Le petit commerce, le sacrifié inacceptable du nouveau confinement!

Il n’y avait pas vraiment de gestes barrières dans l’allocution du chef de l’Etat. Dans son exercice solitaire de…sonner, bien malgré lui ses compatriotes avec ces nouvelles mesures de confinement, certes nécessaires en raison de la déferlante jugée inattendue par nos gouvernants. Ce que l’on veut bien admettre car ailleurs, en Europe notamment, la purge est toute aussi douloureuse. La seconde lame est sévère. Principalement pour le petit commerce, emporté comme un fétu de paille par une vague globalement aussi forte qu’au mois de mars. Avec toujours les mêmes victimes en première ligne. Tous ces coiffeurs, fleuristes, opticiens, restaurateurs, hôteliers, libraires, imprimeurs, cafetiers et autres commerces du prêt-à-porter et… souffrir, non liés à l’alimentaire, le monde de la culture, associatif, sportif et de l’événementiel, totalement sinistré, qui, une fois encore, vont payer le tribut le plus lourd sur l’autel des sacrifiés. Alors que dans le même temps, la grande distribution, pour ne citer qu’elle, toujours épargnée, va se repaître. Et continuer à vendre fleurs, livres, vêtements et jouets înterdits ailleurs.

Etais-ce concevable de privilégier, pour une fois les petits par rapport aux gros, certes des employeurs conséquents en terme de salariés. Mais l’ensemble du commerce de proximité, a priori, n’est-il pas moins risqué à fréquenter que ces géants de la distribution où des millions de consommateurs en minorité « abrutis » et inquiets, ont déjà anticipé l’annonce présidentielle en dévalisant depuis une semaine certains rayons de leurs enseignes préférées et se pressent comme des moutons bêlant dans les allées. Et je ne parle même pas du commerce en ligne, qui, à l’approche des fêtes de Noël, et notamment pour les jouets, va encore se friser de belles moustaches et se gaver. D’une façon scandaleuse. Le bonheur des uns, le malheur des autres. La facture est lourde. Même si fort heureusement les victimes expiatoires bénéficieront d’aides financières. Un moindre mal. Insuffisant…Même si dans le même temps on peut se réjouir, contrairement à la première vague, du maintien de la vie scolaire, de la crèche pour les plus petits, de l’école au lycée, une avancée et lucidité (un mot employé par le chef de l’Etat) dans son propos si difficile à entendre. C’est reparti pour le kilomètre d’autorisation de sortie d’une heure journalière de son territoire. Le jogging et les balades du chien vont reprendre. A fond la forme. Dur, dur. Le bout du tunnel n’est pas pour demain…Le Président nous invite à tenir et nous autorise à visiter les plus anciens (pas partout) dans les maisons de retraite et EHPAD. Merci bien! Nous avons été rassurés sur le fait que les cimetières seront bien ouverts pour la Toussaint. Mais pas visiblement pas tous les fleuristes! Youpi…Quoi qu’il en coûte…les pressings resteront eux bien ouverts!

Comme par hasard des centaines de kilomètres de bouchon étaient à déplorer dans la capitale mercredi après-midi En quelque sorte « La traversée de Paris » avant le couvre-feu et un départ pour un nouvel exode sur les routes des campagnes et de la mer. Sans les Tractions de l’époque et les tickets de restriction alimentaires.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :