Un département à la botte d’un jeune loup devenu « rouleau compresseur » et politique tout puissant!

Y aurait-il un début de feu de broussailles, même limité, alors qu’il est au chevet d’une marée noire dans l’Océan indien à plus de 9.000 kilomètres de son département chéri, l’Eure ? C’est quand même étonnant que les obligés de l’homme tout puissant du Département, Sébastien Lecornu, aient cru bon signer une tribune de soutien (certains mal attentionnés y verront davantage une notion d’allégeance). Quoi de plus naturel au final que 26 élus du groupe majoritaire du Département de l’Eure se rangent derrière le ministre des Outremer et ancien président du Département appelé encore il y a peu conseil général. Il ne doit pas manquer beaucoup de voix chez les anciens conseillers généraux pour espérer une victoire du « rouleau compresseur » Celui qui n’était encore à l’époque, il y a dix ans, que le jeune protégé de Bruno Le Maire lorsqu’il remporta sa première campagne électorale, la mairie de Vernon au détriment du sortant Jean-Luc Miraux, RPR et ancien sénateur congédié par ses propres amis politiques. Puis puni par ses électeurs vernonnais au profit du jeune loup gaulliste à qui l’on n’imaginait pas à un destin national. La vingtaine triomphante! Et les dents déjà très longues. Le talent n’est pas une question d’âge.

Cette première victoire lui ayant ouvert l’appétit, il se lança dans une autre bataille: déloger les socialistes comme à Vernon. Une mission là aussi victorieuse. Avant qu’il ne rejoigne le gouvernement pour compléter le brelan d’as normand pour une ascension exceptionnelle à bien des égards. Si le Grand argentier BLM ne pèse plus désormais beaucoup dans la politique de l’Eure, il en est tout autrement pour l’ancien très jeune assistant du député des Andelys RPR puis UMP, Franck Gilard, devenu en moins de dix ans l’homme qui avale les obstacles avec une aisance incroyable. Il doit avoir probablement beaucoup de talent. De parvenir à faire aussi oublier qu’il appartient à un gouvernement honni au niveau national par…certains de ses amis politiques eurois, Chapeau l’artiste. Et même ceux qui ne l’étaient pas encore il n’y a pas si longtemps. Comme l’ancien député et maire socialiste de Conches-en-Ouche. Le jeune retraité de la politique, Alfred Recours, en pince désormais pour « Seb ». En témoigne son vibrant hommage en direction, toujours dans cette même tribune, du saint-homme et qui au passage vole dans les plumes du sénateur centriste, Hervé Maurey, qui lui succéda à la tête d’Eure Numérique entre 2015 et 2017 et dont il crucifie le bilan et dont le patron d’alors n’était autre que…avec des comparaisons pour le moins très flatteuses avec l’ancien homme d’Etat et figure emblématique du département, le lovérien Pierre Mendès-France!

Pas rancunier, celui qui était surnommé Freddy, battu avec le président du conseil général socialiste de l’époque par l’armée de Sébastien Lecornu. Tout comme Jean-Paul Legendre, toujours premier vice-président de l’assemblée départementale Qui en ces temps pas si éloignés aurait pu prétendre à mieux mais qui fut balayé par la tornade « Seb ». Et plus tard par le président actuel, Pascal Lehongre, ancien maire de Pacy-sur-Eure désigné président au départ de « Seb ». Un élu docile et intérimaire, très sympathique au demeurant, troisième de la liste Lecornu aux sénatoriales qui, et c’est assez drôle, se trouve complétée par une autre ex-pointure de l’Eure, « Ponia » junior, qui largué par son ami d’aujourd’hui, réussit néanmoins à se faire élire il y a six ans. Et notre chasseur bientôt à la retraite, ne passe pas pour être un supporter acharné du président Macron et de ses ministres! Un doux euphémisme.

Sébastien Lecornu peut aussi compter sur le soutien sans faille de ses collègues, entre autres ébroïciens, qui, en rangs serrés, et très bien disciplinés, n’ont pas peur de se blesser à faire le grand écart. alors qu’il y a à peine un mois ils avaient dans les pattes une liste macroniste cornaquée (certes timidement) par les deux ministres du cru. Leur survie « départementale » en dépend peut-être! Allez savoir…

Si l’on excepte le chef-lieu, Evreux, où le maire républicain, Guy Lefrand, est bien l’un des rares à revendiquer une forme d’indépendance et de non allégeance. L’ancien parti de Jacques Chirac et de Nicolas Sarkozy, a été laminé, éparpillé façon puzzle par ce « tonton flingueur » à qui tout réussit depuis son entrée en politique. Son prochain challenge est de s’emparer à terme de la présidence du Sénat. Et du titre flatteur de second personnage de l’Etat. Nous n’en sommes pas encore là, car même élu, le nouveau sénateur Lecornu, ne siègera pas au Palais du Luxembourg, tant qu’il restera au gouvernement comme ministre. C’est toujours plus confortable de pouvoir bénéficier, le cas échéant, d’un petit nid douillet et si confortable.

On ne peut que souhaiter aux grands électeurs de faire le bon choix dans ce grand chambardement dans lequel il n’est pas aisé de retrouver ses petits dans ce véritable « bordel ». Pardon pour cette expression vulgaire, mais hélas employée par nombre d’observateurs de la vie politique dans un département qui pourtant de façon géographique n’épouse pas la forme de la…botte italienne! Ca ne va pas être triste pour les départementales et les régionales, déjà pour les investitures au niveau du centre et de la droite de l’échiquier politique. C’est vraiment dommage que l’outremarin ait passé son tour et refusé de se confronter avec la duc de Normandie, Hervé Morin…Il faut croire que l’Abbaye aux…Dames à Caen, est moins convoité que les ors du Palais du Luxembourg, à Paris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :