sénatoriales dans le département voisin de l’Eure, en revanche, ne sont pas faits, où la gauche, la fois précédente, n’avait raté pour seulement quelques voix le troisième siège. Il n’est pas interdit de penser que la nouvelle guerre des droites pourrait lui permettre de prendre sa revanche et lui chiper cette troisième place! De quoi avoir…les jetons à l’horizon de la fin de septembre. Largement défait aux municipales à Evreux, le socialiste Timour Veyri pourrait effectuer une entrée fracassante au Sénat. Attention, danger pour Hervé Maurey, d’un côté et Sébastien Lecornu, de l’autre. Qui vont s’empoigner et pas à fleurets mouchetés très probablement; Encore que le ministre des Outremers n’a pas trop besoin de battre la campagne pour se faire connaître. Et de toute façon il ne siègera pas dans un premier temps chez les sénateurs de l’opposition « marcheuse » au président Larcher. Encore un paradoxe de cette élection et chasse aux grands électeurs qui, dans les réseaux sociaux, vont voir leur trombine au quotidien aux côtés de leur poulain. Enfin pour ceux qui ne vont pas masquer leur penchant pour l’une des deux listes et leurs leaders. A défaut de Tour de France, on va pouvoir aussi admirer le paysage et les belles façades des mairies avec leurs premiers magistrats posant auprès de Nicole Duranton et de Hervé Maurey, qui, en la matière, ont déjà prouvé leur professionnalisme. La guerre des photos et des soutiens ne fait que commencer. Vive la campagne à découvert…Avec comme cadre aussi quelques mares villageoises! Qui va se faire plumer ?

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :