Un choix politique et alors !

Finalement, il était plutôt modeste ce nouveau confinement en formule « hybride » annoncé depuis plusieurs jours. Même si rien n’est exclu, on a échappé au pire. Pour l’instant. Du genre clé de 12 pour ceux qui savent bricoler pour se transformer en clé de 6. Sera-t-elle suffisante ? Bien malin celui peut répondre à cette question. Si l’on excepte bien sûr les professionnels de santé qui, dès l’annonce du Premier ministre, se sont rués sur les plateaux de télé pour une nouvelle fois montrer leurs divisions. Ils sont tellement débordés qu’ils passent leur journée sur lesdits plateaux à commenter, à affoler par leurs prédictions sûres et certaines les populations. De vrais Nostradamus en blouse. D’ailleurs je les verrai bien remplacer les journalistes pour la présentation désormais de tous les journaux télé. Pour certains (il ne faut surtout pas généraliser) leur serment d’Hippocrate s’est transformé en serment ou sermon (ou les deux) d’hypocrite et politique.

Cette crise nous aura permis d’évaluer le nombre impressionnant de patrons carabins au sein du milieu hospitalier parisien. Si l’hôpital souffre cruellement de lits et de personnels depuis des années, les chefs de service épidémiologistes et autres spécialistes eux ne manquent pas au niveau du commentaire assuré. L’une d’entre d’eux, qui a au moins le mérite d’être constante dans ses critiques et diagnostics depuis le début (ce qui est loin d’être le cas de beaucoup de ses confrères et consoeurs) n’a pas hésité, entre autres, à taper une fois encore sur le chef de l’Etat, celui-ci « préférant que les écoles restent ouvertes. Il est lui est égal que les gens meurent ». Un avis pas forcément partagé par tout le monde et surtout par toutes ces dizaines de millions de nos compatriotes qui, à tort ou à raison, redoutaient un confinement plus « serré« . Il faut aussi reconnaître que plusieurs ministres du gouvernement avaient mis du leur ces derniers jours pour participer grandement à cette chienlit verbale et invraisemblable.

Est-ce un scandale que le politique et en particulier le président de la République ait repris la main et fait ce choix très difficile et risqué ? Je réponds sans la moindre hésitation par la négative. « Tout ça pour ça » ont aussitôt rugi les opposants politiques de tous poils, qui, de toute façon, seraient montés tout autant sur leurs grands chevaux de la critique systématique si une autre option beaucoup plus radicale avait été choisie. Y-avait-il une bonne stratégie? « L’exécutif se donne une chance », a déclaré hier soir Jean-Castex. L’expression n’est peut-être la meilleure même si on la comprend. Le président a tranché…pour un sursis à exécution peut-être dans les prochaines semaines pour endiguer un tsunami toujours possible. Hélas ! Qui peut prétendre détenir la vérité, où celle du jour n’est pas celle du lendemain ? Surtout avec cette pénurie de vaccins distribués à doses homéopathique. Souhaite-t-on connaître un jour ce qui se passe actuellement dans les principales villes des Pays-Bas où des émeutes ont eu lieu et les appels chez nous à la désobéissance civile qui ne disent rien de bon et pouvaient se développer et ajouter du désordre à la grande confusion.

Il y a forcément de nouvelles victimes dans ce tour de vis sanitaire modéré. Limité principalement aux entrées et sorties sur notre territoire hors Communauté Européenne et départements d’outre-mer et surtout aux grands centres commerciaux non alimentaires de plus de 20.000 mètres carrés. Environ quatre cents sur l’ensemble du territoire. L’équivalent de 25.000 magasins. Qui ne sont tout de même pas les plus impactés depuis le début de la crise. Leurs dirigeants ne sont quand même pas en effet les mieux placés pour crier aujourd’hui au loup et dénoncer cette mesure de « discrimination intolérable ». Et les cafetiers, les restaurateurs et hôteliers, les cinémas, les théâtres, dont nombre d’entre eux vont disparaitre dans les prochains mois ? Et le milieu sportif et associatif qui vit au ralenti! Un ralenti que ne connaissent même pas des pans entiers de notre économie. Dont celle des professionnels de la montagne pour qui la saison va être dramatiquement noire.

N’est-il pas malhonnête aussi d’avancer que la santé de nos populations principalement celles à risques et âgée a été sacrifiée sur l’autel du « seul fric » ? Le « quoi qu’il en coûte » a aussi ses limites comme le niveau d’acceptabilité de tous ces interdits par nos compatriotes qu’un nouveau confinement aurait encore plus démoralisé et traumatisé. On ne peut que souhaiter que ce pari soit gagnant. et non pas se délecter, comme certains, à l’avance de son échec qui soit celui du chef de l’Etat. Et de lui seul, forcément…

PS: Bas les masques! Cela faisait des mois que je n’avais pas constaté un tel relâchement. Ce n’est parce que le gouvernement a décidé de ne pas reconfiner qu’il faut pour autant s’affranchir de légitimes et indispensables gestes barrières. Nous ne sommes pas sortis de l’auberge (hélas fermée!). La promenade de la mer côté Sainte-Adresse au Havre n’avait pas connu depuis longtemps en ce matin certes ensoleillé une telle frénésie pour les promeneurs de se découvrir…au moins le visage. Un laisser-aller pas vraiment bienvenu!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :