Flute alors: un sacré pain de campagne sénatoriale au goût indigeste!

Il ne manquait pratiquement que les majorettes, la fanfare avec baguettes bien sûr, le président de la chambre syndicale de la boulangerie et le curé de la paroisse la plus proche pour bénir le pain. Le marquage à la culotte dont se livrent les candidats à l’élection sénatoriale dans l’Eure frise vraiment le ridicule. On en veut pour preuve, entre autres, le parterre fleuri de notabilités politiques présentes à la cérémonie inaugurale d’une petite boulangerie de campagne située non loin des ruines du Château-Gaillard. Certes un événement de la plus belle importance dans le contexte de la désertification commerciale du monde rural, mais tout de même.

Ceint de son écharpe tricolore, le maire du village de Bois-Jérôme-Saint-Ouen (moins de huit cents habitants), y a en effet accueilli un ministre des Outre-mer en campagne, Sébastien Lecornu (n’a-t-il pas d’autres préoccupations plus prioritaires ?) deux autres sénateurs désormais adversaires, un président de Région, Hervé Morin, en « préchauffage » électoral, lui , le président du Département, colistier du ministre Lecornu et le président de l’agglo des Andelys, une présence plus logique, elle. C’est fou ce que nos futurs représentants de la Haute-Assemblée, chouchoutent leurs « petits » collègues et grands électeurs de dimanche en huit. Des « mamours » dont l’intérêt électoraliste se voient comme le nez au milieu de la figure, même si tous et toutes, lors de leurs déplacements portent le masque. Il y en a forcément qui porteront un autre masque-celui de la défaite-le dimanche 27 septembre prochain. En attendant le commerçant et le maire ont bien profité des circonstances pour attirer un beau casting de stars! Un vrai festival de Cannes ou plus proche, Deauville, sans tapis rouge néanmoins. Même si cela ne se fait pas pour un magasin, contrairement à un équipement communal ou intercommunal, cela mériterait bien une petite plaque commémorative…Espérons que les petits fours ont été à la hauteur de l’événement.

Autre événement, toujours lié à la campagne des sénatoriales, le court déplacement du maire du Havre, Edouard Philippe, sur les terres du bourg maritime d’Octeville-sur-Mer, berceau de la famille Philippe où repose son grand-père, a effectué une rentrée remarquée après son silence de trois mois. Un retour pas vraiment silencieux de celui que l’on peut désormais surnommer Don Corleone, héros de son film préféré, « Le parrain ». L’homme politique préféré des français, notamment pour ses qualités d’autorité et que s’arrachent tous les médias (il fera bientôt entendre sa petite musique sur « Radio-Classique ») n’a pas failli à sa réputation pour sortir avec élégance son « flingue » et railler son ancienne famille politique « qui m’a exclu et exclu la présidente du mouvement en Seine-Maritime, Agnès Canayer, de ses rangs, après que la sénatrice ait eu l’outrecuidance de figurer sur ma liste aux municipales ». « Je dois dire toute ma reconnaissance à la direction des Républicains. Je suis plutôt mieux à l’extérieur ». Il a aussi profité de cette tribune pour manifester toutes ses craintes à l’égard du futur avec le présage de la traversée « d’une grosse tempête sanitaire, économique, sociale et peut-être politique ». Un propos pas vraiment joyeux.

L’ancien commandant de bord de « Air-Matignon » si proche de l’aéroport du Havre-Octeville aurait presque pu annoncer le derby de hand féminin, prévu ce soir aux « Docks » entre les deux équipes. Il est peu probable que le chef de cabine, Sébastien Lecornu, y fasse une escale. Ce n’est pas sa ligne aérienne. De la même façon d’ailleurs que sa collègue du gouvernement, l’ex-nageuse, ministre des Sports. Mais nul ne peut douter qu’elle y serait parfaitement accueillie par les dirigeants du HAC, dont Oumou Niang-Fouquet, la co-présidente, également adjointe à l’Enseignement depuis la fin juin au Havre! Bon décollage de la saison les filles…

PS: Un visage et quelles voix par centaines: celles, entre autres d’Astérix, Kermitt, la grenouille du « Muppet show », Kaa, le serpent du « Livre de la jungle », Benny Hill, Hercule Poirot, Mickey, « Winnie l’ourson », du droïde de « Stars wars » , C-3 PO, s’est à jamais éteinte. Sans oublier la voix de la « Panthère rose » de Peter Sellers et même du grand Charlie Chaplin. Charlot l’avait en effet choisi personnellement pour refaire le doublage du « Dictateur ». La légende du doublage français, le comédien Roger Carel, nous a quittés à l’âge de 93 ans. Respect, Monsieur. C’était une star dans son domaine. Pas toujours reconnu à sa juste valeur. Et dire que le comédien, grand prêtre du dessin animé avait failli faire le petit séminaire pour devenir curé. Sa première vocation. Cela ne l’a pas empêché de porter la soutane sur grand écran! Un faux curé mais tellement sympathique!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :