Après les veaux et les moutons, voilà le temps des poules!

Le bestiaire s’enrichit tous les jeudis. Avant, mais bien avant, c’était « raviolis », maintenant c’est le retour de « Bonne nuit les petits » chaque jeudi soir avec Jean Castex dans le rôle de Nounours. Le gouvernement n’est pourtant pas sur un nuage! Et pour ce qui est du joueur de pipeau, je ne me permettrai pas.

Il y a très longtemps le général de Gaulle traitait nos aînés de « veaux ». Et depuis plusieurs mois certains persifleurs ont trouvé une autre espèce animale pour qualifier les français de moutons bêlant sans arrêt! Pour cause de coronavirus. Qui d’ailleurs grâce son grand succès international s’est pris dans l’idée, le bougre, de créer des filiales dans plusieurs pays du globe: le Royaume uni, l’Afrique du sud, le Brésil, le Japon. La mondialisation du crime! On les appelle, parait-il désormais les « variants ». Un groupe viral dont on aimerait bien qu’il disparaisse de la scène.

Avec le couvre-feu abaissé à 18 heures partout en France, il n’y a désormais plus d’affreux favorisés dans nos belles provinces. Et ça grogne ou plutôt caquette dans les poulaillers. Les poules, si ça continue, vont se coucher plus tard que les humains. Le coq gaulois a intérêt de remettre un peu d’ordre dans son poulailler. Et avec ces horaires sans cesse décalés il va chanter à quelle heure ? Y a t-on pensé chez nos crânes…d’oeufs de nos ministères et administrations ?

Il s’est même trouvé un éminent dirigeant politique, le délégué général des Marcheurs, Stanislas Guerini, pour justifier (tu parles d’un effet…boeuf même auprès de ses amis macronistes!) ce changement horaire pour « contrer l’effet apéro » De façon à empêcher ou limiter les contaminations dans la sphère familiale et amicale. Métro, boulot et dodo, sans passer par la case apéro, telle est la nouvelle devise. Elle va suppléer la vraie sur les frontons de nos mairies: liberté, égalité, fraternité. Une aubaine pour nos amis dessinateurs et croqueurs. Qui s’en donnent à crayon déchaîné. Un peu d’humour et de drôlerie ne font pas de mal en ce début d’année aussi morose que la fin de la dernière.

A propos de drôlerie, on ne peut pas passer sous silence la mésaventure survenue à deux cadres du Rassemblement national, rebaptisé pour la circonstance de « rassemblement musical » les deux députés européens Jean-Lin Lacapelle et Jérôme Rivière, ont fait la fête récemment au domicile parisien de ce dernier. En plein couvre-feu. Une soirée évidemment de travail, en petite compagnie certes, mais qui, au niveau des décibels, s’est révélée très festive et musicale. Ca devait être davantage du Wagner que de la chanteuse à voix ou aphone (c’est comme vous voulez) , Carla Bruni. Avec à la clé de sol l’intervention des « poulets » et plusieurs plaintes pour tapage nocturne, injures publiques et même menaces de mort sur deux voisins. Dénonciations calomnieuses aboient les deux eurodéputés dont l’un des deux pourtant n’avait manqué de railler la réunion-diner de travail à la même époque du chef de l’Etat à l’Elysée. Qui, jusqu’à preuve du contraire, n’avait pas entraîné une descente des « flics » qui auraient pu jouer presque à domicile vu la distance entre le palais présidentiel et la place Beauvau! On ne se lasse pas des « pitreries » de ces donneurs de leçons qui, à longueur de journée sur les plateaux de télévision, n’ont pas de mots assez durs pour cracher leur venin d’opposants systématiques. Là aussi un vacarme bien souvent assourdissant de mauvaise foi. Une contamination elle aussi très répandue chez leurs petits camarades de cour d’école qui ne ressemble en rien à celle des fans de Jacques Martin!

Et pour couronner le tout, notre ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, l’un des rares ministres audibles du gouvernement vient de…piquer sans le moindre retard une grosse colère en refusant de voir le géant de la distribution français, Carrefour, pourtant deux fois plus gros avec ses 300.000 (100.000 sur le sol français) salariés à travers le monde, se faire « avaler » par le canadien-québécois ayant pour nom d’enseigne « Couche-Tard »! C’est vraiment le moment actuellement à l’heure du couvre-feu. Un genre d’humour que chacun appréciera à sa juste valeur. Boursière bien sûr. Heureusement que « Nono » est là pour défendre le pavillon alimentaire tricolore. Il ne manquerait plus maintenant que le sirop d’érable remplace notre petit « jaune » marseillais. On est vraiment dans un sacré pastis. Pauvre France…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :