Une gaffe peu diplomatique pour le menhir breton et les adieux au dernier baron gaulliste!

Voilà une énigme ô combien historique rapidement résolue. Et pourtant les poulets (services secrets compris) du premier flic de France, Gérald « Darmalin » pas forcément toujours tant que ça, n’y sont pour rien. L’ex-candidate à la présidentielle que le monde entier nous a enviée, Ségolène Royal, n’avait pas pris en fait ses « désirs d’avenir » pour une réalité quelques heures avant le remaniement ministériel. Le vrai: celui des ministres et non pas des secrétaires d’Etat. Elle avait bien été approchée par un proche du chef de l’Etat, lors des ultimes tractations. Invité à sonder les possibles prises de guerre, à gauche, le chef de la diplomatie française, le « menhir breton », Jean-Yves Le Drian, dans sa mission de rapprochement, s’est aussi légèrement mélangé dans ses numéros de portable. Ce qui est encore plus fâcheux pour un ministre. Il a en effet malencontreusement envoyé un SMS par erreur destiné au locataire de l’Elysée, mais reçu de façon accidentelle par notre ancienne ministre, toujours prête lorsqu’il d’occuper un poste et de servir la France. Un texto de la plus belle veine: « Pompili, c’est très bien, c’est quand même mieux que l’autre folle de Ségo ». Imaginez la tête de l’intéressée, pas loin de déclencher une troisième guerre mondiale. J’exagère à peine, bien sûr. Comme d’habitude, surtout lorsqu’il s’agit d’évoquer le nom de ma préférée à qui il arrive également d’avoir des lueurs de belle lucidité pragmatique.

Je pousse d’autant plus loin le bouchon, que sur ce coup-là, la mauvaise réceptionniste de ce message a fait plutôt bonne mine en se répandant qu’elle aurait néanmoins eu le président au téléphone. Ce que dément l’Elysée. Elle en même pouffé de rire de cette bourde du patron du quai d’Orsay, en répétant à l’envie « si le grand chef de la diplomatie en arrive à mélanger ses messages, vous vous rendez-compte ». Précision utile: la « folle » ne se démonta pas et « textota » à Emmanuel Macron pour bien lui dire qu’elle attendait son coup de fil après la première approche de Jean-Yves Le Drian! Entre deux SMS et un infernal silence radio, l’ancienne écolo devenue marcheuse, Barbara Pompili, sauva au final sa place de numéro deux du nouveau gouvernement, alors que l’ancien ministre de la Défense de François Hollande, s’était pris aussi un râteau et une belle pelle avec la maire socialiste de Nantes Johanna Rolland et Marie-Guite Dufay, la présidente de la région Bourgogne-Franche-Comté, toutes deux aux abonnées absentes. Comme quoi l’ancien président de la Région Bretagne éprouve les pires difficultés avec son portable. A moins bien sûr que ses correspondantes se soient mises sur la liste rouge ou plutôt rose pour ce qui les concerne pour ne pas avoir à dire non à une proposition d’entrée au gouvernement.

Beaucoup moins drôle, on a appris hier la disparition, quelques heures seulement après son centième anniversaire, du dernier des vrais barons gaullistes historiques, Albin Chalandon, compagnon de la Libération, ancien ministre de l’Industrie l’Equipement et du Logement sous Georges Pompidou, Maurice Couve du Murville et Jacques Chaban-Delmas, avec qui il se fit connaitre pour avoir notamment lancé ses célèbres pavillons appelés « Chalendonnettes » à prix modéré (ensuite très décriés pour ses malfaçons) et Garde des Sceaux, son dernier portefeuille ministériel, avec Jacques Chirac pendant la première cohabitation. Sans oublier un passage à la tête d’Elf-Aquitaine, pendant cinq ans, où il s’illustra également dans la célèbre affaire des « avions renifleurs » pendant le septennat de VGE. On lui doit aussi…d’avoir bien reniflé, et c’est probablement un peu moins connu, une future pépite qu’il aida à ses débuts, une certaine Rachida Dati, future Garde des Sceaux, elle aussi, qui d’ailleurs invita en 2007, son précieux soutien de la première heure à son intronisation place Vendôme, par la grâce de Nicolas Sarkozy. Elle a toujours bien su choisir ses protecteurs la récente candidate aux municipales à Paris! Comme quoi un petit coup de pouce à la réussite de ce bel exemple de méritocratie comme ce qui la concerne, ne fait jamais de mâl(e) gagnant…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :