Régionales: « Parapluie, ceinture et bretelles »!

Le chef de la France n’a pas cédé au final. Emmanuel Macron, s’il laissera voter à titre consultatif aujourd’hui et demain, députés et sénateurs, s’est rangé aux côtés des maires du territoire désireux à une large majorité de 56 % de maintenir les deux élections territoriales de juin prochain. Une belle participation de l’ordre de 65 % inattendue vu le caractère très tardif de la consultation, un vendredi soir, alors que les mairies, surtout en temps de confinement, ne font pas d’heures supplémentaires! D’où la difficulté de joindre les intéressés par les services préfectoraux dans chaque département. D’où l’utilisation d’un subterfuge pour au bout de deux échecs joindre les élus: l’envoi d’un message d’extrême d’urgence pour une crainte de fortes…inondations dans leur commune. Ce n’est pas une mauvaise blague. Elle m’a été confirmée par le premier magistrat d’une commune de l’Eure! Bien joué, mais que cet « accouchement » fut douloureux: celui de mettre dans la…seringue les maires pour les… »mouiller ».

Histoire pour l’exécutif d’utiliser « parapluie, ceinture et bretelles » pour ne pas renouveler l’expérience du second tour des municipales de juin dernier. Cet appel aux maires en dernière minute avait d’ailleurs suscité une vive colère de l’opposition. Notamment celle du maire de Troyes et président de l’Association des maires de France, François Baroin. Qui, pour la circonstance, avait fait référence, non pas à la guerre de Troie, beaucoup trop lointaine, mais bien à la bataille navale de Trafalgar, en évoquant un « coup » du Président. Une référence historique peu glorieuse pour la flotte franco-espagnole qui y perdit les deux tiers de ses vaisseaux face à la petite armada britannique, pourtant en situation d’infériorité numérique et commandée par le « fameux » vice-amiral Horacio Nelson, mort en héros et vainqueur; un jour d’octobre 1805! Napoléon n’a jamais eu trop de chance avec les troupes anglaises! Cette déroute et la perte importante de ses bateaux conduisirent l’Empereur à renoncer d’ailleurs à l’invasion de l’Angleterre…

Pour en revenir à la très petite histoire, on retiendra que ce sondage auprès des maires a donné lieu une moindre participation en Seine-Maritime que dans l’Eure. Premier département où le oui l’emporte certes avec 49 % contre 44 non , contrairement à l’Eure qui donne une large avance du oui à 57 %, soit légèrement supérieure à la moyenne nationale.

La fumée blanche de la cheminée élyséenne étant désormais sortie, place aux vraies manoeuvres et la présentation des « enrôlements » qui ne devrait plus trop tarder. Notamment chez « le contre-amiral » d’escadre de la marine « philippiste » en Seine-Maritime, Laurent Bonnaterre! On parle pour le secteur du Havre de la présence de deux élus de l’équipe majoritaire, du « second-maître » adjoint aux sports, Régis Desbons et du quartier-maître-chef, Antonin Gimard. Pour ce qui est du commandant-adjoint en position de second ou seconde (plus probablement) son identité devrait être déclinée très prochainement. A l’occasion peut-être de l’inauguration de la permanence havraise du candidat Bonnaterre. Edouard Philippe y passera-t-il une tête ? Ce serait judicieux pour la liste qu’il soutient encore officiellement du bout des lèvres. Adepte du « en même temps » à la sauce havraise, l’ancien Premier ministre n’entend pas faire la moindre place en revanche aux candidats « marcheurs » dans l’agglomération havraise, où le mouvement présidentiel n’a pas vraiment droit de cité…électorale au niveau des Départementales. Elle n’avait pas non été très gâtée aux municipales. Et dire que l’Assemblée de Seine-Maritime est présidée par un élu estampillé LREM, Bertrand Bellanger. Qu’est-ce que ça serait si L.R (qui a élu sans surprise non nouveau « pacha », Jonas Haddad comme président hier avec 60 % des suffrages face au très sarkoziste Bruno Lair) dirigeait l’Hôtel du Département! Les « macronistes » pourraient être totalement absents comme candidats déclarés sur le Havre. Comme quoi, comme les…musulmans, ils vont commencer aujourd’hui un jeûne de plus longue durée!

P.S: C’est la phrase amusante du jour. On la doit au président de l’Assemblée nationale (qui, au passage, doit l’avoir mauvaise comme François Bayrou pour le non-report des élections) Richard Ferrand, qui, ce matin, sur RTL, a sorti de son chapeau breton, une petite « saillie » en faisant référence au duel fratricide entre les deux candidats gaullistes en 1995. « Il faut cesser de croire qu’en tout Edouard sommeille un Balladur ». Devions-nous y voir une possible allusion perfide, alors que les relations entre les deux hommes étaient plutôt bonnes ? Faut-il aussi rappeler que le surnom donné à l’autre ancien Premier ministre et « ami de trente ans de Jacques Chirac » du temps de la cohabitation sous François Mitterrand, fut aussi celui de « Ballamou »! « Ballamou » Edouard Philippe ? Il n’est pas certain qu’il ait aussi besoin d’une chaise à porteur taille XXL comme dans les caricatures de son illustre prédécesseur à Matignon, en raison de sa grandeur et non évidemment de son poids! C’est un sportif notre « Doudou »…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :