Un sacré festival… avec des « palmés » de la démesure!

Tapis rouge! Encore quelques jours et le maire de Cannes, David Lisnard, rentrera presque dans la légalité. Olivier Véran, le « variant » grenoblois du gouvernement a en effet annoncé que l’accès à la vaccination serait désormais autorisé sans condition aux plus de 55 ans à partir de demain lundi. Youpi! Plus ça avance et plus il…rajeunit la dose notre ministre de la Santé.

Celui qui aspire à fouler éventuellement un autre tapis rouge, celui de l’Elysée en 2022, a piétiné sans la moindre vergogne depuis deux semaines la légalité en proposant lui « un vaccin pour tous » pour les cinquantenaires et plus, même si c’était pour aider ses administrés cannois. Une démarche qui certes peut se défendre pour son intérêt sanitaire mais qui, sur un autre plan, se révèle pour le moins sujet à critiques. Surtout lorsqu’on aspire à une destinée nationale. Comme nombre de ses collègues premiers magistrats, accusateurs publics de l’exécutif depuis des mois et des mois. De véritables procureurs en habit d’hermine qui, au fil du temps ont pris le « melon ». Jusqu’à s’imaginer, grâce à leur nouvelle notoriété médiatique, dans la peau d’un candidat à la présidentielle. Il est prudent de ne pas confondre les marches de la Croisette couvertes de paillettes et celles du perron du palais présidentiel! C’est dire si ça se bouscule au portillon. Sans ticket de métro. Un premier rôle un peu large pour leurs épaules et un prix d’interprétation qui semble bien lointain. En attendant, les cannois affluent au palais des festivals, transformé en petit vaccinodrome et comme partout en France ils repartent avec une petite palme plus modeste, celle attestant leur vaccination.

Il en est aussi un autre qui, tout en ayant pris ses distances avec la politique, depuis longtemps, mériterait le prix d’interprétation du « plus fidèle des amis » et de la démesure. Un autre « prince »…Philippe et non Philip, au meilleur de sa forme lui lorsqu’il s’agit de tailler en pièces dans son nouveau bouquin, très probablement encore un futur succès de librairie, son ex-ami de l’Elysée, Emmanuel Macron, qu’il massacre littéralement. La « reconnaissance du ventre », il ne connait pas vraiment Monsieur le vicomte Jolis de Villiers de Saintignon (son vrai nom). Souvenons-nous lorsqu’il faisait des mamours effrénés à celui qui allait devenir chef de l’Etat et même surtout après lorsque le monarque tout puissant lui donna un coup de pouce pour la réouverture du Parcours du Puy-de-Fou sur ses terres vendéennes à la sortie du premier confinement. Contre même l’avis du Premier ministre de l’époque, Edouard Philippe, beaucoup moins charmé par la… »danse du ventre » du plus célèbre des « Ventrachoux » (surnom des Vendéens depuis les Guerres de Vendée) après le « Tigre » Georges Clemenceau.

L’ancien sous-préfet de Vendôme qui avait claqué la porte de la préfectorale à la suite de l’élection de François Mitterrand en 1981, pour se lancer dans l’aventure exceptionnelle du Puy du Fou et contribuer à la réussite économique de son département et accompagner le démarrage d’un autre événement mondial, le « Vendée globe » a fait beaucoup, de façon indéniable, pour sa région à partir du début des années quatre-vingts, mais ça c’était avant-hier. Avant qu’il ne soit aussi chassé du conseil général de sa Vendée chérie et en quelque sorte poignardé par son ancien lieutenant, Bruno Retailleau, le « Brutus » ancien patron de la radio « Allouette » du sire de Villiers et se retire du monde impitoyable de la politique. En ne la quittant pas totalement néanmoins grâce à ses talents de Fouquier-Tinville, « l’accusateur public » et surnommé la hache de la Terreur (un comble pour un « aristo ») et ses succès de pamphlétaire impitoyable. Bien avant que son frère cadet, Pierre, ne se fasse aussi un nom et que certains lui voient jouer un rôle de…sauveur de la France. N’est pas le général de Gaulle qui veut! Et les circonstances ne sont en rien comparables même si la France va mal…

Le de Villiers Philippe d’aujourd’hui a lui dépassé les bornes de l’outrance. Le souverainiste anciennement associé à Charles Pasqua en politique a perdu une partie de la raison pour se complaire dans la critique aux allures déraisonnables et finalement peu audibles. Dommage, car on peut apprécier l’homme à travers certains prismes. Même si l’admiration éventuelle s’éloigne grandement au fil des ans…Le « héros » de la Vendée conquérante a perdu de sa superbe. Il serait temps que la parolier et chanteur aussi à succès, Didier Barbelivien lui « trousse » une petite chanson… Légèrement revue: « Chouans en avant,par Saint-Philippe et par Saint-Pierre… »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :