Coup de chaud et ambiance orageuse sur les sénatoriales!

Chasse, pêche, nature et traditions dans le monde politique en vue des prochaines sénatoriales. Si dans l’immédiat, c’est relativement calme en Seine-Maritime, la situation est autrement plus compliquée et agitée dans le département voisin de l’Eure où il n’y a pas vraiment de vacances pour la polémique. Ce ne sont pas de belles photos de plage ou de montagne que l’on voit sur les réseaux sociaux mais bien une galerie de portraits des élus ruraux devant leurs mairie avec…les futurs sénateurs ayant leur préférence. Et dans cette chasse sans gibier ou belle prise (encore que ?) de ce sport au bon cliché, le centriste Hervé Maurey, n’est pas le plus maladroit au cadrage et tirage. Et pourtant il a une rivale expérimentée avec son ancienne colistière, Nicole Duranton, passée « à l’ennemi » auprès du ministre, Sébastien Lecornu pour ce scrutin. Une grande spécialiste de la photo auprès de ses grands électeurs et proches, discipline qu’elle pratique avec une belle constance depuis son élection il y a un peu plus de cinq ans. Du grand art auquel elle vient d’ajouter une nouvelle corde à son arc: celle d’avoir décroché une flèche en direction de son maire et président départemental des Républicains, Guy Lefrand, dont elle rappelle une « entière fidélité et loyauté. dont il a eu besoin dans le passé, souvenons-nous de 2018 ». Une façon de le remettre à sa place lorsqu’en 2018, il a frôlé de peu la correctionnelle avec une fronde conséquente de son équipe majoritaire. Il s’en était fallu seulement d’une seule voix, à l’époque, pour qu’il ne soit pas mis en minorité avec cette forte dissidence à l’occasion du vote du budget.

Il est à noter que son toujours second adjoint au maire chargé de la sécurité, Nicolas Gavard-Gonvallud, vient d’afficher clairement sa préférence pour l’homme fort de l’Eure, Sébastien Lecornu, dont il va assurer la direction de la campagne des sénatoriales. Un renfort de qualité que ce passionné et professionnel de la chasse avec ses responsabilités assurées depuis nombre d’années au sein de la Fédération des chasseurs. C’est peu dire qu’il connait bien le monde rural et les élus. Ce dont se félicite bien sûr la sénatrice de l’Eure, l’amie…de tous ou presque depuis sa véritable entrée en politique et montée en puissance aux côtés de Bruno Le Maire et du ministre des Outremers et nouveau baron à l’ambition toujours plus grande du département. Et qui, là, par fidélité et amitié à l’égard de ses amis à qui elle doit beaucoup et un peu aussi d’opportunisme politique, a choisi sa nouvelle voie, tout en restant républicaine.

Sa « gentille » saillie ne va probablement pas plaire à son autre ami qu’est Guy Lefrand, qui n’est pas, à franchement parler, enclin à tendre facilement la joue droite…Il ne s’était d’ailleurs pas privé, lors de sa séance d’intronisation, de lâcher à la volée une phrase un peu assassine en direction de sa colistière sur ce qu’aucuns à droite ont considéré comme une « trahison ». Il est des trahisons empreintes de beaucoup d’amitié, voire même d’amour!

Il est probable que l’ambiance tourne un peu d’ici à la fin septembre, à l’orage, au sein même du conseil ébroïcien et de l’agglo, entre les tenants d’un soutien à Hervé Maurey, pourtant centriste, mais pas avare en critiques à l’égard du gouvernement et des Républicains, tout aussi hostiles au chef de l’Etat au niveau national, mais rangés comme de bons petits soldats obéissants (pas tous!) derrière le ministre tout puissant dans son département! Attention au grand écart et au claquage! Le nouveau monde politique n’est vraiment pas simple à comprendre du côté d’Evreux et dans les campagnes de l’Eure! Et lorsque vous y ajoutez les élus départementaux peu désireux de se fâcher avec leurs deux patrons (sur la même liste aux sénatoriales) en vue de mars 2021, vous avez tout compris. Ou presque.

Pour être plus léger, restons néanmoins sur les bords de l’Iton, où un Ebroïcien d’une vingtaine d’années, n’a pas trouvé mieux, alors qu’il était accompagné de son amie, que d’imiter le cri de la poule en regardant fixement les deux policiers qu’il croisait. Cette mauvaise blague, qui manque par trop d’originalité, lui a valu une garde à vue et une invitation à comparaître devant le tribunal pur début novembre.

Cocorico toujours mais cette fois-ci dans le monde du ballon rond avec la qualification des Lyonnais pour le « grand huit » de Lisbonne, dans les prochains jours où les Gones du président Aulas se retrouveront notamment aux côtés des…quataris parisiens du PSG et des Citizen de Manchester, tombeurs des Merengue (Réal de Madrid) de « Zizou » pourtant rois d’Espagne devant le Barca, lui toujours qualifié pour les quarts de la coupe d’Europe aux « grandes oreilles ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :