Un sacré bon plat de résistance au pays d’Arsène pour un clos Lupin et couvert gastronomique et télé!

Un bon bol d’air frais et croquant. Il fallait être vraiment gonflé, quoi de plus normal avec le bonhomme Bibendum, pour présenter son palmarès des meilleures tables de l’année. On s’éloigne certes de la politique qui est une toute autre cuisine, souvent moins savoureuse, mais quel bonheur de s’offrir même de loin de belles assiettes. Un sacré luxe alors que nos restaurants ont étés fermés pendant six mois l’année écoulée. On peut se demander comment les fins limiers d’inspecteurs du petit livre rouge, une bible restée respectée même si elle subit des attaques tous les ans, ont pu rendre une copie très différente de la précédente. Il fallait viser juste entre les fermetures! Passons et pas seulement les plats.

Les meilleurs chefs de la France gastronomique avaient néanmoins lundi la tête dans les étoiles vers le restaurant Jules-Verne de la Tour Eiffel (où se déroula un tête-à-tête présidentiel entre les deux couples Trump et Macron) et surtout Internet pour la proclamation du palmarès d’une année martyre, même pour les meilleurs d’entre eux. Certains ayant préféré jeter l’éponge de la haute gastronomie comme le double étoilé le Sa-Qua-Na à Honfleur à la reprise du premier confinement. Un véritable cauchemar partagé par nombre de restaurateurs moins prestigieux dont les professionnels de montagne sacrifiés. Et pour qui se profile une saison totalement blanche ou presque. Un genre de poudre d’escampette dévastatrice! Faute d’avoir été probablement « visitées » nos meilleures tables, notamment au Havre où « Le Margote », près du « Petit port » est l’une des rares à pouvoir décrocher son premier macaron, devront encore faire preuve de patience, si elles réussissent à tenir dans la tempête…

Indulgent, le fameux Guide Michelin n’a pas effectué, semble-t-il, de rétrogradations marquantes comme chaque année ou à la marge. Une marge gagnante avec de très belles annotations pour le seul chef normand promu cette année avec comme récompense une première étoile dans la nouvelle édition. Au pays d’Arsène Lupin, pour un gentleman des cuisines qui n’a vraiment pas volé son graal. Sur les hauteurs d’Etretat avec vue sur la célèbre plage de galets! De quoi redonner un peu le moral à cette station sévèrement malmenée par la Covid-19, qui, si l’on excepte la saison estivale, a connu une année galère. Une ville fantôme désertée comme ses grandes sœurs de la Côte fleurie, de l’autre côté de l’eau, comme Deauville, Trouville et surtout Honfleur, une destination abandonnée par sa clientèle étrangère aux abonnés absents. Avec une baisse évaluée à plus de 70 %. Un désastre économique. D’où cette lueur d’espoir entretenue par cette reconnaissance prestigieuse pour le « Donjon-Domaine Saint-Clair » et son jeune chef de 31 ans. Gabin Bouguet, qui avait d’ailleurs en partie effectué ses armes culinaires dans cet établissement avant de partir cinq ans en Angleterre et de revenir pour « dépanner » en février 2018. Il y est finalement resté à la tête d’une belle équipe qui partage aujourd’hui avec lui ce moment de bonheur. De quoi redonner du baume au cœur de cette belle maison d’un village parmi les sites touristiques les plus visités en Normandie avec le Mont-Saint-Michel…Au pays d’une ancienne gloire locale qui savait faire une omelette renommée en cassant des œufs, la Mère Poulard!

Pourquoi pas ne pas rester à Etretat, berceau du « père » d’Arsène Lupin (une oeuvre qui retrouve une seconde jeunesse triomphante), Maurice Leblanc, dont on beaucoup parlé ces derniers jours avec le début de buzz lié au propos tenu par le héros -jeune-incarné à l’âge adulte par l’acteur Omar Sy, qui fait un carton d’audience supérieur à la « Casa de Papel » sur la plateforme Netflix , qui parle d’une ville du Havre « pas terrible » dans une série à la « cuisine » très revisitée sur le gentleman-cambrioleur. Un crime de « lèse-havrais » principalement ayant déclenché un tollé sur la toile. Et pas de cinéma, pour l’intouchable (pas tant que ça!) Omar, la personnalité préférée des français, qui très vite s’est fendu d’un « j’adore Le Havre ». De quoi faire plaisir à son maire, Edouard Philippe, qui, dans un échange humoristique avec l’acteur, l’a invité dans la foulée à visiter sa ville. « Vous y serez le bienvenu » a-t-il ajouté avec un certain malice. Il ne reste plus qu’à fixer la date de ce débarquement à la Porte Océane! Après celle du Premier ministre, Jean Castex, qui vendredi, je m’en suis déjà fait l’écho, sera l’hôte de son prédécesseur pour évoquer l’avenir maritime national et notamment de nos richesses du littoral que constituent aussi les ports de pêche de la façade de Seine-Maritime avec Fécamp, Dieppe et le Tréport, les trois autres mousquetaires de la mer.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :