Un coup de poker gagnant sur les bords de Seine ?

Coup de théâtre…des deux rives de la Seine! Le « Duc de Normandie », Hervé Morin s’est fâché tout rouge avec son ami président du Département de Seine-Maritime, Bertrand Bellanger, sur un projet structurel de première importance: le contournement Est de la ville de Rouen. Un serpent de mer depuis tant d’années pour un projet lancé sous l’époque de l’ancien baron local, Laurent Fabius, relayé quelques années plus tard par l’un de ses lieutenants socialistes, devenu président de Rouen-Métropole, Frédéric Sanchez. Celui qui depuis a abandonné la politique pour la diplomatie, avait donné son feu vert à une participation financière de l’agglomération de 71 communes, à hauteur de 66 millions d’euros consacrés à cet axe autoroutier avec péage d’une longueur de 40 kilomètres.

Or, en début de semaine, le président de Rouen-Métropole, Nicolas Mayer-Rossignol, favorable à ce contournement, lorsqu’il n’était pas l’otage des écolos, est revenu aussi sur la parole de ses prédécesseurs, pourtant issus de la même majorité politique de gauche et écologiste.

Loin de jeter l’éponge, les deux présidents de droite et du centre qui parlent de « tambouille politique », sont passés à la contre-offensive devant le retrait de NMR et ont annoncé, contre toute attention, leur intention de se substituer à la collectivité territoriale rouennaise. C’est dire tout le poids financier qu’ils entendent mettre dans la balance. Pour compenser ce lâchage lourd de conséquences.

La majorité de la Région Normandie devrait en effet décider lundi prochain de porter son enveloppe budgétaire de 157 à 205 millions d’euros. Le département de Seine-Maritime n’étant pas en reste devrait lui déposer 18 millions supplémentaires dans la « corbeille de la mariée » sans obérer pour autant les dépenses sociales et augmenter les impôts comme le sous-entend le premier magistrat de Rouen, qui pris de court, n’a pas souhaité rentrer dans la polémique et répliquer à chaud, en rappelant toutefois, à bon entendeur salut, que l’Etat « était le seul maître d’ouvrage et décideur ». En indiquant au passage que la gouvernement « avait précisé qu’il n’imposerait pas un projet ne faisant pas le consensus parmi les acteurs locaux ». « Nous sommes prêts » rappellent de concert Hervé Morin et Bertrand Bellanger en soulignant aussi « que ce projet de contournement a été l’un des seuls en France à être labellisé dans le projet d’orientation des mobilités ».

Il ne sera pas inintéressant de voir la position des élus de Seine-Maritime de gauche tant à la Région qu’au Département. Pour ce qui est des « Verts » on connait déjà la réponse. D’où le revirement qui aurait pu signifier l’enterrement de première classe de ce projet. L’attelage Morin-Bellanger semble confiant sur la décision finale de l’Etat.

Il va sans dire que ce dossier figurera en très bonne place dans la campagne des élections. Et il n’est pas sûr que cette volte-face rose-verte soit très porteuse en terme électoral! Et la métropole rouennaise pèse un poids non négligeable en terme d’électeurs et électrices…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :