« Il faut sauver le soldat Ryan-Morin »! C’est aussi la chandeleur à Evreux…

Ca fait déjà un an que le projet tourne en boucle. Depuis que le « général » Hervé Morin, « Duc de Normandie », a lancé la perspective d’un « D.Day Land » ou « Hommage aux héros », nos libérateurs des plages normandes en juin 1944. Une ambition qui depuis ne cesse d’affronter une poche de grande résistance d’une armée de comités et personnalités qui voient d’un très mauvais oeil la perspective d’un « Puy-du-Fou » à la sauce normande, même beaucoup plus modeste du côté des marais de Carentan, dans la Manche, si près du site mémoriel d’Utah-beach et de Saint-Mère-Eglise, le premier village libéré, où un parc pourrait être réalisé. Un scandale pour nombre aussi d’opposants politiques du président de la Région. Qui y voient là un motif de lancer la contre-offensive guerrière « Comment, écrivent-ils dans une lettre ouverte adressée notamment à Hervé Morin, peut-on accepter une telle initiative destinée à faire du « cash » qui ferait honte à ses promoteurs et à la Normandie » et surtout les 140.000 victimes, soldats et civils compris qui ont perdu la vie pendant ces batailles historiques ».

Historiques, de toute évidence à la fois glorieuses et sanglantes pour la libération de notre pays, mais pas mémorielles ? Le débat mérite d’être posé et ce d’autant plus qu’un épais bouillard n’a pas fini de se lever sur le budget éventuel (une fourchette très large entre 50 et 200 millions avait été annoncée à l’époque) son financement privé, la Région n’ayant pas initialement prévu de participer au pot, l’impact sur les terres agricoles de la région à partir du moment où le flou existe toujours sur le nombre d’hectares consacré (entre 20 et 40) et sur les nuisances engendrées sur l’environnement et les flux de visiteurs sur les six mois d’ouverture annuelle. Sans parler des potentialités en terme de création d’emplois passées du petit millier, avancent encore les opposants, à environ deux cents aujourd’hui.

On peut aussi s’inquiéter sur l’implication éventuelle de la société « Europa-Corp » fondée par le cinéaste et producteur, Luc Besson (qui l’a lâchée depuis) en pleine déconfiture financière!

Il ne faut pas néanmoins, en la circonstance, considérer le scénario comme un projet à la Spielberg digne du célèbre film « Il faut sauver le soldat Ryan »! Nous en sommes très éloignés. Reste que les événements subis depuis un an avec la crise épidémique ont peut-être rebattu les cartes avec toutes ces incertitudes liées aux déplacements touristiques, même s’il faut souhaiter qu’elle s’estompe dans les meilleurs délais.

Il n’en est pas moins que les farouches adversaires de ce projet s’opposent de plus en plus, renforcés par quelques historiens, comédiens comme le presque régional de l’étape, le normand de l’Eure, Philippe Torreton, François Morel, le réalisateur Xavier Beauvois, le réalisateur « Des hommes et des Dieux « Grand prix au Festival de Cannes en 2010, l’ancien ministre de l’Agriculture et de la Justice de François Mitterrand, Henri Nallet, cotentinois d’adoption depuis très longtemps. Sans oublier les opposants politiques en première ligne comme son rival des dernières Régionales, Nicolas Mayer-Rossignol et comme par hasard la sénatrice UDI de l’Orne, Nathalie Goulet, sa rivale déclarée au scrutin de…juin prochain. Enfin si elle parvient à aller jusqu’au bout et ne reste pas…ensablée!

Nul doute que ce dossier chaud reviendra sur le tapis d’ici à l’échéance électorale tout comme celui du contournement routier est de Rouen, qui, là encore, oppose vivement Hervé Morin à Nicolas Mayer-Rossignol. Le premier a accueilli avec la plus grande satisfaction un sondage réalisé par l’institut IFOP, pour le compte de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Rouen-Métropole qui voit 80 % des habitants de Rouen, de la Métropole, de la Seine-Maritime et de l’Eure, interrogées, être favorables. « Une enquête truquée » selon le maire socialiste de Rouen qui bien évidemment entend ne pas fâcher ses alliés écologistes et conteste donc ce qu’il juge comme un « projet du passé ».

PS: Du côté de la mairie d’Evreux, le Républicain Guy Lefrand pouvait s’interroger et s’inquiéter à juste titre sur le sort qu’allait lui réserver l’équipe très taquine d’ordinaire de l’émission de Yann Barthes, « Quotidien » sur TMC, qui s’intéressait plus particulièrement à sa vie de maire-urgentiste. Force est de reconnaître que le premier magistrat de la préfecture de l’Eure, a passé, avec un certain succès, cet examen « médico-médiatique » qui s’annonçait périlleux. Il a visiblement convaincu l’envoyée spéciale parisienne, sous le charme, semble-t-il, du bon docteur. En ce jour de la Chandeleur, je ne pouvais pas, bien sûr, ne pas faire référence… en tout bien tout honneur, à l’expression « retournée comme une crêpe »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :