« Ils ne gagneront et ne passeront pas »

Le ton grave. Emu peut-être comme jamais Il n’aura pas fallu plus de trois heures au chef de l’Etat pour se déplacer dans les Yvelines, à Conflans-Sainte-Honorine, l’ancienne ville élective de Michel Rocard et capitale de la batellerie. Pour témoigner en son nom mais aussi celui de l’effroi de toute une nation devant ce nouvel acte de barbarie perpétré par un fanatique islamiste. Qui quelques heures plutôt avait décapité au nom de son dieu, un enseignant d’histoire-géo de 47 ans, coupable d’un crime tout aussi odieux: celui d’avoir évoqué pendant l’un de ses cours les caricatures de Mahomet et pas pour les défendre. Vous imaginez l’affront suprême fait au prophète ? Un prof n’aurait-t-il donc pas le droit en toute tranquillité d’esprit de parler de ces maudites caricatures dans le cadre d’un cours précisément sur la liberté d’expression. Il faut croire que non. Tout est prétexte à armer la folie contagieuse d’une bande de fous de dieu, qui, au nom de leur religion, sèment la terreur depuis trop longtemps. Et ce ne sont pas les mots sincères du président de la République, certes nécessaires et bienvenus, qui suffiront. « Ils ne passeront pas. L’obscurantisme ne gagnera pas. Tous et toutes nous ferons bloc, ils ne nous diviseront pas , c’est ce qu’ils cherchent », s’est-il adressé de façon solennelle aux portes du collège visé, entouré de ses ministres Gérald Darmanin, revenu en urgence du Maroc et Jean-Michel Blanquer, le patron d’une communauté scolaire frappée à mort. De façon effroyable. Hors du temps.

Les paroles, c’est bien. On les a déjà entendues à quelques variantes près par tous ces présidents de la République confrontés à cet horrible mal du siècle. Mais les actes et lesquels ? La critique est toujours facile mais quelle parade peut-t-on présenter avec quelques chances de succès face de ces dégénérés? A travers cet assassin âge de 18 ans, encore un tchéchène réfugié politique (?) accueilli en France, le pays des lumières, de plus en plus éteintes. Un assaillant abattu par les forces de police, quelques minutes après, son horrible forfait accompli. Certains n’hésiteront pas hélas! d’en faire un martyre. Encore un. Un de trop! Comment ne pas aussi s’interroger à nouveau sur ce droit d’asile accordé trop généreusement depuis des lustres, même s’il est loin de tout d’expliquer. Ce serait déjà bien que l’on limite déjà les risques.

Neuf personnes suspectées de complicité ont déjà été interpellées dans les heures qui on suivi et parmi elles trois de sa famille habitant la préfecture de l’Eure, Evreux, arrivée semble-t-il en France il y a une dizaine d’années.

Bon courage Monsieur le Président. Le président des « mécréants et infidèles » dans un tweet balancé sur la toile à l’adresse du chef de l’Etat, avec la tête de sa victime, quelques instants après son crime. Glaçant. Insoutenable. La continuité d’une barbarie sans nom dont on n’arrive pas à se débarrasser, même si heureusement de nombreux attentats sont déjoués. On ne peut pas s’en satisfaire. Même si on ne peut pas mettre un policier devant tous les possibles tueurs. Qui pour beaucoup d’entre eux ne sont pas connus des services. Il ne suffit non plus de se déclarer comme il y a cinq ans « Je suis Charlie ». Ou aujourd’hui « Je suis enseignant » Nos trois piliers de la République: « Liberté-Egalité-Fraternité » sont bien chancelants. Tout comme le symbole du savoir et de l’émancipation de la connaissance que constitue l’école de la République. Bafouée. Encore des mots. C’est évidemment facile, mais…dans un premier temps il faudra se contenter de l’initiative d’Emmanuel Macron de rendre un hommage national à l’enseignant victime de ce lâche et terrible assassinat, mercredi prochain.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :