Règlements de comptes post municipales et « la justice injuste »!

Ca tangue déjà sur la Seine et la scène politique parisienne. En moins de quelques minutes, une vingtaine de furies vertes et féministes se son offertes le scalp de l’adjoint historique à la culture, Christophe Girard. Il a suffit de quelques pancartes brandies devant les fenêtres de l’hôtel de Paris « Anne t’es sérieuse » « Girard démission » pour que l’historique adjoint chargé de la culture…depuis 2001 et l’ère Delanoë et Hidalgo, quitte la scène en démissionnant de son poste (tout en restant conseiller municipal). Avec fracas. « J’ai 64 ans et une vie de famille, s’est-il expliqué, je n’ai nullement l’intention que l’on pourrisse davantage ma vie plus longtemps, que l’on m’emmerde à me justifier pour quelque chose que n’existe pas ». Explication de texte: il était l’objet de critiques et même davantage depuis le déclenchement de l’affaire Gabriel Matzeff, écrivain pédophile dont il a été lié dans le passé. Sa désormais ancienne « patronne » Anne Hidalgo n’a pu qu’accepter cette démission à son grand regret et s’est aussitôt déclarée…non sans raison « outrée et écoeurée ». « Dans quelle démocratie vivons-nous où le droit est piétiné par la rumeur, les amalgames et les soupçons ». Et pourtant « La drame de Paris » réélue dans un fauteuil fin juin et qui hier dans les colonnes du « Parisien » a redit qu’elle ne serait pas candidate en 2022 à la présidentielle, « tout en prenant toute sa part bien sûr au débat » ne cache pas depuis des années ses idées féministes et écologistes.

Voilà un événement qui risque d’envenimer très vite les relations au sein même de l’équipe municipale où les « verts » sont loin de jouer les figurants avec notamment la présence de l’une des féministes et vertes parmi les plus virulentes, Raphaëlle Remi-Leleu. Le bras armé avec sa consoeur de la démesure, Caroline de Hass, de la cause des ayatollahs en jupon, qui sans porter la barbe, sont d’une réelle nuisance par leur outrance scandaleuse et pas seulement que dans le cas précis de cette nouvelle affaire qui jette le masque sur leur réel pouvoir de nuisance. Au moins médiatique. Le « maccartisme » à la sauce vinaigrée est bien de retour. Indigeste et au goût très rance! Toutes les causes féministes (certaines d’entre elles sont tout à fait nobles) et notamment celles des violences dont elles sont victimes, ne sont pas défendables. Loin s’en faut. Même lorsqu’il s’agit d’abattre un homme politique. Un jeu à la mode. Le chamboule-tout de la démesure trop souvent. Qui sera la prochaine victime? Où plutôt la quille à dégommer ? Le nouveau ministre de l’Intérieur, Gerald « Darmalin » ne va pas cesser de traîner comme un boulet son affaire et derrière lui des opposantes par qui, l’odeur du sang, alléchées vont aussi lui pourrir la vie.

Loin de Paris, mais sur la…route de Louviers, le maire réélu dès le premier tour, François Xavier Priolleau, n’a pas adressé la partition de la célèbre comptine pour enfants mais bien un…réquisitoire en bonne et due forme à l’adresse de la procureure de la république d’Evreux. Un « J’accuse » sous forme de lettre ouverte transmise à la presse locale et régionale, dans lequel le premier magistrat (sans robe) de la ville de Louviers dénonce l’injustice de la justice à l’égard d’une bande de voyous, auteurs de dégradations répétées et graves dans sa localité et qui s’en sont tirés vraiment à très bon compte. En dépit de la lourdeur de leurs exactions. Un phénomène récurrent mais qui fait de plus en plus bondir tous ces élus qui en ont « plus que marre » de revoir sur leur territoire (alors qu’ils en étaient interdits) pour commettre de nouveaux délits. Voilà qui pourrait lui…coûter un rappel à la loi comme il y a un peu plus d’un an son homologue maire d’Evreux, Guy Lefrand, qui avait invité les Gilets jaunes à manifester plutôt devant les grilles de la préfecture que sur les marches du perron de l’hôtel de ville et ses alentours!

En attendant on peut raisonnablement penser que le maire de Louviers ne passera pas ses vacances en compagnie de sa grande amie procureure de la République d’Evreux, qui sait-on jamais pourrait être défendue par toutes ces apôtres au féminin de la tolérance!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :