C’est stupéfiant : il n’y a pas toujours de quoi en rire! Quoique… »Tagada, tagada, voilà les Dalton! »

Il n’y a pas trop de raisons objectives de s’esclaffer. Alors toutes les bonnes raisons méritent d’être saisies. Surtout lorsqu’il s’agit de s’amuser à l’annonce précisément d’une grosse saisie. Celle dont s’est félicité le patron de Beauvau, Gérald Darmanin. Qui aime à vanter les mérites de ses hommes et femmes d’Intérieur à faire la chasse non pas aux œufs de Pâques, mais aux trafiquants de drogues diverses et variées…sur de bons rails, de toute évidence. « Nous sommes en train de regagner du terrain et c’est sans précédent ». On aimerait tellement le croire même s’il est indéniable que dérangés dans leurs trafics de stupéfiants les trafiquants en tous genres n’apprécient pas et essaient de reprendre la main par la violence dans les banlieues, il y a peu.

A peine avait-il lancé ce cocorico triomphal que le lendemain, la préfecture de police de Paris annonçait le démantèlement d’un vaste réseau en Seine-Saint-Denis et notamment la découverte d’un atelier de conditionnement de produits stupéfiants alimentant des soirées clandestines. Avec la mise sous clé de 25 kilos de poudres et de pilules roses. Entre autres. Ca sentait bon la belle prise d’ecstasy, tout ça. Que nenni, après examen toxicologique il s’est avéré que le butin n’était autre que de la fraise tagada concassée. A 40.000 euros le kilo, le tarif en vigueur, semble-t-il, ça faisait cher le prix du bonbon au gramme. C’est la société « Haribo » …la vie qui va être heureuse de cette superbe inflation. Jackpot assuré. Et « Tagada, tagada, voilà les Dalton » chantés dans les années soixante-dix par Joe Dassin! Ou encore la célèbre tactique de gendarme de Bourvil transformée en « Tagada, Tagada tactique du gendarme »!

Le préfet de police de Paris, à la grande casquette, Didier Lallement, rouge de colère, n’a pas dû trop goûter la plaisanterie et la confiserie. Et les coupables à l’origine de cette belle affaire ont dû se prendre une sacrée soufflante. C’est probable que la hiérarchie ne leur a pas offert quelques paquets de fraises Tagada pour les récompenser. Privés de cette confiserie très…prisée, Ils pourront toujours se consoler du fait que d’autres collègues d’un autre service, dans un passé pas si éloigné, avaient confondu de la…crotte de chameau avec du haschich. Histoire aussi de dé…blatérer sur les exploits de leurs petits camarades ?

C’est beaucoup moins drôle: le tribunal correctionnel où comparaissaient 9 personnes jugées pour l’attaque et le saccage de l’Arc de Triomphe commis lors des manifestations violentes de Gilets jaunes le 1 er décembre 2018 a eu la main très lourde. Vous imaginez: une relaxe, des gentils rappels à la loi, des travaux d’intérêt général et même le pire jusqu’à des peines minimales de prison avec sursis. Voilà un jugement pour l’exemple totalement impitoyable qui démontre bien la sévérité de notre justice. Pas de quartier…pour les « révolutionnaires » en tunique jaune dont certains risquaient au maximum une peine de dix ans d’emprisonnement ferme. Ca s’arrose tout ça. Comme pour les provocateurs marseillais qui, par petites bandes, ce même jeudi, se sont payé la tête des autorités locales en organisant en même temps des apéros géants dans différents quartiers de la ville phocéenne. Ils auraient tort de se gêner et de se priver de cette franche rigolade anisée en dépit de tous les interdits que respectent bon gré mal gré, par ailleurs des millions de nos compatriotes.

Evidemment c’est plus facile et surtout rentable de faire rentrer de l’argent comme dans l’Eure où une directrice d’école rurale à la sortie de son établissement scolaire distant de quelques kilomètres, s’est faite arrêter comme une vulgaire délinquante à Bourgheroulde-Infreville, gros bourg choisi par le président Macron pour sa tournée générale des régions consécutive à la crise des Gilets jaunes, pour avoir marqué un temps d’arrêt jugé insuffisant (très discutable) à un stop. Le sympathique comité d’accueil était tout de même en force: rien que quatre gendarmes dont…trois femmes, pour faire respecter la loi routière. Nos forces de l’ordre n’ont-elles pas des missions autrement plus urgentes par les temps qui courent! Et après on dira que nos pandores souffrent de manques d’effectifs. Visiblement pas du côté de ce chef-lieu de canton, a priori tranquille, mais où doit régner une délinquance et pas seulement routière impressionnante! Heureusement encore qu’elle a montré « patte blanche » et qu’elle était dans les « clous », sinon c’était sûrement les arrêts de rigueur et le bonnet d’âne au fond de la classe. Sans oublier une grosse punition en x exemplaires: « je marquerai un stop plus marqué la prochaine fois! » à signer forcément par les parents! Et une perte assurée de 4 points sur la prochaine dictée. Pardon sur son permis de conduire! Un peu à l’image (toute proportion gardée) de cette commerçante de Dieppe qui, très énervée par plusieurs contrôles de policiers (bousculés néanmoins au moins verbalement par la dame) pour son commerce resté ouvert, elle était de ce fait hors la loi, s’est retrouvée plusieurs heures en garde à vue. Un événement ayant suscité nombre de reportages des médias nationaux…C’est vrai que l’affaire ne manquait pas de mordant!

PS: Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, l’a annoncé hier. Toutes les classes des 19 départements concernés par ce « freinage » de l’épidémie dans les zones rouges, où il sera déclaré un seul élève positif au coronavirus, fermeront leurs portes. Il y a tout lieu de penser que ça va flamber beaucoup plus dans les écoles, collèges et lycées, alors que pour le moment le taux de fermeture de classes (qui fait tant parler et hurler) ne s’élevait qu’au niveau de 0,2 % sur l’ensemble du territoire. On a appris hier, face à la recrudescence de l’épidémie, les fermetures dans l’Eure du lycée des « Fontenelles » à Louviers pour une période de dix jours (établissement accueillant 1.300 élèves) et du collège de Verneuil-sur-Avre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :