Les maires font le buzz!

Ils sont depuis des semaines les rois incontestés du buzz médiatique. La journée d’hier a de nouveau été marquée par des initiatives remarquées de maires. Pas maladroits au niveau de la communication même si leur prise de position peut susciter comme d’habitude des polémiques et des éclats de voix de bons apôtres du laisser-faire. Pour une fois non liées à la crise du Covid-19 supplantée aussi par un événement climatique: les quelques centimètres de neige tombée ici et là et principalement chez nos amis bretons. Une rareté qui méritait bien ce focus impressionnant. La semaine du blanc pour bien conclure des soldes qui n’ont pas dû être exceptionnelles! C’est vrai qu’un peu de froid en hiver, c’est l’événement!

Ce n’est pas pour s’inquiéter de la froidure du temps surtout en nocturne dans sa ville que le maire de Poissy, Karl Olive, un « dangereux réactionnaire » classé désormais divers droite, après avoir été membre des Républicains, réélu avec 75 % des suffrages au premier tour (un score qu’auraient bien voulu obtenir nombre de ses collègues) a pris avec son conseil municipal lundi soir, une décision jugée « liberticide » par certains et bien sûr par les amis de Jean-Luc Mélenchon toujours insoumis lorsqu’il s’agit de punir des jeunes délinquants qui pourrissent la vie de leurs concitoyens et coûtent de l’argent aux contribuables. Un détail pour cette petite minorité d’une soixantaine d’ados bien identifiés, âgés de 12 à 16 ans, se livrant à des exactions plus ou moins importantes. Un « ensauvagement » le plus souvent nocturne. Le couvre-feu, ce n’est pas pour eux! Mais bien pour les autres. Un problème de montre très probablement mais surtout lié à la démission de leurs parents qui risquent d’être frappés au niveau du porte-monnaie. Le maire a en effet prévu de supprimer des aides municipales limitées à un accompagnement financier d’accès aux loisirs, sports et aux bourses scolaires des collégiens et lycéens. Une enveloppe chiffée à 200.000 euros par an. Et évidemment pas aux cantines et aux allocations familiales. Ce qui est interdit.

Certains ont déjà essayé dans le passé. Je me souviens même d’un « coup de gueule » justifié mais critiqué à l’époque, de l’ancien maire communiste d’Evreux, Rolland Plaisance, qui, il y a plus de 20 ans, avait réagi à la recrudescence de faits délictueux et d’une hausse de température dans les quartiers sensibles de sa ville. Il avait eu raison de mettre les parents devant leurs responsabilités et de brandir la menace de suppression de certaines allocations sociales. Un « gagnant-gagnant » pour reprendre l’expression de Carl Olive qui est loin de se comporter comme une extrémiste, même s’il sait, comme d’autres avant lui, que cette mesure n’aura que peu d’incidence dissuasive auprès des populations concernées. Ce n’est pas pour autant que ces élus qui connaissent bien leur terrain doivent baisser les bras! C’est probablement un effet de manche médiatique mais il a le mérite (provocation!) de remettre l’église au milieu du village, si gros soit-il…

Plus au sud, à Perpignan, son nouveau maire, l’ex de Marine Le Pen, Louis Aliot, a aussi fait parler de lui en rouvrant d’autorité quatre musées de sa ville, anticipant ainsi l’impression de la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, qui imagine dans ses rêves les plus fous que ces édifices culturels rouvriront les premiers. Le premier magistrat de la cité catalane l’a pris aux mots avec quelques jours ou semaines d’avance. De quoi là aussi capitaliser sur son initiative quelques soutiens tellement rares pour être mentionnés. Evidemment que c’est là aussi de la pure « com » politique.

Il ne coupera pas à la sanction judiciaire lundi prochain. Mais en attendant, ses musées vont encore rester ouverts jusqu’à dimanche et à titre gracieux en plus pour ses visiteurs. Bien joué. Même si je suis très éloigné de cet élu. Tout fout vraiment le camp. On aurait davantage imaginé que cette initiative soit prise par les seuls défenseurs de la culture en France: la Gauche…Si maintenant les deux copains maires de Béziers et Perpignan se « tirent la bourre » pour faire le buzz médiatique! Le derby de rugby entre les deux clubs, plusieurs fois champions de France, mais relégués en pro D2 depuis plusieurs années, risque d’être chaud!

On a gardé le meilleur pour la fin même s’il ne concerne pas un maire mais un ministre, celui de la Santé, Olivier Véran. On ignorait jusqu’alors qu’il avait un frère jumeau. Celui-ci est venu hier nous annoncer une bonne nouvelle: « il est possible que nous n’ayons plus à nouveau de reconfinement dans l’avenir ». Son double, le vrai, a priori, nous avait annoncé le pire et l’apocalypse selon saint Olivier avant que la parole présidentielle n’apporte un peu de baume au coeur de ses compatriotes en refusant le déclenchement de « l’arme nucléaire » d’un troisième retour forcé et plus durable à la maison!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :