La classe et l’élégance: en toute simplicité!

Je reconnais ne pas avoir toujours faire preuve de bienveillance à l’égard de mes cibles politiques au féminin: Sibeth, Nadine, Ségolène, « l’amère » de Lille, Martine, sa consoeur, Anne, alias « Notre-Drame » de Paris. Aussi en cette journée du Seigneur, enfin pas pour tout le monde, je serai d’une extrême bonté pour les représentantes du « beau sexe ».

Il arrive aussi que des charmantes factrices (j’en connais au moins deux) n’apportent pas que des factures. Mais aussi des remerciements. Heureusement plus rares au demeurant.

Je tenais à travers ces quelques lignes à saluer la grande classe et l’élégance d’une dame, qui, dans l’ombre, mais si présente pour accompagner son mari dans sa longue carrière politique, a tenu à répondre personnellement aux plusieurs centaines de personnes, le plus souvent inconnues, qui, il y a un peu plus d’un mois, avaient laissé quelques mots chaleureux sur les registres mis à leur disposition devant l’église Sain-Joseph au Havre. Pour le départ de Monsieur Antoine Rufenacht. Merci Madame.

La note est beaucoup plus gaie mais néanmoins toute aussi sincère pour évoquer encore la grande classe et pas seulement par la taille d’une élue havraise dont j’ai déjà loué dans ce blog les nombreux mérites dont le point commun avec la veuve de l’ancien maire (peut-être l’un des rares si ce n’est celui de la passion commune ô combien importante pour l’intérêt de la cause publique) est d’avoir épousé, elle aussi…un Antoine! Un ancien handballeur de belle taille comme elle et aussi sympathique. Les deux font la paire pour bien faire tourner la balle pour le plus grand bonheur de la famille du hand féminin. Comment ne pas saluer au passage la clairvoyance d’Oumou Niang-Fouquet pour avoir réussi à convaincre un autre dirigeant sportif local, Pascal Lardy, mais d’un autre ballon rond, puisque administrateur du HAC football, de la rejoindre à la co-présidence du club du HAC en version hand. cet été. Comme quoi, le hand, c’est aussi…le pied!

Un parcours professionnel impressionnant que celui du nouveau co-président passé de nombreuses années par des entreprises pesant très lourd dans la cité maritime. Les représentant même à un haut niveau de management jusqu’aux Etats-Unis. Un complément idéal pour bien faire tourner la boutique. Dans une ambiance familiale comme les aime notre adjointe à l’enseignement que le bon hasard de la vie m’a permis de croiser depuis la dernière campagne électorale. Et qui depuis ne cesse de démontrer toute sa fidélité et son amitié à un petit groupe de militants devenus des amis. Qui apprécient de se retrouver régulièrement tout en respectant les gestes barrières! Une belle équipe avec quelques sportifs aussi diverse que variée. Un groupe issu pour beaucoup d’entre eux du réseau « Corinne » (encore une femme de qualité) qui avait eu la bonne idée de maintenir le contact pendant le confinement en créant un » whatsApp ». Des « résistants » qui ne risquaient tout de même pas trop pour leur vie! Certains ont néanmoins conservé leur nom de code, telle Armande, une « théâtreuse »…élégamment baptisée du nom de « Super Momie » (probablement en référence à son art d’être grand-mère et non celle de son grand âge!). Ou une autre, beaucoup plus jeune, « Super Mumu », la « marraine du régiment » Il n’ y a vraiment plus de respect pour les « anciennes ». Sacrés galopins…Quelle absence de délicatesse!

Comment ne pourrais-je pas faire un ultime parallèle entre Oumou et une autre élue rencontrée dans une vie antérieure, à Evreux, il y a une vingtaine d’années en la personne de Coumba. Une même origine, sénégalaise même si les deux femmes ne sont pas issues de la même classe sociale, une autre représentante de la société civile entrée elle aussi en politique à la petite trentaine, ancienne adjointe à la Communication du temps de Jean-Louis Debré. Puis ce dernier poste d’adjointe à l’enseignement, après un mandat déjà lointain de conseillère régionale (comme Oumou, mais pas sur les mêmes bancs politiques) aux côtés de Bruno Le Maire, dont elle fut la conseillère au ministère de l’Agriculture, sous « Sarko », avant de s’opposer à son ancien patron aux dernières élections législatives. Bon soldat « Républicain » elle fut envoyée au « casse-pipe » sans la moindre chance de succès face au « grand argentier ». C’est la vie faite de bons mais aussi plus mauvais moments d’une élue qui provisoirement (?) a fermé le beau livre de son engagement politique. Il y a encore de très belles pages à tourner sur celui de sa plus jeune « consoeur » qui, elle, a été sélectionnée par Edouard Philippe. Et qui à cause de son parcours politique passé par le parti socialiste a aussi « morflé » au début de la campagne! Il ne lui a suffit que quelques mois pour se faire apprécier d’une grande famille qui n’était pas à l’origine la sienne…En bonne intelligence, tout reste possible. Comme un possible retour de quelques personnes élues ou pas, qui, dès le lendemain des élections municipales fin juin, ont coupé, d’une façon inélégante, tous les ponts avec leurs anciens amis côtoyés pendant de nombreuses semaines! C’est aussi la vie avec ses déceptions.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :