Une bien curieuse « gardienne » de la…paix!

Il ne lui manque presque plus que le prix Nobel de la paix! En attendant elle a eu les honneurs du prestigieux magazine américain « Time » qui en a fait en même temps que Joe Biden et Kamela Harris (le nouveau tandem de la Maison blanche à juste titre élu après leur victoire) une de ses personnalités mondiales comme « gardienne » de l’année 2020.

Certainement pas gardienne de la… paix. Elle ne cesse depuis la mort de son frère Amara Traoré victime selon elle de violences policières en l’occurrence celles émanant de gendarmes, il y a quatre ans, d’être l’égérie de la cause anti-flic!

Toujours en première ligne, Assa, lorsqu’il s’agit de manifester contre ces violences en compagnie et sous la protection bienveillante de l’extrême-gauche et des fervents défenseurs des Droits de l’Homme.

Autant on peut s’élever contre des délits de faciès avérés et brutalités inacceptables, autant dans le même temps peut-t-on s’interroger sur la récupération d’une telle figure dite emblématique à qui ce magazine offre une bien curieuse couverture médiatique internationale. Ce fleuron de la presse new-yorkaise se délecte de mettre en avant cette » icône » qui pose tout de même problème. En la hissant comme l’héroïne de la cause de la jeunesse française discriminée et victime de violences à caractère raciste. Qui, une fois encore, dois-je me répéter, ne peut pas être occultée mais se doit être combattue. Avec toute la vigueur qui s’impose le cas échéant.

Mais « l’illustre » famille Traoré (elle se nommerait Dupont ou Lambert que ce serait la même chose) mérite-t-elle un tel crédit pour porter cet étendard si lourd? Avec un « palmarès » impressionnant côté délinquance. La victime en premier lieu, hélas! tombée dans des circonstances « troublantes » et quatre de ses frères condamnés à des peines de prison ferme dont un pour tentative d’homicide et le plus souvent pour violences aggravées. Ce n’est évidemment parce qu’elle porte un patronyme d’origine africaine que cette fratrie mérite d’être clouée au pilori. Mais pas davantage en même temps être considérée forcément innocente et victime du seul racisme de vilains policiers et magistrats. C’est trop facile surtout dans une même famille où l’on cumule tant de condamnations.

Toutes les familles Gomis, Coulibaly, Mendy et autres d’origine d’Afrique du Nord , des quartiers dit sensibles de nos villes ne méritent pas qu’on leur jette l’opprobre!. Beaucoup d’entre elles méritent le respect pour leur intégration réussie. C’est la chance de notre République. Qui ne doit pas être ternie par d’autres qui ne mettent en avant que leur victimisation obligatoire due à leur couleur de peau et souvent indécente lorsqu’ils franchissent la ligne jaune.

Ce n’est tout de même pas la police ou la gendarmerie qui les poussent dans le dos à commettre des actes délictueux. Une police aussi très souvent « piétinée » comme à Valenciennes, dans le Nord, où une patrouille qui intervenait dans un quartier difficile ce week-end pour un énième rodéo nocturne en deux roues, a été prise violemment à partie par une bande de délinquants présumée évidemment victime de la société et des violences policières!

PS: Des nouvelles du front…municipal d’Evreux où l’assemblée, hier soir, a voté à l’unanimité (moins une non-participation celle de la tête de liste LaREM, Guillaume Rouger; celui-ci n’ayant pas pris part au vote) la délibération sur la distribution de chèques d’une valeur de 20 euros à dépenser chez les commerçants locaux. Voilà un vote qui va conforter la position pourtant controversée du maire Guy Lefrand. qui avait lancé cette opération avant le vote.

Au Havre, on ne peut pas dire que la première journée de dépistage massif au fort battage médiatique ait connu un gros succès d’audience. Est-ce bien une surprise?

Il reste quatre jours aux havrais et aux habitants de l’agglomération pour venir se faire dépister. Si on atteint les 20 à 25 % de participation, ce ne sera déjà pas si mal. Mais très loin des chiffres espérés.

En revanche ce n’est que deux minutes trente de bonheur avec le clip rafraîchissant réalisé à l’initiative du patron du « Bistrot parisien » situé place de l’Hôtel de ville au Havre.

Un gros coup de chapeau à l’adresse de la trentaine de salariés de l’établissement qui se sont bien amusés. « Ca fait vraiment du bien » résume l’initiateur du projet, Guillaume Picard. On ne peut que souscrire comme pour le clin d’oeil lancé par un autre patron de brasserie « Le Grignot » qui, en attendant la réouverture de son établissement comme ses collègues tout aussi désespérés, a installé depuis un mois des gros nounours à la place de ses habituels clients. Des gloutons bien choisis en ces temps de disette!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :