Une énorme déception et…une grosse « bavure policière »!

Le miracle n’a pas eu lieu et la déception est énorme. Même s’il a franchi en tête la ligne d’arrivée aux Sables d’Olonne, le navigateur havrais, Charlie Dalin (voir mon article d’hier soir) n’aura pas l’honneur de voir son nom inscrit comme vainqueur de l’édition 2021 du « Vendée Globe » l’Everest des mers. Et ce pour cause de compensations horaires accordées à plusieurs skippers pour leur déroutage opéré pour aller au secours de Kevin Escoffier (finalement sauvé par Jean Le Cam) après son démâtage suivi d’un naufrage au premier tiers de la course. Le règlement, c’est le règlement. Impitoyable et peut-être injuste. Que les organisateurs pourront peut-être modifier dans les années à venir. Il n’aurait pas été injuste que les deux premiers soient classés ex-aequo. Et pas seulement parce que la victime est havraise et que Charlie, au passage, n’a pas été accueilli à son arrivée par Edouard Philippe…

Aurait-il été malouin ou cherbourgeois que ça aurait été la même chose. Bravo néanmoins au second devenu premier, au rochelais Yannick Bestaven, un fan de rugby et du Stade rochelais. Le doyen des vainqueurs de l’épreuve. Qui ne l’a tout de même pas volé ce trophée si l’on a suivi son périple tout au long de cette course dont il a partagé souvent le « leader-ship » avec le skipper d’Apivia (quelle superbe notoriété pour son sponsor!) en passant en tête au Cap-Horn. De beaux champions comme l’allemand Boris Herrmann, qui pouvait encore jouer la gagne hier dans la nuit sablaise avant de heurter un chalutier dans le golfe de Gascogne! Incroyable et insoutenable suspense « hitchcockien » pour cette édition historique à bien des égards.

On ne criera pas en revanche bravo pour les « pieds nickelés » du commissariat de police d’Aubervilliers, dans la région parisienne. Même s’il n’y a ni blessé et encore moins heureusement de mort, on peut quand même s’offusquer devant cette sorte de… »bavure policière » bien réelle et cette fois-ci filmée par l’un de ses participants! Celle d’un pot de départ d’une lieutenante promue, dans la salle de repos (qui normalement ne doit pas accueillir plus de six personnes) de cet hôtel de police qui, après le départ de sa commissaire (qui avait donné son feu vert à la tenue d’une sobre réception) s’est transformé en une soirée visiblement bien arrosée avec une trentaine de fonctionnaires, officiers compris, dansant jusqu’au bout de la nuit, la « Macaréna » sans masque ni geste barrière. C’était la fiesta sous couvre-feu. L’honneur est néanmoins sauf: le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, n’était pas du nombre!

Plus sérieusement un genre de très mauvais exemple et de « pétage de plombs collé-serré » que l’on peut certes un peu comprendre vu leurs circonstances légèrement atténuantes avec ces temps troublés depuis deux ans. Mais tout de même! Les sanctions administratives vont tomber et la patronne de…l’hôtel pas vraiment félicitée. Et les promotions éventuelles être gelées un petit moment!

Il en est de même, à un degré moindre, d’un autre « pot » tenu dans la résidence sous-préfectorale de Réthel dans les Ardennes, où Mme la sous-préfète avait des hôtes de marque, les notables de la ville et notamment le procureur et le commissaire de police, pour saluer son départ. Une soirée bien conviviale pas forcément néanmoins exemplaire. Là encore il y a dû avoir une « balance » parmi les invités!

Dans l’échelle des valeurs négatives, l’initiative d’un restaurateur niçois dépasse celle-ci l’entendement. Et le délire dangereux. Ce n’est probablement pas un hasard si au nombre de ses clients essentiellement des amis et connaissances (une centaine) dans son établissement rouvert dans l’illégalité hier midi, figuraient une très forte majorité de complotistes et anciens Gilets jaunes scandant « Liberté et résistance » Les premiers à faire preuve d’irresponsabilité dans la désobéissance civile prônée par certains. Hélas de plus en plus nombreux.

Même si je suis très hostile à un troisième reconfinement totalement déprimant sur le plan moral (et évidemment pas sanitaire) il faut savoir raison garder. Celui qui a été placé en garde à vue…pour cause d’emploi d’un cuisinier étranger en situation irrégulière, a, selon toute probabilité tiré contre son camp des restaurateurs que je n’ai cessé de soutenir depuis leurs fermetures successives. Même si l’on nous annonce aussi pour notre plus grand malheur, selon une formule très désagréable un « confinement très serré ». Comme les « petits noirs » que l’on ne peut plus hélas déguster dans les cafés. Ca semble dramatiquement une éternité…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :