Des salades euroises et niçoises à déguster sans modération!

Officieuse depuis quelques jours, elle devrait être rendue officielle dans les prochaines semaines. La rumeur persistante court à la fois dans les couloirs du Conseil régional à Caen et Rouen et surtout sur la dalle de Val-de-Reuil et dans les villages environnants. Et même évidemment jusqu’à Louviers où il n’a pas non plus que des amis, loin s’en faut (qui n’a pas en mémoire pour ceux qui suivent la politique locale, sa guerre mémorable avec l’ancien maire radical de gauche, Franck Martin). Sur la route de Louviers, célèbre comptine enfantine et ancienne ville drapière où un certain Pierre Mendès-France y bâtit sa brillante carrière.

Le maire inamovible de sa voisine tant « aimée », la ville nouvelle qui ne l’est plus vraiment depuis le temps, et qui constitua le plus bel échec des sept villes sorties de terre à la fin des années soixante-dix et qui, à l’époque, était censée accueillir selon les prévisions plus de 100.000 habitants, une aimable plaisanterie, contre 15.000 aujourd’hui, un chiffre stable depuis quinze ans) aurait annoncé à ses proches son intention de briguer le poste de conseiller départemental dans son canton d’élection. En éjectant de fait le sortant, Jean-Jacques Coquelet qui faisait binôme depuis presque six ans avec Jannick Léger, une autre socialiste. Ôtes-toi de là que je m’y mette! Circulez il n’y a rien à voir. C’est ce qu’on appelle jouer « petits bras » sans grand risque en ce qui le concerne.

Conseiller régional et ancien premier secrétaire du PS dans l’Eure, le « grand patron de gauche » Marc-Antoine Jamet n’entretient plus les meilleures relations avec le dernier véritable  » bébé Fabius » , le maire de Rouen, Nicolas Mayer-Rossignol, qui, comme lui a été le protégé de l’ancien Premier ministre de François Mitterrand. Le même qui avait favorisé son arrivée et implantation dans l’Eure il y a une bonne vingtaine d’années. Succédant alors au premier maire historique de la ville nouvelle, Bernard Amsalem, devenu ensuite président de la Fédération française d’athlétisme.

M.A.J, souvent ses proches et même ses ennemis, l’appellent par ses initiales, abandonnerait son mandat à la Région où il ne fait depuis des années que de brèves apparitions comme président de la Commission des finances (laissée comme à l’Assemblée nationale à l’opposition) pour s’intéresser de plus près au Département où il aimerait jouer le chef de file des socialistes. Enfin ce qu’il en reste. Parti au sein duquel, là aussi, il ne s’est pas fait au fil des ans que des amis. On voit mal de toute façon le parti à la rose reconquérir ces terres de l’Eure désertées par ses électeurs. Que de pétales ramassés depuis une dizaine d’années. Un vrai tapis de misère pour l’ancien et vieux parti né à Epinay en 1971 (avec son « papa » Tonton Mitterrand, autour du berceau), qui, selon toute probabilité, ne retrouvera pas une seconde jeunesse et un bel été électoral tant au niveau des Régionales où le PS ne s’est toujours pas prononcé sur l’identité de son leader (la guerre des « cheftaines et prétendantes » fait rage!) et les Départementales.

M.A.J y fera-t-il des miracles ? Il n’est pas vraiment pourtant…magicien celui qui reste le bras droit de Bernard Arnault chez LVMH, après toutes ces années de conquêtes ratées en dehors de son fief rolivalois qui, lors de ce parachutage normand, ne devait être qu’un tremplin royal vers un autre destin politique…Des espoirs très vite déçus!

Beaucoup plus au sud. Nice toujours confiné en week-end mais Paris et la région parisienne toujours (partiellement) libérés. L’annonce a évidemment fait…fureur sur la côte d’Azur, dont les principaux élus suppliaient (avec Christian Estrosi en première ligne,) le gouvernement de procéder à un reconfinement de leur région il y a trois semaines. Changement de cap depuis hier avec un avis contraire et très remonté. La tempête souffle sur les palmiers. Les habitants ne comprennent pas ce deux poids deux mesures comme leurs collègues de Dunkerque d’ailleurs. Alors que les réanimations en région francilienne ont dépassé le seuil des 1.100 admissions. Un chiffre à mettre tout de même en comparaison avec celui du premier confinement de mars qui était de l’ordre du double!

Personne n’aura été surpris de la nouvelle sortie tonitruante du député niçois de L.R, Eric Ciotti, toujours en première cordée lorsqu’il s’agit de cogner très fort et souvent à tort et à travers sur le gouvernement et le chef de l’Etat. A une exception notable néanmoins où le frère honni de la Côte, Christian Estrosi, fit des « mamours » à Emmanuel Macron lorsque l’Etat se trouva au chevet de sa terre d’élection, la vallée de la Vésubie, dévastée par des inondations catastrophiques. On ne l’entendit pas dire du mal de ses ennemis jurés pendant plus d’un mois! La trêve est finie depuis belle lurette. En attendant il est le premier élu à avoir oser déclarer que cette décision de punition se trouvait motivée pour des seuls critères politiques et non pour des raisons sanitaires. Ah les vilains hommes du pouvoir et affreux « nordistes ». Enfin pas ceux de Dunkerque et de son agglomération. C’était la phrase de la soirée d’hier! Est-il besoin de rappeler que cette mise sous cloche, aussi désagréable qu’elle puisse être pour nos amis sudistes et surtout le milieu économique sinistré comme bien d’autres, concerne un million et demi d’habitants sur le littoral des Alpes-Maritimes, contre 12 millions pour la totalité de l’Ile-de-France, poumon économique essentiel, que l’on veuille ou non, pour notre pays. Ceci explique aussi probablement et surtout cela! Pauvre Ciotti…On remarquera pour s’amuser qu’à quelques kilomètre de distance, le maire de Nice a fermé aux piétons la célèbre promenade des Anglais (sûrement pour faire un pied de nez aux variants britanniques!) et son collègue du même bord de mer et politique, celui de Menton, au pays du citron, a décidé lui de barrer la route aux automobilistes sur le front de mer…A chacun ses interdits! Comprenne qui pourra dans cette foire d’empoigne.

L’essentiel pour les amateurs de vélo n’est-il pas que le Paris-Nice cycliste, contrairement à celui de la saison passée, puisse arriver à son terme dimanche dans la capitale de la « French riviera »! La police municipale niçoise, de loin la plus conséquente de France par ses effectifs, devrait s’abstenir de venir verbaliser les coureurs…L’ancien champion motocycliste premier magistrat de la ville surnommé à ses débuts le « motodidacte » n’aurait pas laissé faire!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :