Un coup d’épée…au « doigt mouillé » dans l’eau ?

Une histoire belge pour démarrer. Une fois. De nombreux internautes se sont félicités ces deux derniers jours de l’initiative prise par le gouvernement d’Outre-Quiévrain de classer les libraires comme « commerces essentiels ». Contrairement à chez nous où les interdits concernant notamment nos produits culturels ont déclenché une véritable fronde et une partie de bras de fer pendant tout le week-end entre les professionnels et le gouvernement. Les noms d’oiseaux ont volé. Avec au rang des accusés le maires favorables à la réouverture des commerces de proximité, traités « d’irresponsables » par plusieurs ministres ce dimanche. « Quel message envoyé aux soignants que cet appel lancé par les maires ? « , s’est indignée la ministre du Travail, Elisabeth Borne.

Le maire L.R d’Evreux, urgentiste de profession (ça a dû faire plaisir à ses collègues!) s’est trouvé comme plusieurs de ses collègues à la pointe du combat en combattant cette sélection discriminatoire « prise au doigt mouillé ». « Une fermeture injuste et dangereuse et on insulte les maires ? », s’est-il interrogé et exprimé fortement devant le micro d’une chaine d’infos en continu et pointant aussi du doigt (peut-être pas mouillé celui-là) l’attitude des policiers et leur « descente » chez certains commerçants rebelles. « Ce serait mieux qu’ils fassent la même chose avec les dealers ». Ce qui n’est pas faux mais beaucoup plus « inconfortable ». Faisait-il aussi référence au passage de la police dans certaines boutiques en particulier, dont celle de sa compagne spécialiste du jean, dont le magasin a été photographié par un journaliste de la presse locale avec une voiture de police devant sa vitrine ? Une pure coïncidence amusante!

Reste que les… »sans culotte » d’Evreux (ils n’ont visiblement pas été si nombreux à répondre à l’appel à la désobéissance de leur maire) et d’ailleurs,ont en partie obtenu satisfaction avec la décision gouvernementale de fermer tous les rayons dits d’activités commerciales non essentielles de la grande distribution à partir de mardi matin. Une obligation finalement reportée au lendemain. Merci Monsieur le bourreau pour cette grâce de 24 heures.

A son tour menaçante, la profession n’entend pas se soumettre. Comme la concurrence. A chacun son tour de vis et le secteur économique, pour le moins privilégié depuis le premier confinement, pour se défendre, parle d’iniquité car les plateformes telles que Amazon vont toujours elles se régaler, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année de tous les dangers. Une évidence. Et ce d’autant plus qu’une rallonge de deux semaines de confinement n’est pas exclue. Les consommateurs pourront toujours acheter du dentifrice mais dans un rayon distant de quelques mètres ne plus pouvoir accès aux produits de beauté. Déjà que la vente du rouge à lèvre et des produits de maquillage était en chute libre depuis le port obligatoire du masque! C’est étonnant que les ligues féministes les plus virulentes ne se soient pas encore manifestées devant cet interdit liberticide. Ca va peut-être venir.

Même si je suis entièrement solidaire du ras-le-bol du commerce de proximité victime de la double peine depuis mars, cela ne veut pas dire pour autant que les maires principalement de droite (une pure coïncidence) ont eu raison de se lancer dans une croisade un poil « démago » aux certaines arrière pensées politiques indéniables . D’autant plus mal venue qu’un grand nombre de ces élus, ont pris une part non négligeable dans la désertification commerciale et aussi médicale de ville (tant que libérale et hospitalière) en favorisant des implantations périphériques. La ville d’Evreux constitue d’ailleurs un cas d’école si j’ose dire « formidable » dans ce domaine depuis une vingtaine d’années. Depuis notamment l’installation de la première zone du « Long-Buisson », une zone franche qui depuis a fait beaucoup de petits. Une véritable famille nombreuse! La défense du petit commerce, ici comme ailleurs, pourrait avoir meilleur avocat! Ca avait été d’ailleurs un thème d’attaque des opposants de Guy Lefrand, lors des récentes municipales.

Son coup de gueule ajouté à celui de certains parlementaires de l’opposition, n’est pas non plus, ici comme ailleurs, étranger à l’affection profonde qu’il porte à Emmanuel Macron et à son nouveau Premier ministre Jean Castex, de moins en moins audible. Et ce n’est pas sa nouvelle prestation télévisuelle, dimanche soir, qui est de nature à rassurer une opinion publique qui ne sait plus à quel saint se vouer dans cette cacophonie gouvernementale sans véritable direction.

Suite à la grogne toute aussi légitime d’une autre branche, celle des coiffeurs, il a été décidé ce matin que les coiffeurs et les esthéticiennes à domicile, seraient aussi privés de sortie par raison d’équité! Une nouvelle correction qui en suivra probablement d’autres! La logique de punition. Au doigt mouillé pour un nouveau coup d’épée dans l’eau ? A qui le tour ? Pour monter au pilori!

Le « click and collect » défendu par le gouvernement ne peut aujourd’hui concerner qu’un tiers des commerçants équipés et férus d’informatique et de la toile! Et ça ne les sauvera pas sur la durée surtout sur les deux derniers mois de l’année les plus forts pour nombre d’entre eux. De quoi vraiment avoir les « boules » il n’y aura peut qu’à Bordeaux où les sapins de Noël le sentiront vraiment!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :