Super: un point G puissance cinq! Et une nouvelle sauce « verte Amisch »!

Le président Macron ne va pas se faire que des amis au sein de la communauté religieuse Amisch, bien connue pour vivre à l’écart de notre civilisation moderne. Depuis quatre siècles. Chassés de la Suisse (leur berceau) puis de l’Alsace, les Amisch sont ensuite partis tenter leur chance de l’autre côté de l’Atlantique où ils sont environ 350.000 à vivre en totale autarcie, dans les campagnes.

Mais est-ce si grave au demeurant, car il est peu probable que la nouvelle » provocation » oratoire présidentielle, peu flatteuse sur à la fois les réfractaires à l’installation de la 5 G et les tenants d’une civilisation à l’ancienne parvienne jusqu’à eux! Elle a en revanche été bien captée par les opposants habituels du chef d’Etat, soucieux prioritairement bien sûr de la préservation de la santé des utilisateurs futurs de cette nouvelle option technologique. Sans parler de ses effets sur la préservation de l’environnement. Avec toujours les mêmes excès de part et d’autre. Les critiques ont en effet fusé sur l’émergence de ce réseau mobile beaucoup plus performant à vitesse supersonique. Dix fois plus vite que la précédente, la quatrième génération qui d’ailleurs n’est pas déployée sur la totalité du territoire. Un argument parmi d’autres pour ses détracteurs, essentiellement marqués à gauche et chez les « verts » qui réclament un moratoire sur cette installation . Une belle paire gagnante avec aussi des complotistes, qui, une fois encore, crient haro sur le baudet.. La France éternelle, quoi. Celle dont se moquait le général de Gaulle dans les années soixante, « qui ne jure que par la lampe à huile et la marine à voile ». La France est le seul pays au monde ou presque aujourd’hui (enfin pour une minorité agissante et écoutée de nos compatriotes) à refuser cette avancée technologique. Ce qui ne veut pas dire pour autant qu’il faille tout avaler. Un effort de transparence sur les dangers éventuels ne doit pas être négligé. « La France des Lumières et de l’innovation » risque néanmoins d’être encore polluée par cette polémique.

Mais cette confrontation sur un point G, puissance cinq (une provocation osée) en vaut-t-elle encore la…chandelle ? Ne serait-ce que pour éclairer cette ancestrale querelle entre les anciens et les modernes! Il est grand temps de remettre les vieilles pendules des siècles passés à l’heure. Et que dire de l’éclairage public actionné par des préposés à l’allumage des becs de gaz à Paris. Notamment. Ca avait de la gueule! Et l’invention des premiers chevaux de fer et l’apparition de la fée électricité et du téléphone. Nos anciens, à l’époque, avaient dû aussi avoir une sacrée trouille! Mais les réseaux sociaux n’existaient pas encore…Tout comme la radio et la télévision. Seulement quelques gazettes de papier qui en ces « temps-là », se vendaient encore très bien. Elles constituaient la seule façon de s’informer.

Le numérique, toujours, avec l’annonce hier sur toutes les gazettes en version toile, de l’embauche officielle fin octobre du maire du Havre, Edouard Philippe, qui devrait rejoindre le groupe Atos, l’un des leaders européens en services numériques, comme administrateur indépendant. Un groupe puissant et performant dont l’ancien président, Thierry Breton, ancien ministre de l’Economie et des Finances sous Jacques Chirac, a été nommé il y a quelques mois commissaire européen à Bruxelles avec bien sûr l’appui de l’exécutif. Il n’en fallait pas plus pour que les plus grincheux et soupçonneux évoquent un « renvoi d’ascenseur ». La routine, quoi. Vous imaginez s’il avait rejoint la Française des Jeux, privatisée il y a peu. Un chance au grattage et au tirage.

L’ex-Premier ministre qui fut un temps salarié d’un autre groupe français spécialisé lui dans le nucléaire, en l’occurrence Areva, s’est déclaré enchanté de travailler à nouveau pour l’industrie française et une société, championne européenne. « Atos, déclare-t-il, a des compétences clés au coeur des enjeux digitaux et de l’indépendance technologique de la France ». Ne comptez pas sur lui pour croiser le fer avec ces « fines lames ». Atos, sans h, ne peut être guère être assimilé aux anciens mousquetaires du roi! Et « la tendresse bordel »!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :