Enfin une date pour les Régionales et une affaire de « cornecul » contre-productive!

Enfin une date officielle. C’est aujourd’hui jeudi que députés et sénateurs vont se retrouver pour parvenir à un accord sur le texte lié au report des élections départementales et régionales. En principe les 13 et 20 juin comme annoncé par la ministre Marlène Schiappa, la partenaire de double de Gérald Darmanin au ministère de l’Intérieur et chargée de la Citoyenneté à Beauvau. La ministre à la chevelure flamboyante qui, au passage, est en « tête de gondole » à l’heure du petit-déjeuner dans les matinales des chaînes d’infos ou des radios. Son collègue de Bercy, Bruno Le Maire n’est pas non plus mal dans ce classement des têtes d’affiche gouvernementales qui se lèvent tôt. Certains de leurs petits camarades sont davantage de l’après-midi ou de la soirée.

Pour ce qui est du palais Bourbon, le feu vert à ces dates a été largement adopté par les députés par 139 voix pour 7 absentions majoritairement choisies par les Insoumis dubitatifs sur la possibilité de faire campagne sous état d’urgence sanitaire. Ca tombe d’autant mieux pour le camp Mélenchon que ce scrutin ne constitue pas la « mère de toutes les batailles électorales » pour ce mouvement peu à l’aise dans ces élections.

Reste à définir toutes les modalités pour ce droit de vote. Comme pour le second tour des municipales en juin, chaque électeur pourra disposer de deux procurations. Marlène Schiappa a rapporté que seule une loi pourrait prévoir un éventuel nouveau report de ces élections. Plusieurs parlementaires de droite comme de gauche ont bien insisté sur le fait qu’ils se seraient très vigilants car le mois de juin représente la « date de non-retour ». Car au-delà de cette « deadline » la tenue de ces élections territoriales ne pourrait avoir lieu en raison de la proximité de la présidentielle de l’année suivante. Une élection qui est bien sûr dans tous les esprits. Enfin surtout chez les futurs acteurs et actrices et les instituts de sondages qui pendant plus d’un an vont nous « bassiner » et nous gaver (je préfère à titre personnel déguster un bon foie gras!) toutes les semaines avec des enquêtes d’opinions qui, aujourd’hui, nous annoncent le remake de la finale Macron-Le Pen. Evidemment souhaité par les deux intéressés, même si là, le résultat affiché a de quoi « faire froid dans le dos » dans certains états-majors, à l’exception, bien sûr de celui de la présidente du Rassemblement national qui recueillerait sur son nom 48 % des suffrages. Ce qui avec la marge d’erreur lui laisse des espoirs pour 2022. Hélas. Car le front républicain s’est lui bien étiolé depuis plusieurs années. La digue s’effrite de plus en plus avec des vagues toujours plus puissantes. Si le Front national a disparu dans son appellation, l’esprit reste le même.

Il n’en demeure pas moins que la surfeuse Marine Le Pen souhaite tout aussi assurément que la donne Coronavirus bouleverse les intentions de vote en sa faveur. Le genre de médecin « Diafoirus » au chevet d’une France bien malade. Même si heureusement l’apocalypse annoncée par nombre de carabins et scientifiques n’a pas eu lieu si l’on en croit les chiffres de l’épidémie. Une accalmie bienvenue et peut-être un pari finalement gagné par Emmanuel Macron. Réponse d’ici à un mois. Le temps que son ministre de la Santé, « Olivier Variant » se trompe encore dans son pronostic et se prépare à retrousser moins maladroitement sa manche pour sa seconde injection.

Le parquet de Nanterre, sous la gouvernance de François Hollande et son ministre de l’Intérieur d’alors, Bernard Cazeneuve, est quand même sympa d’avoir renvoyé la fille de Jean-Marie et son compère Gilbert Collard, en correctionnelle, pour des faits de « cornecul » remontant à 2015 (que de temps et d’argent perdus une fois encore) qui montraient des photos relayées par le Front national sur les exactions de Daech, accessibles malheureusement à tout le monde sur la Toile. Des images susceptibles d’être considérées comme une apologie des crimes de l’Etat islamique! Ridicule et surtout contre-productif mais très productif en revanche pour la candidate qui crie au procès politique et lui offre à bon prix une nouvelle tribune médiatique de pauvre victime. Pour une infraction qui pourrait lui coûter la somme astronomique de…5.000 euros. Déjà que son parti n’est pas bien riche ! Comme pour le P.S, la situation financière est grave…Son ami Poutine (ses prédécesseurs soviétiques et lourdement médaillés du temps de l’URSS privilégiaient davantage les caisses du Colonel-Fabien, le siège du PC qui lui n’a pas changé de place) va en avoir marre de renflouer ses caisses, même si, comme chacun sait, le RN a dû baisser pavillon, voguer plus léger et céder son ancien siège surnommé « Le Paquebot ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :