Allo docteur…c’est grave ?

Notre rubrique médicale s’est enrichie cette semaine non seulement d’un couvre-feu annonciateur d’un futur reconfinement dans un avenir de plus en plus rapproché, mais bien aussi d’une overdose de médications aussi risibles, certaines, les unes que les autres. La palme d’or revient à l’égard de notre pays, à une nouvelle saillie du président turc, Recep Erdogan, qui a invité notre « Manu » national à « aller se faire soigner ». Quand l’hôpital se moque de la charité. Et c’est en fin connaisseur en santé mentale qu’il se prononce ! Ca Bosphore terriblement du côté d’Ankara, même si géographiquement parlant c’est tiré par les cheveux. C’est sûr que les deux hommes ne passeront pas leurs vacances ensemble dans ce monde formidable. Et notamment au fort de Brégançon à Pâques (quelle horreur de mécréant) où la femme voilée d’Erdogan ne serait pas la bienvenue! Enlève ton voile, mais surtout pas ton masque, on t’a reconnue.

Mais la voix de la diplomatie est-t-elle encore possible avec celui qui se prend à rêver à reconstituer l’empire ottoman, tendance musulmane dure. Un sombre dictateur aux petits pieds dont le comportement outrancier depuis des années mériterait bien des actes et non plus de simples réprobations orales ou écrites. Il ne faut tout de même pas oublier que des millions de ressortissants du drapeau au croissant ont été « aimablement » accueillis sur notre sol. Et que dire chez nos voisins d’Outre-Rhin! Mais ici comme ailleurs il n’est pas de bon de stigmatiser tout un peuple…responsable tout de même d’avoir élu et réélu un adepte de la manière forte, un grand donneur de leçons es-libertés.

Beaucoup plus drôle en revanche: la sortie médiatique du Premier ministre à l’accent du sud-ouest. Elle n’est pas belle celle-là!: « Pour éviter que nos hôpitaux soient engorgés, il est préférable de ne pas tomber malade ». La Palice n’aurait pas dit mieux. Et une piqûre d’honneur pour le blagueur de Matignon, bien parti pour décrocher le prix de la phrase politique de l’année.

Il en est un autre, qui à l’échelle ébroïcienne, a fait aussi « fort comme un turc ». La presse locale et régionale ne l’a pas ménagé cette semaine le bon docteur Lefrand. Surtout que son candidat, Emmanuel Roussel, adjoint au maire et professionnel dans un laboratoire pharmaceutique dans la région, à la présidence du conseil d’administration de l’hôpital Evreux-Vernon, a pris une blouse où plutôt une belle veste. Quatre voix contre huit à son adversaire, le maire de Vernon, François Ouzilleau et protégé de notre ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu qui prolonge bien malgré lui sa quatorzaine en Nouvelle-Calédonie. Il va y prendre racine. Heureusement le téléphone passe toujours. Et la troisième mi-temps post sénatoriale a été violente entre le maire d’Evreux et son homologue de Vernon. Même s’il est paritaire, il s’est trouvé des élus (de la majorité) de la ville préfecture pour voter pour une présidence vernonnaise. Echec aussi pour le poste de vice-président. Pas de pitié entre anciens amis. Bonjour l’ambiance. Guy Lefrand ne s’est probablement pas consolé avec le poste de vice-présidente alloué à la représentante des usagers, certes ébroïcienne! Si ça continue un ordre de mobilisation générale risque d’être décrété entres les armées de l’Iton et celles de la Seine. Les casques bleus ne vont pas tarder à être appelés en urgence sur le terrain.

Heureusement, le maire républicain, attaqué aussi violemment sur le dossier de la SHEMA, un organisme chargé de l’aménagement du territoire, dont il occupe le poste de vice-président à la Région et la présidence, alors que la structure en question a remporté les principales concessions urbanistiques souvent en étant la seule candidate à Evreux)) a appris par la voie des réseaux sociaux l’officialisation de ses fiançailles avec une charmante commerçante et élue municipale (dans la majorité tout de même) depuis la fin juin. Cette dernière avait en effet posté il y a quelques jours un message annonçant son prochain mariage avec un heureux élu dont elle n’avait pas décliné l’identité. Probablement une « pudeur de gazelle » selon l’expression favorite de Jean-Luc Mélenchon. La presse locale s’est empressée (en se moquant gentiment) de vendre la mèche (même si l’intéressée n’est pas coiffeuse de son métier) au terme d’une enquête aussi facile que rapide. Toutes mes félicitations aux jeunes « tourtereaux ». Il est peu probable que le marié choisira comme témoins François Ouzilleau ou Sébastien Lecornu. Reste à savoir qui sera l’heureux élu chargé de marier son maire. L’honneur suprême. Les paris vont être lancés…Misez, misez, il y a peut-être de l’argent à se faire!

P.S Au Havre, si on ignore toujours, non pas la date de son mariage, mais bien la remise de sa rosette par le Président, Edouard Philippe et surtout les riverains se seraient bien passés hier d’un nouveau fait divers marquant, l’incendie spectaculaire d’un ancien site industriel heureusement non classé Seveso, sur les hauteurs de la cité maritime. Aucun blessé n’a été à déplorer. Les médias nationaux ne se sont pas privés de couvrir l’événement qui ne méritait peut-être pas une telle débauche d’images, notamment au JT de 20 heures. En attendant, les élus locaux ont fait preuve d’une grande discrétion, au moins au niveau des réseaux sociaux, sur lesquels d’ordinaire ils sont davantage réactifs. Il y a assez, il est vrai, du couvre-feu ambiant, au Havre, comme ailleurs…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :