« Les emmerdes ca vole toujours en escadrille »

Comme son si estimé prédécesseur, François Hollande, le titulaire du fauteuil présidentiel, Emmanuel Macron pourrait reprendre à son compte une célèbre formule lâchée avec gourmandise par le Grand Jacques dont la mémoire était honorée hier pour le premier anniversaire de sa disparition.

Comment en effet ne pas rendre à César ce qui appartient bien malgré lui à Emmanuel avec toute cette série d’attentats terroristes, trombes sociales, sociétales, politiques et maintenant sanitaires depuis six mois. Des tsunamis ininterrompus ou presque depuis l’affaire Benalla (lui aussi touché sévèrement par le virus et pourtant il portait un casque sans faire obligatoirement du scooter au déclenchement du scandale!) « Les emmerdes, ca vole toujours en escadrille » rapportait avec délice le chantre de l’humour corrézien, Jacques Chirac, dont on ne se lasse pas pour le fun de relire les citations dans un livre de son fidèle compagnon de route, Jean-Louis Debré , ancien maire d’Evreux et président de l’Assemblée nationale et du Conseil constitutionnel sur « son » Chirac.

Même si l’ouvrage date de cinq ans et ses formules de beaucoup plus longtemps encore, du temps de sa splendeur, elles restent néanmoins dans un coin de notre tête en ce lendemain d’hommages. Coïncidant, c’est étonnant, avec le décès de l’un de ses précieux amis, corrézien comme lui, le journaliste et écrivain, Denis Tillinac. Qui fut parmi les premiers à suivre les grands pas de J.C dans ses campagnes électorales alors qu’il était localier au quotidien régional « La Montagne ». Coïncidence aussi ce même jour avec quelques confessions télévisées de celle qui a travaillé dans l’ombre de son père à l’Hôtel de ville de Paris, puis à l’Elysée, Claude Chirac. Qui, pour la première fois, déclare ne pas fermer la porte à une possible implication personnelle politique sur les terres d’origine de son illustre papa et de sa mère, Bernadette, conseillère générale dans ce département durant une petite trentaine d’années.

Sur ce recueil de « pensées mémorables » comment oublier quelques unes de ces sorties. Telles que « le gaullisme sans de Gaulle, c’est vouloir faire du civet sans lièvre », « Bien sûr que je suis de gauche, je mange de la choucroute et je bois de la bière ». En campagne électorale où il ne manquait jamais d’appétit; « Allons boire à nos femmes; nos chevaux et ceux qui les montent ». Faisait-il alors une allusion grivoise (il aimait beaucoup) à une citation peut-être apprise pendant son service militaire à l’Ecole de cavalerie de Saumur ? « Clic clac, merci Kodak » lorsqu’il se faisait photographier en reprenant un fameux slogan publicitaire des années cinquante! Ou encore « Un chef, c’est fait pour cheffer », son adage favori ou ce proverbe arabe « Ne poussez jamais le chat dans le recoin ». Et peut-être le meilleur florilège pour la fin en version originale en anglais dans les rues de Jérusalem « What do you want ? Me to go back to my plane ». C’était quand même « abracadabrantesque »…dans l’un des salons de l’Elysée lors d’une interview télévisée.

Ce qui le sera aujourd’hui beaucoup moins, c’est le défilé des grands électeurs dans les préfectures comme à Rouen, avec une file d’attente ce matin, sous un coin de parapluie, et à Evreux, pour ne parler que nos deux départements anciennement haut-normands. Ca tombe dru…et pourtant quelques sueurs froides sont attendues pour les candidats et candidates à l’heure du…jugement. En reprendre ou prendre, ou pas, six ans fermes au Palais du Luxembourg. Il y a pire comme exil pas plus fiscal que carcéral! A eux et elles les ors d’un des plus palais de la République. Avec une préférence: sa bibliothèque. Un pur bijou! La cuisine, non électorale, n’y était pas mal non plus… A la bonne vôtre. Mais tous ne trinqueront pas à la buvette pour célébrer leur victoire!

En attendant, les grand électeurs de notre région risquent d’être sérieusement essorés, même si c’est bien connu que nos élus savent mouiller la chemise! Deux à trois heures de file d’attente notamment à Rouen, c’est tout de même beaucoup. Ca grogne énormément. Si ça continue, on va finir aux bougies, tard dans la nuit! Un vrai temps de chien…pour une Saint-Vincent bien arrosée!

PS: Et dire qu’un sondage paru ce jour dans le JDD avance que les français sont prêts à faire des efforts. 72 % ne seraient pas hostiles à se reconfiner pour au moins deux semaines. Ca serait à mourir de rire si la situation prêtait à un tel humour. Très, très décalé. Nos compatriotes sont vraiment extraordinaires!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :