Quel naufrage et une bouillabaisse en version cuisine unilatérale et pastis frelaté!

Affligeant. Un vrai naufrage en terme de communication. Et pas seulement. Comment percevoir une telle pétaudière? En toute objectivité non partisane. Un nouveau coup de massue supplémentaire que l’on pouvait craindre depuis quelques jours. Qui touche dans un premier temps une branche professionnelle qui n’a pas tort de crier à la « mise à mort ». Surtout à Marseille où les bars et restaurants vont encore payer une addition salée avec une fermeture d’une quinzaine de jours. Et peut-être plus en fonction des événements. Qui ment dans cette affaire ? La parole politique et médicale mérite-t-elle encore d’être entendue ? Quelles bonnes raisons vont-ils encore trouver pour justifier ce tour de vis qui vise en premier lieu plusieurs pans entiers de notre économie. Les salles de sports, principalement fréquentées par des jeunes, la vie associative (déjà bien mise à mal) vont une nouvelle fois payer au prix fort . Comme les lieux de convivialité sacrifiés qui boivent la tasse. Un sacré « robusta » infecte. Les éternels punis. Alors que beaucoup ont joué le jeu pour tout ce qui relève de la sécurité sanitaire de leur clientèle. Ne déplace-t-on pas le problème ? Les jeunes et moins jeunes vont aller faire la fête ailleurs. Comme souvent depuis le déconfinement.et la fermeture des discothèques. Avec les conséquences que l’on connait avec le recrudescence des clusters consécutifs à des événements familiaux, et des débits de boissons qui vont devenir plus en plus clandestins.

Les chiffres que l’on nous balance à longueur de journée et d’antenne sont-ils vrais ou faux ? Comment justifier qu’il est obligatoire à Marseille, mais pas seulement, de fermer d’une façon urgente et sans sommation ou presque une terrasse. Il y a vraiment de quoi devenir écarlate. dans les zones d’alerte maximale comme en Guadeloupe, aussi. La nouvelle couleur à la mode. Un pantone devenu l’arc-en-ciel de la crise.

Le vent de panique a de nouveau soufflé avec la prise de parole du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui, il y a une dizaine de jours, avait reçu une soufflante du Président pour sa gestion jugée trop anxiogène de la crise. Le même ministre qui réclamait en vain depuis un bon moment le passage à un nouveau tour de vis. Il a visiblement obtenu le feu vert. Mais en oubliant au passage et ce n’est pas la moindre erreur grossière d’ouvrir un minimum de concertation avec les élus d’une quinzaine de métropoles-bassins universitaires, mises devant le fait accompli. Et qui crient non sans raison au scandale. Avec ou sans l’accent. Un front uni gauche-droite s’est aussitôt constitué dans la métropole Aix-Marseille qui parle d’une punition. Et même plus. Quelques élus, avec un ton, tout aussi inacceptable, parlent même d’une insoumission…acceptable des patrons de bars et restaurants. Dont ils soutiennent par avance une possible rébellion. Des élus de la République appelant presque à des jacqueries ? Carton rouge, carton rouge au pays du football pour des élus qui pourtant politiquement sont très éloignés, pour plusieurs d’entre eux des Insoumis. On n’a pas encore entendu leur chef de bande et député marseillais, Jean-Luc Mélenchon. Ca ne devrait plus tarder.

Nous sommes revenus au temps de la prohibition américaine. Au secours Elliot Ness, elles sont devenues folles nos pseudos élites politiques et médicales. Ah les carabins, qui, depuis six mois nous baladent avec leur suffisance et parfois leur incompétence et ignorance, vont revenir en force sur les plateaux de télévision pour nous abreuver de leur savoir à géométrie très variable. Quelle carabistouille. Et ça c’est un sacré virus. Tout aussi mortel. Et c’est bien dommage qu’ils ne soient pas eux aussi priés de fermer boutique sur d’autres plateaux que médicaux. Pour une loi du silence salutaire. Le « quoi qu’il en coûte » du Président est revenu dans l’actualité. Pour une économie partiellement sacrifiée sur l’autel de l’urgence de la situation sanitaire. Très controversée quant à son importance. En résumé, on comprend de moins en moins si ce n’est que les restaurants et bars sont les affreux petits canards et pratiquement les seuls fautifs dans cette propagation du virus. De qui se moque-t-on ? Une galéjade pas vraiment drôle au pays d’un pastis de plus en plus au goût frelaté! Par la faute d’irresponsables qui en revanche laissent ouverts des lieux de très forte concentration. Comprenne qui pourra. Et Roland-Garros, du côté de la Porte d’Auteuil, c’est mal barré, peuvent craindre les afficionados de la balle blanche ou jaune. S’il n’y avait que ça!

PS: Le plateau du Neubourg, dans l’Eure, n’avait jamais aussi bien porté son nom, hier, pour accueillir en « guest-star » un jeune ancien Premier ministre en la personne d’Edouard Philippe, venu en voisin soutenir son ancien ministre et ami, Sébastien Lecornu, en campagne sénatoriale. Et bien en campagne si l’on en juge le décor choisi, un hangar agricole et des tonnes de paille de lin. La culture locale. Des « balles en meules » par dizaines. Un « spectacle » original agrémenté de la présence des têtes d’affiche, évidemment masquées, juchées sur le plateau d’une remorque. Le copier-coller en version normande du Grandange de l’aciérie lorraine du temps de Hollande! De quoi vraiment prendre de la hauteur et en faire-un peu-des tonnes dans le décorum rural. On pourra désormais les appeler les « élus-artistes de la balle »! Ca sonne mieux que les élus de la meule! On s’en souviendra des sénatoriales par temps de Covid!. Et de cette belle carte postale. Il ne manquait même pas le coup de cidre en fin de soirée! Bonne dégustation. La buvette du Sénat au Palais du Luxembourg n’est pas encore interdite d’accès! On est rassuré.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :