Le « Roméo de la politique » aurait trouvé sa Juliette!

C’est la déprime générale entre savoir si le fameux « Black friday » sera accessible aux petits commerces dit non essentiels le dernier week-end de novembre et à leur clientèle (ce que je souhaite surtout aux premiers) ardemment défendu par Bruno Le Maire et l’incertitude concernant les sports d’hiver bien compromis pendant les fêtes de fin d’année (« quand le reverrai-je, pays merveilleux ? » repris par le « bronzé », Michel Blanc, coincé toute une nuit sur son télésiège) le tout Paris médiatique bruisse d’une info lancée le vendredi 13 novembre dernier! Tu parles d’une journée porte-bonheur. Et là ce n’est pas sur un malentendu que « Monsieur petites blagues » a visiblement conclu!

Un chanteur d’origine belge, Adamo faisait tomber la neige. Et lui davantage la pluie. Pendant une bonne partie de son quinquennat. On pourrait y ajouter peut-être (restons prudents) une nouvelle version de « Tombe les filles et tais toi » avec Woody Allen dans le rôle-titre, en 1972. Quel talent! Evidemment, l’onde de choc n’est plus la même. Il n’habite plus à l’Elysée et ne s’est pas fait pincer cette fois-ci à l’heure des croissants sur son scooter, rue du Cirque, le casque bien en main! Et la cravate de travers.

Notre ex-président « normal » (l’était-t-il vraiment ?) a encore « peucho » l’expression favorite des jeunes (que je déteste) en se faisant surprendre par plusieurs gazettes (pas seulement people) en flagrant délit de « briseur » de confinement et couvre-feu! Le « père François », grand séducteur devant l’éternel, après le cinéma, le journalisme et la… comédie du pouvoir en couple (un très long-métrage avec la mère de ses enfants, « Ségo ») s’intéresserait de près cette fois-ci à une discipline sportive: la danse. Le Roméo de la politique aurait trouvé sa Juliette (son vrai prénom) en la personne d’une jeune danseuse de 38 ans, pensionnaire de l’Opéra Garnier avec qui il partagerait quelques points communs. Tant qu’il ne la rejoint pas sur scène pour nous interpréter « Le lac des cygnes » ou « Casse noisettes » . Pour le reste « cela ne nous regarde pas » comme ont pu le déclarer en leur temps des célèbres « Inconnus » sur une autre scène. De la fantaisie, celle-là. Il est probable que nos meilleurs imitateurs Canteloup et Laurent Gerra vont s’en donner à coeur joie. L’ancien maire de Tulle quittant son casque pour des chaussons de danse Repetto. Pour faire des pointes ? Zéro pointé Monsieur le Président. Après « Ségo », Valérie et Julie, place peut-être à Juliette. On n’a pas trop l’occasion de se « marrer » en ces temps de déprime totale ou presque. Même si la comédienne et réalisatrice, Julie Gayet, n’a elle, fort probablement que peu goûté cette annonce du vendredi 13 en apprenant officiellement (peut-être) l’infidélité de son bourreau des coeurs. Pourvu que son prochain court-métrage ne s’appelle pas « Merci pour ce moment » le titre vengeur du livre à succès de « Valoche » quelques mois après sa rupture présidentielle.

A propos de librairies et c’est beaucoup moins drôle, toujours sur la place de Paris, comment ne pas souffrir devant la fermeture, place Saint-Michel, d’une enseigne emblématique « Gibert Jeune » pour être remplacée par un Carrefour-City! Victime à la fois d’Amazon, des nouvelles habitudes des consommateurs, des grèves des transports, des Gilets jaunes et de la crise sanitaire Il est vraiment temps que l’on tourne la page de 2020!

Encore faudrait-t-il que l’on puisse acheter des livres…Mais quelle histoire, cet ancien colosse de la littérature fondé par un professeur de lettres classiques, Joseph Gibert, descendu de son Forez natal pour créer en 1888 une petite librairie dans le quartier latin. Pour le plus grand bonheur des Parisiens et entre autres de générations d’étudiants, depuis 1929, année de la brouille commerciale entre les deux fils du fondateur, décédé en 1905, et la reprise plus tard par le cadet de l’emplacement mythique de la place Saint-Michel sous l’enseigne « Gibert-Jeune » alors que l’aîné avec « Gibert Joseph » a continué l’aventure de son côté, boulevard Saint-Michel à quelques lieues de la Sorbonne et dans un grand nombre de villes sur l’ensemble du territoire dont Evreux sur la place Clemenceau. Et ça ce n’est pas de la gaudriole! Des secrets d’alcôve, pour ne pas dire plus, dont je ne suis pas particulièrement friand dans ces colonnes mais qui ne font pas trop…de mal, surtout si vous n’êtes pas concerné (e)! en ces temps bien sombres où les plaisirs d’en rire ne sont pas légion!

En répondant à la blagounette du 11 novembre sous l’Arc-de-Triomphe de son prédécesseur, le président Macron, aurait pu lui renvoyer la balle: « Ca va en ce moment à la maison ?  » Une réplique fictive et inventée de toutes pièces celle-ci pour le « fun ». Les gens sont vraiment méchants…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :