Squatte toujours…même avec de jeunes députés devenus ministres!

La France est généreuse! Et c’est fou que nombre de nos compatriotes connaissent certaines lois qui les arrangent, sur le bout des ongles. Notamment celles liées à l’occupation d’habitations contre la volonté de leurs malheureux propriétaires. Qui n’en peuvent mais, en raison de la législation, souvent trop bienveillante pour les fautifs, en vigueur.

Les médias se sont emparés, non sans raison, ces derniers jours de deux cas si symboliques de squats scandaleux.. L’un sur la Côte d’Azur où un couple de septuagénaires a ému l’opinion publique avant enfin de récupérer son bien, une résidence secondaire occupée depuis plusieurs mois par un couple indélicat et laissée dans un triste état des lieux!

Même cas de mauvaise école dans la Nièvre, où là encore rebelote. Avec cerise sur le clafoutis, l’aplomb exceptionnel et indécent de l’occupante plus qu’indélicate devant les caméras de télévisions. C’est tout juste si ce n’est pas les occupants indésirables qui sont dans leurs bons droits et la victime dans son tort. Incroyable mais pourtant vrai. La dame arrive même à se plaindre de l’état d’entretien du jardin: « Il a fallu que l’on nettoie les tonnes de broussailles »…alors qu’à ses côtés l’autre « héros » de la scène, fume visiblement de la « beuh » comment disent les jeunes. De qui se moque-t-on ? Et il est à craindre que pareille situation se renouvelle souvent. Il semblerait toutefois que le gouvernement prenne le taureau par les cornes pour parvenir le plus rapidement possible à une modification de la législation. Mais pas trop vite, tout de même…Pour mon intérêt uniquement personnel.

Il faut en effet que je me dépêche justement à squatter à mon tour quelques résidences secondaires de mes amis ou connaissances. Il n’y a pas de raison que je n’en profite pas à mon tour. Sans vélo, j’ai déjà mon circuit dans le coin de la tête, mon tour de France du squat. Et il n’y a pas besoin de stimulant ou produit dopant. Première étape: le sud de l’Eure. Un petit arrêt dans une magnifique propriété avec piscine, bordée par une charmante rivière, l’Avre. J’espère au minimum que le propriétaire, un homme du bâtiment, aura pensé à refaire le niveau de l’eau. Et surtout celui de sa cave! C’est assez drôle de penser que ce pied à terre des plus sympathiques servit il y a une douzaine d’années à un week-end de séminaire d’un petit groupe de squatteurs de la pire espèce…des jeunes députés à leurs débuts dont deux sont actuellement ministres, Bruno Le Maire et Franck Riester. La où il y a de gêne, il n’y a vraiment pas de plaisir. Si je me fais virer par les gendarmes, j’ai déjà un plan B. Hélas un peu plus risqué car il s’agit là d’une habitation principale. Moins propice à un hébergement dans des conditions éhontées. Dans la montagne de Reims, parmi les crus les plus prestigieux de champagne. Au pays du pinot noir et meunier (tu ne dors pas) et du chardonnay. A seulement quelques lieues à cheval de l’abbaye de Hautvilliers, où Dom Pérignon inventa son célèbre breuvage au XVII e siècle. Et là je suis sûr que je trouverai bien quelques flacons pétillants dans la cave voutée en pierre du maître des lieux plus connu sous son appellation contrôlée « John Wolf ». Aÿ, Aÿ; Aÿ! Et là je ne joue pas au scrabble. Vraiment le pieds… de vigne du seigneur (s’entend) en quelque sorte. Je n’irai pas jusqu’au point G comme dans ma rubrique d’hier. Je pousserai bien néanmoins encore un peu plus loin le bouchon en descendant jusque dans le Luberon, sur les hauteurs d’Apt, où je dispose également d’une bonne adresse. Ca fait un bail (que je n’ai pas en ma possession) que je ne suis pas retourné dans un mas provençal tout aussi accueillant, bien à l’abri des regards, niché dans une propriété familiale (d’un élu de l’Eure) avec plusieurs dépendances des plus agréables, couverte notamment d’oliviers et de cerisiers et agrémentée elle aussi d’une piscine, en pierres du pays. Il ne manquera cet automne que les cigales. Un peu endormies. Tant pis, on ne peut pas tout avoir. Il ne faut pas exagérer. Là, j’espère que l’entretien de la maisonnée et du parc arboré a bien été effectué car vu la superficie, il y a du boulot! Car je ne suis ni jardinier, ni bricoleur. Personne n’est parfait!

J’y ajouterai bien au printemps prochain une autre destination: les Sables d’Olonne, en Vendée. Ca tombe bien je cherche éventuellement une maison ou un appartement pour me la couler douce en retraite. Les pieds dans l’eau ou presque, de préférence sur le remblai ou sa proximité. J’ai déjà une petite idée sur l’identité de la future victime. C’est ce qu’on appelle joindre l’utile à l’agréable.

Je verrai aussi d’un bon oeil la destination de la Côte d’Emeraude. Du côté de la « petite » datcha de l’écolo et ancien ministre de l’Ecologie, Nicolas Hulot, à Saint-Lunaire. Mais là un premier écueil. Je ne connais pas son planning d’occupation des lieux. Mais quel buzz formidable en perspective. Vous imaginez une demeure malouine occupée de façon scandaleuse par un havrais, habitant de la ville de son ex-Premier ministre ? J’en salive d’avance. Si ce n’est pas possible je pourrai toujours à deux pas d’ici me retrancher dans une autre malouine en bordure de mer. Mais là aussi attention danger, car l’occupant des lieux, y réside souvent. Trop souvent à mon goût d’apprenti squatteur retraité. La Corse! Mieux ne vaut pas y songer. Au pays de l’Omerta, la loi su silence fonctionne toutefois à plein. Enfin façon de parler! En moins d’une heure, vous êtes sûr d’être délogé manu militari! Trop risqué. Comme le Maroc, à Marrakech, très prisé par les havrais, où j’ai aussi des connaissances. Hasardeux pat temps de Covid prolongé.

Je prépare néanmoins mes valises. Avec le minimum d’effets. Je trouverai bien sur place. Pourquoi pas encore la Croatie, mais là, ça peut fait un peu loin et aléatoire en raison toujours des soucis liés au virus et avec l’engagement de beaucoup trop de frais. Je suis un poil trop habitué à nos belles régions. Squattons français. Pardon pour l’intéressé! A moins bien sûr qu’il m’offre un aller-retour en avion. De toute façon, je suis couvert, je pourrai toujours me protéger en cas de coup dur car je connais un avocat éminent spécialiste en affaires immobilières, sur la ville du Havre. Il va bien me trouver une nouvelle faille dans le système!

Un dernier détail: j’espère que les uns et les autres disposent d’une connexion internet. Comment je fais si je ne peux plus envoyer mes articles au quotidien ? Squatter n’empêche pas d’écrire! Et surtout n’hésitez pas à me donner des idées de bonnes adresses sympas! Je suis preneur…

P.S: Je suis quand même « réglo », j’ai demandé à deux des victimes potentielles leur avis sur la question. Ils ne seront pas pris ainsi au dépourvu. Une question de savoir-vivre. Un ami ça se respecte même en cas d’occupation illicite et si peu masquée!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :