Pas d’armistice sur le front politique!

Il n’y a pas vraiment eu d’armistice hier sur le front de la politique nationale. Baïonnettes au canon. En plusieurs lieux. Et même au Liban, terre de refuge privilégié de certains illustres fuyards. Tels Carlos Ghosn et le très sulfureux homme d’affaires (les biens nommées) franco-libanais Ziad Tiakeddine surnommé « Zigzag » qui, il y a huit ans, avait accusé Nicolas Sarkozy d’avoir bénéficié d’une valise de 5 millions d’euros pour financer sa campagne présidentielle des mains de l’ancien dictateur Khadafi. Et curieusement le vil accusateur aux déclarations très fluctuantes, revient subitement sur ses allégations réitérées à de nombreuses reprises ces dernières années. Il ne mentirait donc plus ? Quand faut-il le croire ce sinistre personnage dont la fiabilité, hier comme aujourd’hui, apparaît toujours très masquée. « La vérité éclate enfin » a aussitôt triomphé l’ancien président qui 11 novembre oblige se trouvait à quelques mètres de son vainqueur de 2012 au pied de l’Arc de Triomphe. Ou l’ancien président « normal » a susurré à l’oreille d’Emmanuel Macron derrière son masque et peut-être un sourire: « Ça va, c’est pas trop dur ce moment ? » Cynisme ou empathie? Chacun choisira. Le chef de l’Etat a paru néanmoins quelque peu interloqué par ces quelques mots peut-être accompagnés de sous-entendus pas vraiment malins.

La cheftaine du Rassemblement national, Marine Le Pen, sur sa terre d’élection du Nord, ce même jour, a imité le président chinois et son voisin russe, Vladimir Poutine, en refusant de reconnaître la victoire de

Joe Biden et par voie de conséquence la défaite de son grand ami Donald Trump. Sans grand risque de se tromper, il est probable qu’ En cas de malheur » titre d’un film avec Jean Gabin et notre BB nationale, ils seront nombreux en France à ne pas reconnaître une éventuelle victoire de MLP en 2022!

Le prédécesseur de Macron à Bercy, Arnaud Montebourg, contrairement à ses activités commerciales liées à l’apiculture ne s’est vraiment pas fait tout miel, ce même jour, pour pilonner l’actuel chef d’Etat! Une exécution en bonne règle! Sur tous les dossiers. Pas de quartier…

Peut-être plus opportune, loin des caméras et micros, mais pas des photographes, l’intervention d’un petit groupe de commerçants ébroïciens conduit par une élue municipale qui a profité de la présence aux cérémonies commémoratives de Bruno Le Maire à Evreux pour interpeller le ministre de l’Economie sur la détresse des commerçants à l’égard de la fermeture de leurs boutiques. Les circonstances n’étant pas les plus propices à un échange prolongé, l’ancien député ébroïcien les a invités à le rencontrer la semaine prochaine à Bercy. On peut faire confiance à Aurelie Lemoine (dont on ne peut pas reprocher la ténacité) et ses collègues. Ils effectueront le déplacement, avec ou sans attestation de sortie de territoire, jusqu’à Paris car il est peu probable que le Premier ministre annoncera ce soir la réouverture des magasins dit non essentiels.

« Nous ne céderons rien », a clairement affiché sur les réseaux sociaux l’élue. Une formule décidément très mode que l’on entend souvent dans la bouche du président de la République.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :