Les mandarins de l’Apocalypse ne font pas tapisserie!

Il n’est pas besoin d’aller visiter le château d’Angers pour découvrir la célèbre tapisserie monumentale de l’Apocalypse de plus de cent mètres de longueur et datant du XIV e siècle. Nous l’avons tous les jours sur nos petits écrans ou sur les ondes radiophoniques et réseaux sociaux, avec tous ces doctes mandarins qui nous annoncent le pire pour les prochains jours. Ils n’ont pas vraiment apprécié que le chef de l’Etat, ose « l’impertinent » aller à leur encontre et ne boucle pas tout comme ils l’espéraient. On dirait parfois que certains en éprouvent du plaisir! Probablement, faut-il le souhaiter, pour unique raison de préserver leurs équipes de soignants à nouveau mises sérieusement à l’épreuve. De chiffres qui ne leur donnent pas forcément raison. C’est bien pourquoi ils redoublent d’efforts pour que le dictat sanitaire l’emporte. Ce sont eux qui dirigent la France. Ce n’est quand même pas un président de la République, même élu par le suffrage universel, qui va imposer ses choix contre leur avis tellement contrasté aussi depuis le début de la crise il y a un an. Y en a vraiment marre de ces corbeaux de l’Apocalypse qui croassent autour des chiffres qui peuvent les arranger. A savoir le nombre de personnes déclarées positives qui, depuis une quinzaine de jours, dépassent régulièrement les 20.000. « Une vague très importante est inéluctable dans les tout prochains jours », déclament-ils ces météorologistes amateurs de tempêtes, avec certitude, alors que d’autres un peu plus optimistes se basent sur un « plateau épidémique » loin d’être catastrophique.

N’y a-t-il pas assez de compatriotes à juste titre « cabossés et déprimés » par la situation pour que les « sachants » en rajoutent une grosse pincée d’effroi. Pendant que d’autres soufflent un peu plus le chaud! Tout relatif certes.

Toujours est-il que le chef du gouvernement, Jean Castex, qui entre deux catastrophes naturelles comme si celle du Coronavirus ne suffisait pas à son malheur, doit jongler avec un agenda très contrarié » . Il a remis aujourd’hui les pendules à l’heure dans les colonnes du premier quotidien régional, « Ouest-France »: « Les experts scientifiques nous sont utiles mais c’est aux politiques de décider ». Voilà une belle parole écrite. Encore qu’il y ajoute pour plaire à la communauté hospitalière: « nous annoncerons des investissements importants pour l’hôpital dans les prochaines semaines ». Une belle promesse qui ne parviendra pas tout de même à calmer la colère de nos blouses blanches et éteindre le feu dans ce concert cacophonique insupportable. Qui n’est pas celui heureusement du couple Merkel-Macron, qui, hier, a fait bloc sur le sujet du choix européen d’avoir effectué des commandes groupées au sein des 27 pour l’achat des vaccins. « Même s’il y a des retards regrettables, vous imaginez s’il y avait eu une concurrence exacerbée entre notamment la France et l’Allemagne« , a déclaré Emmanuel Macron. De plus la victoire n’aurait probablement pas été de notre côté! C’est rare que le coq tricolore l’emporte sur l’aigle germanique! Et pas seulement qu’en sport. On ne peut pas lui donner tort sur ce coup-là en dépit des indéniables ratés et la lenteur de l’acheminement dont les gouvernants ne sont pas les seuls responsables. Les labos nous auraient-ils pas roulé dans la farine et surdosé leurs capacités industrielles ?

La vérité du jour n’est pas celle d’hier ou du lendemain. Il n’est qu’à se souvenir que le meilleur élève d’avant-hier, le Portugal, justement félicité, se trouve être le pays aujourd’hui le plus touché par la Covid-19. Le bel exemple d’il y a un an est totalement submergé par la troisième vague de l’épidémie avec une explosion du nombre de cas. Nos amis portugais paient au prix fort peut-être leur insouciance des fêtes de fin d’année…il est vrai également consacrées à des élections. Pas la meilleure période pour faire preuve d’une grande fermeté vis à vis des électeurs et électrices. En attendant Lisbonne a dû faire appel, face à la situation catastrophique, à l’aide internationale. Comment souvent lorsqu’il s’agit de circonscrire les incendies de forêts estivaux. Paradis de nos compatriotes et de bien d’autres extérieurs à nos frontières, le pays de Ronaldo traverse une bien mauvaise…passe.

Et que dire de notre meilleur ennemi, la Grande-Bretagne, qui, non contente de nous envoyer gratuitement ses variants pas vraiment charmants, joue au yoyo de la réussite et de l’échec avec certes une « perf » au niveau de ses injonctions de vaccins, mais vit tellement le drame de sa centaine de milliers de victimes! De loin les premiers dans ce classement morbide dans la vieille Europe. Pas de quoi nous faire totalement la leçon. « My teacher is not rich »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :