C’était la méga-fête « chez Gégène »!

Là où il y a de gêne, il n’y a vraiment plus de plaisir. Ca prêterait presque à sourire, tellement c’est gros! « C’est énorme », pourrait ajouter le comédien Fabrice Luchini. Mais c’est de toute évidence beaucoup moins drôle que la chanson écrite par le fantaisiste, Roger Pierre, avec non pas son complice, Jean-Marc Thibaut, pour interprète mais l’inoubliable Bourvil, au début des années soixante.

A Joinville-Le-Pont, pon, pon…il n’y a plus « Gégène », mais bien trois à quatre cents fêtards décérébrés qui hélas ont fait la une de l’actualité, ces dernières vingt-quatre heures. Un pur scandale pour une discothèque ambulante nichée dans les 400 mètres carrés d’un loft cossu bien sécurisé et gentiment prêté à une bande de jeunes abrutis avinés, qui, en tort, ont retrouvé quelques forces et ne se sont pas empêchés de repousser à coup de projectiles divers…leurs « lâches empêcheurs de boire et danser en rond » comme sur un autre pont célèbre, celui d’Avignon, sans parler du reste. Des policiers venus leur réclamer quelques comptes après qu’une énième plainte de riverains les ai amenés à se déplacer jusqu’à ce « petit » pavillon pas si tranquille, surtout les fins de semaine, pas très éloigné des anciennes guinguettes des bords de Marne et ayant appartenu à un « célèbre » producteur de films pornographiques.

Ce n’est probablement pas un hasard si les forces de police y ont retrouvé une quantité impressionnante de films pornos et des traces usagées…d’exercices physiques. En groupes organisés sans gestes barrières. Un sacré (enfin façon de parler ) beau bordel! Il faut bien que jeunesse se passe surtout ces périodes de…dur confinement. Enfin pas pour tout le monde. Et le pire c’est que le butin est particulièrement riche: des innombrables cadavres non pas dans les placards (heureusement!) mais bien ceux des bouteilles d’alcool jonchant les sols (certaines ayant tout de même servi à repousser « l’ennemi ») et surtout une seule interpellation! Et encore une proie relativement facile puisqu’un fêtard endormi, encore plus aviné que les autres, n’était pas parvenu, le malheureux, à prendre à temps la fuite par les fenêtres et même les toits! Une volée de « moineaux » et une belle bande d’abrutis, qui, c’est la mode, se sont en plus filmés au cours de leurs libations. Un court où long métrage?

Il semblerait à ce stade qu’un seul participant de cette « boîte » clandestine, était positif . Pas en terme d’alcool mais bien au coronavirus. Cela n’a pas empêché l’autorité policière de lancer un appel à tous ces heureux fêtards afin qu’ils se fassent dépister et s’isolent pour un temps. Un peu d’humour ne fait jamais de mal par les temps qui courent.

Interrogé, le maire LR de la ville, très en colère à juste titre, a surtout pointé du doigt…évidemment l’incurie du gouvernement, en matière de sécurité, se lavant les mains (bien utile pourtant en cette période) de la moindre responsabilité de sa police municipale. Ses critiques étant davantage tournées en direction de la nationale qu’il avait à plusieurs reprises alertée pour les troubles à l’ordre public répétés de ces derniers mois. C’est très probable mais il me semble aussi que le maire a aussi autorité de police sur son territoire. Certes avec des moyens limités. Même si c’est effectivement difficile, chacun le reconnaîtra. Il est de toute évidence plus facile et un tantinet démago d’avancer qu’il est plus aisé pour les forces de police de se montrer un peu plus sévères avec les non possesseurs de « tickets de rationnement des sorties! » Pauvres représentants de l’ordre qu’il faut néanmoins plaindre pour l’abondance de leurs missions qui plus est de plus en dangereuses. Les plus « âgés » ne s’imaginaient probablement pas connaître pareille situation lorsqu’ils sont…rentrés dans les ordres non pas de l’Eglise mais bien de la République! La croix et la bannière…

En attendant, il serait peut-être judicieux que l’on s’intéresse au propriétaire de la « discothèque » improvisée dont la responsabilité semble très engagée. C’est dommage que contrairement aux voitures qui peuvent être saisies, le justice ne mette pas la main sur ce pavillon de la honte absolue.

PS: Le propriétaire des murs et loueur et l’organisateur de la « fiesta » clandestine on été interpellés et placés en garde à vue. Affaire à suivre…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :