Les derniers gaulois réfractaires, le joueur de pipeau et le sauveur!

Le logiciel « jaune » a dû probablement s’arrêter chez certains d’entre eux à la Seconde guerre mondiale! Peut-être qu’il se trouve même au sein de leurs troupes de plus en plus maigres quelques nostalgiques du « grand Reich ». N’est-il pas désolant que la révolution des Gilets jaunes, qui, à son départ, pouvait susciter, toujours chez certains, un soupçon de justification et de sympathie, aux premiers moments d’occupation des ronds-points, s’est totalement dévoyée au fil des mois en rendez-vous réguliers et répétitifs de la violence et exactions. Et surtout des perturbations et répercussions dramatiques pour des commerçants qui n’en peuvent plus. Deux ans presque de galère après les Gilets jaunes, les grèves liées au projet de retraite gouvernemental puis la Covid 19 depuis le mois de mars dernier.

Cela n’empêche pas ces derniers gaulois réfractaires d’occuper toujours plus bas le pavé de nos centres-villes et mobiliser des milliers de forces de l’ordre qui pourraient franchement avoir d’autres priorités que celles de courir après les derniers casseurs. On est néanmoins rassurés: leurs revendications restent intactes à les entendre. On est bien contents pour eux. Même si l’opinion publique, selon un sondage publié ce dimanche, ne leur accorde plus que 10 % de sympathie.

Cela pourrait prêter à sourire car celui qui les défendait depuis le début, Jean-Marie Bigard, et espérait constituer un petit matelas d’électeurs dans l’éventualité d’une participation à l’élection de la présidentielle de 2022, a dû, pour sa sécurité menacée être exfiltré de la place de la Bourse où il entendait se mêler à ses amis dans l’une des manifestations du jour.

Ses actions connaissent, elles aussi, une sérieuse baisse.

C’était sans compter la haine recuite de quelques tristes sires qui l’ont insulté et mal-traité notamment de « collabo » entre autres gentillesses. Un mauvais sort pas vraiment surprenant dans la mesure où ce VIP de l’élégance, avait osé, en milieu de semaine, se désolidariser d’une énième provocation de l’un des derniers irréductibles de la bande, la figure hélas éborgnée de Jérôme Rodrigues (au passage aussi poursuivi pour des violences conjugales sur sa compagne) qui avait comparé les policiers de nazis, entre autres « gracieusetés ». Une nouvelle insulte qui avait motivé une plainte du nouveau patron de Beauvau qui passait son premier examen de maintien de l’ordre avec les Gilets jaunes. Un examen plutôt réussi même si les mauvais élèves n’étaient pas en grand nombre et suffisamment…armés pour mettre une nouvelle fois une grosse pagaille.

Une pagaille bien réelle celle-là-même sans violences physiques, au sein de la grande famille sarkoziste qui croit toujours au chef suprême de la droite en « sauveur » dans l’hypothèse peu vraisemblable de sa candidature en 2022. La mère de toute les batailles à laquelle va renoncer sa pale « doublure » possible, François Baroin catalogué selon même ses amis : »Baroin, c’est le joueur de flûte des frères Grimm. Il a joué du pipeau, on l’a suivi et il nous a conduits dans le ravin » enragent les plus déçus de son comportement.

On le savait pêcheur et chasseur, mais pas encore joueur de pipeau. Pour ce qui est de Sarko, il est un autre obstacle qu’il se devra de franchir: celui de ses épreuves judiciaires, en l’occurrence ses procès liés aux écoutes et à l’affaire Bygmalion, d’ici au mois de mars prochain. Une double haie autrement plus délicate que ses deux grands succès de librairie avec son nouveau livre best-seller, le bien nommé « Le temps des tempêtes » et d’audience de l’émission de TMC « Quotidien » où il surtout marqué les esprits et suscité une vive polémique en semblant associer, selon ses détracteurs, les mots « singes et nègres ». Une aubaine pour les premiers prix de vertu de gauche et surtout de la France insoumise, dont les chevaux très lourds, ont…saboté la rentrée réussie de l’ancien chef d’Etat, sur qui les fantasmes des Républicains restent bien réels. « Même si tu revenais » chantait naguère Claude François. « Cloclo-Sarko » même chanson…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :