Ca va pas…Faure! Vraiment pas fort du tout aussi…dans le « clanisme » de bord de Seine!

Les finances du Parti socialiste vont mal. Très mal même. Il semble si lointain le temps où celui qui allait devenir le « président normal » en était le premier secrétaire. Et je ne parle pas des années Mitterrand ou Jospin. Le temps béni où le parti de la rose au poing avait des caisses bien pleines comme d’ailleurs le parti chiraquien. Les valises de billets pesaient d’un bon poids. La finance (où plutôt le financement même très illicite) n’était pas alors l’ennemie de François Hollande. La faillite et pas seulement électorale (bien réelle elle au niveau des scrutins nationaux) se rapproche de plus en plus du côté d’Ivry-sur-Seine où Olivier Faure et ses amis se sont réfugiés et exilés après avoir vendu leur siège historique de Solférino, dans les beaux quartiers de la capitale. Pour des raisons d’économies forcées après les débâcles récentes. Des élus en nombre famélique: pas de chocolat…Les « intouchables » ne sont plus ce qu’ils étaient.

Mais cela ne suffira pas pour sauver le P.S dont le bureau national, fin janvier, a entériné la suppression d’une nouvelle vingtaine de postes de salariés. Alors qu’il n’en restait déjà plus que quarante! Une misère. Si cela continue ils ne seront pas beaucoup plus nombreux (j’exagère à peine!) que les permanents du mouvement « Debout la France » de l’insupportable « aboyeur » Nicolas Dupont-Aignan qui n’est jamais « gnangan » dans son propos. Une fois encore le député de l’Essonne, supporter zélé des Gilets jaunes, a dépassé le mur du…son de l’outrance en réclamant comme le chanteur, Francis Lalanne, la destitution sans tarder du « roi » Emmanuel 1 er. C’est déjà pas mal qu’il ne réclame pas sa tête sur le billot, l’éternel looser de la droite extrême qui ne perd pas que ses cadres les uns après les autres. Il n’a visiblement pas encore trouvé le vaccin pour retenir ses lieutenants qui quittent le navire à une vitesse elle accélérée! Heureusement (et pas seulement) que Marine Le Pen, n’avait pas gagné en 2017, sinon on le voyait s’installer à Matignon. Ca fait froid dans le rétro! Et surtout le dos. C’est sûr qu’avec Zorro il n’y aurait pas eu de crise de la Covid 19. C’est vraiment moche que l’on y ait pas pensé plus tôt. On ne peut pas tout prévoir. Surtout le pire.

A force de perdre leurs voix au fil des élections, Olivier Faure et ses amis en sont, quant à eux, presque à craindre de se retrouver dans l’impossibilité de participer aux scrutins de 2022. A votre bon coeur, Messieurs et Mesdames, la situation est grave et pas loin d’être désespérée! A quand un… »Télétonton » pour se souvenir des années de gloire du Parti socialiste né au congrès d’Epinay en 1971. Un cinquantenaire pas au mieux de sa forme. Encore à l’âge de la petite enfance, le parti des Républicains est tout aussi pauvre…comme Jacob en terme de militants et sympathisants. Beaucoup plus riche en revanche au niveau du nombre de ses prétendants pour disputer en son nom la mère de toutes les batailles, la présidentielle, en 2022.

Et dire, toujours pour ce qui concerne le P.S, à en croire « Le poulpe » site d’informations et d’investigations politiques de la toile, le petit Médiapart régional, dont les tentacules n’épargnent pas plus les élus de droite que de gauche et d’ailleurs, que le parquet de Rouen a ouvert une enquête sur des possibles irrégularités dans le recours à l’emploi de plusieurs collaborateurs au sein du groupe P.S du Département de Seine-Maritime. Un mystérieux corbeau a visiblement croassé avec un certain succès autour de ce qui reste de la dépouille de l’héritage de Laurent Fabius dont le viager est dans les bonnes mains du maire et président de la Métropole rouennaise, Nicolas Mayer-Rossignol, le dernier des héritiers fabiusiens. Qu’en ce bec, le fromage est encore bien gouleyant. « Il y est question de clanisme et d’un entre-soi familial pour se répartir les mandats et les collaborateurs financés sur les fonds publics ».

Comme quoi la vieille politique n’est jamais totalement défunte…à vie! Il faut bien faire tourner la machine de guerre électorale surtout lorsque l’argent ne coule plus à flots! Personne ne sera dupe sur l’opportunité de cette « casserole » sur le feu à quelques encablures de l’échéance électorale des scrutins des Départementales et Régionales de juin prochain. La délation très probablement en interne a fonctionné. Elle a alimenté le microcosme politique seinomarin sur les deux rives, gauche et droite, en bord de Seine. Certains risquent de laisser quelques plumes après le passage du volatile!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :